Eveil et philosophie, blog de José Le Roy

15 décembre 2018

Non-deux

 UN lecteur du blog me psoe une question :

 

"Bonjour José,

j’ai lu nombre de vos livres et de vos vidéo en écoutant par ailleurs, assidûment l’enseignement de Douglas Harding. Après une 1ere réalisation d’absence de qqu’ Un au centre de moi, aujourd’hui un point m’interpelle. Je vous remercie d’avance pour l’aide que vous pourrez m’apporter.
Hui Hai disait: "Comment percevoir notre vraie nature, cela qui perçoit est notre véritable nature".. subtilement dans cela qui perçoit se cache ici, un je suis même impersonnel qui perçoit.. mais si qque chose est perçu alors il y a qque chose qui perçoit et la dualité commence. Puisqu’il n’y a pas deux, cela qui perçoit et cela qui est perçu ne peuvent être qu’un ? Il semble alors que la perception de ce qui est,si elle est conscientisée, subtilement semble recréer une dualité . Finalement être conscient de n’importe quoi, recrée l’idée d’une perception et d’un percevant. De fait, il semble qu’être simplement présent, conscient à ce qui est semble également recréer un quelque chose conscient et un quelque chose conscientisé ..Mais qui serait ce témoin même impersonnel ? Si la dualité n’existe pas alors il ne peut y avoir de témoin à ce qui est mais simplement ce qui est. Il resterait vision sans personne qui perçoit et sans même conscience d’une vision, comme si le perçu émergeait de lui même dans la vision. « Être » sans être conscient d’être, sans personne pour être .. sans mémoire, sans histoire, sans témoin, sans plus rien du tout que ce qui semble être , la , ici. Est ce bien ainsi, ce qui serait témoin de tout est juste ce qui est, autrement dit, le tout lui même?
On parle en même temps de joie et d’amour.. mais si il n’y a que le tout, qui pourrait faire une expérience de joie et d’amour et se reconnaître ?


Merci beaucoup pour votre réponse"

Bonjour,

Vous exprimez cela très bien.

Tant qu'il y a quelqu'un qui perçoit, il y a encore dualité entre un percevant et un perçu.

La vision de notre vraie nature se produit quand il est vu que...personne ne voit. Le moi qui occupait le centre de la perception s'évanouit, et ne demeure qu'un regard impersonnel.

L'éveil n'est pas une expérience arrivant à quelqu'un, surement pas, ce n'est même pas une expérience, mais la réalisation que le centre de la conscience est une absence.

L'idée du Témoin au-delà du moi est une aide efficace pendant un certain temps, mais quand on regarde bien il est vu que même le Témoin disparait du champ de la perception.

Vision sans personne qui voit.

Ecoute sans personne qui entend....etc.

Ce Rien est Tout ; cette non-chose est toutes-choses.

La pensée ne peut le saisir, car elle va recréer de la dualité entre un quelque chose qui perçoit et un quelque chose de perçu, entre une conscience et un objet connu.

La pensée échoue à le penser, mais la réalisation concrète nous le fait vivre.

C'est très simple.

Au-dessus de vos épaules, y a-t-il quelqu'un qui voit ?

En fait, tout apparait dans un espace vide (une absence) dans laquelle le monde apparait (le tout).

 

jlr

Douglas Harding citait souvent Hui-Hai, et notamment ces deux phrases :

 

 

« Quand vous commencez à sentir que vous n'avez plus de tête, n'ayez plus peur; venez immédiatement me voir. Ce sera le bon moment. Le moment où je pourrai vous enseigner quelque chose. »

 

Hui-Hai

 

« Les yeux, les oreilles? Non. Votre Nature Propre étant essentiellement pure et tout à fait tranquille est seule capable de perception. »

 

Hui-hai

 

 

 

 

doigt_vide

 

 

Posté par josleroy à 11:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


13 décembre 2018

Ateliers avec José Le Roy décembre

 

 

J'animerai une discussion sur l'éveil spirituel

sur internet

(télécharger ZOOM équivalent de Skype)

Jeudi 13 décembre

20h30-21-30

Gratuit

renseignements : joseleroy29@gmail.com

 

____________________________

 

 

J'animerai un atelier sur l'éveil à Paris avec Lorène et Serge Durand

selon la voie de Douglas Harding

  Vendredi 14 décembre

 20h30-22h30

 Gratuit

renseignements : joseleroy29@gmail.com

 

____________________________

 

J'animerai un atelier sur l'éveil à Gand (Belgique)

selon la voie de Douglas Harding

Dimanche 16 décembre

10h - 17 h

renseignements : jacques.back@telenet.be

 

 

 

Et la liste des autres ateliers et des autres rencontres se trouve sur ce site

https://www.joseleroy.com/evenements

Posté par josleroy à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dans la beauté de son absence

jean-klein-1

 

"Question : Comment décririez-vous la libération ?


