nirvana

Dans un très intéressant Cahier de L'Herne sur le Nirvana, dirigé par François Chenet, on trouve une magnifique lettre d'un maitre tibétain contemporain à sa mère : Le miroir des points essentiels, une lettre de Jam-dbyans rDo-rje à sa mère

En voici quelques extraits :

"Tout chose est par nature vide.
Lorsque ce qui est vide regarde ce qui est vide,
Qui est là pour regarder une chose vide?
Quelle pourrait bien être l'utilité de classifications nombreuses.
Telles que : « être vide » et « ne l'être point »
Puisque c'est l'illusion qui regarde l'illusion,
Et le faux-semblant qui scrute le faux-semblant?

« Dans la nature de l'esprit sans effort et semblable au ciel,
Immense champ intuitif, dans l'état naturel de toutes choses.
Quoi que l'on fasse, c'est bien.
De quelque manière que l'on y repose, on y est à l'aise. »
Ceci, Jetsun Padmasambhava l'a dit,
Et aussi le grand Siddha Saraha.

Tous les schémas conceptuels,
Tels que « c'est deux! » ou « ce n'est pas deux! »
Laisse-les comme les vagues d'une rivière
S'affranchir naturellement en eux-mêmes.

(...)
La quadruple Vacuité de l'Esprit-tel-quel
Est l'ultime de toutes choses.
Profonde et calme, libre de toute complexité,
Claire lumière incomposée,
Au-delà de l'esprit qui pense par concepts :
Telle est la profondeur de l'esprit des victorieux.

En elle il n'y a nulle chose à ôter,
Ni rien qu'il faudrait ajouter.
C'est purement et simplement l'immaculé
Qui se regarde naturellement, soi-même.
(...)

D'enseignement plus élevé que la Vacuité, il n'y en a pas.
D'enseignement plus prompt que la Vacuité, il n'y en a pas
Il n'y a pas d'enseignement plus excellent que la Vacuité.
Il n'y a pas d'enseignement plus profond que la Vacuité.

La Vacuité est « l'unique connaissance qui libère tout ».
La Vacuité est le souverain éminent des remèdes.
La Vacuité est le nectar d'immortalité.
La Vacuité est l'accomplissement spontané sans effort.
La Vacuité, c'est l'éveil sans y travailler.

Grâce à la méditation de la Vacuité,
On ressent une compassion extraordinaire
A l'égard de ceux qui, comme nous-même, sont égarés par la croyance en un soi,   
Et l'esprit d'Eveil naît sans effort.   

Toutes les qualités des Voies et des Terres
Se produiront naturellement sans nul effort,
Et l'on ressentira une assurance intime et sincère
A propos de la loi de l'effet inéluctable des actes.

Si l'on a ne serait-ce qu'un instant de certitude
En ce qui concerne une telle vacuité
Les robustes chaînes de la saisie de l'ego
Voleront en éclat.
Àryadeva l'a affirmé.

Plutôt que d'offrir aux Sugata et à leurs fils
Tous les champs de Bouddha illimités
Emplis des offrandes des dieux et des hommes
Il vaut mieux contempler la Vacuité.

Si le mérite d'un simple instant de repos
Apaisé en cet état naturel
Venait à prendre une forme concrète,
L'espace ne pourrait pas le contenir.

(...)

L'apprentissage, comme les étoiles dans le ciel,
Ne trouvera jamais de terme par l'étude.
A quoi sert toute la variété
Des abondants enseignements qu'on a demandés et reçus?

Quelle serait l'utilité d'une pratique plus haute que la Vacuité?
Ne désire pas les nombreux déguisements des ascètes,
Tels que le port du bâton, du chignon ou des peaux de bêtes.
Ne va pas, en abandonnant l'éléphant chez toi, Rechercher ses empreintes dans la montagne

Mère, contemple l'essence de l'esprit
Selon l'enseignement du Guru, le Détenteur-du-Vajra,
Et tu obtiendras la quintessence
Des quatre-vingt-quatre mille enseignements.
C'est le nectar du cœur d'un milliard
D'êtres savants et accomplis.
C'est la pratique suprême.

(...)
A la pieuse Chos-kyi snol-'jom,
ma chère et aimante mère,
Et à tous mes pieux disciples,
Je fais présent de cette épître de recommandations."