Jean Klein : Je vais vous donner une brève réponse.

C'est être libre de soi-même, libre de l'image que l'on croit être soi-même.

Voilà la libération.

C'est une véritable explosion de voir que vous n'êtes rien, et de vivre alors en parfaite harmonie avec ce néant.  

L'approche corporelle que j'enseigne est en quelque sorte un beau prétexte, car d'une certaine manière le corps est comme un instrument de musique qu'il faut accorder.


Question : Et nous l'accordons pour  interpréter la chanson de notre propre néant.

 Jean Klein : Exactement.

La libération, c'est vivre libre dans la beauté de son absence.
Vous voyez en un instant qu'il n'y a rien de vu et pas de voyant. Alors vous le vivez."

Jean Klein : Be Who You Are

be who you are

merci à Roxane Chapdelaine

 

Posté par josleroy à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 décembre 2018

la vision royale

Pour faire écho au texte de Jon Kabat-Zinn de hier, voici un autre texte sur la vision non-duelle, sans observateur.

jlr

 

" En temps ordinaire, il y a l'observateur qui observe une pensée.

C'est ce qu'on appelle la dualité ; il y a un sujet et un objet, et il y a un objet qui est perçu.

Cela n'est pas voir les pensées, car on ne voit pas leur véritable nature, puisque justement il y a cette dualité "moi, je vois". On a donc l'impression de voir, mais en fait on ne voit rien. L'esprit se voit lui-même, la pensée se perçoit elle-même ; à ce moment-là, évidemment, il n'y a plus d'acte de voir puisqu'il n'y pas quelqu'un qui voit quelque chose.

Dans cet acte de non-voir, la vision est là, on comprend qu'il n'y a pas de dualité, de dissociation entre l'observateur et la pensée qui est perçue. Personne ne voit rien et dans cette non-vision on voit.

C'est cela la vision royale."

Guendune Rinpoché. Les bases de la pratique

guendu29

merci à Anne S.

Posté par josleroy à 18:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 décembre 2018

Observation sans observateur

Jon Kabat-Zinn ici exprime clairement ce qu'est la non-dualité.

jlr

 

Kabat-Zinn_Jon_399202

 

«Nous avons l'impression d'observer notre souffle comme s'il était distinct de celui ou celle qui l'observe.

Nous observons nos pensées.

Nous observons nos émotions, comme s’il existait une réelle entité, un "moi" qui applique les instructions, qui observe et expérimente les résultats.

Nous n'imaginons jamais qu'il puisse y avoir d'observation sans observateur, enfin, jusqu'à ce que nous tombions, naturellement, sans forcer, dans la présence attentive.

Lorsque c'est le cas, même pour un très bref instant, il est possible d'expérimenter la dissolution de la séparation entre sujet et objet, ce que nous pourrions appeler l'attention "pure"...

La capacité à habiter une présence sans sujet, sans objet, non duelle, s'accroît lorsque nous nous consacrons sans réserve à être "là".»

Jon Kabat-Zinn, Au coæur de la tourmente, la pleine conscience

 

cité par Christian Miquel, Ego, non ego. (2018)

Posté par josleroy à 17:49 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,


09 décembre 2018

dès que vous tournez votre regard nu sur vous-même

 

Ce texte est une merveille. A lire et à relire.

jlr

cerf

 

 

"Dans cette claire vacuité où les pensées passées se sont évanouies

sans trace aucune,

Dans cette fraîcheur où les pensées à venir ne sont pas encore :

 A l'instant où s'établit le mode naturel sans fabrications,

Voici cette conscience qui, à ce moment, est en elle-même tout ordinaire,

Et dès que vous tournez votre regard nu sur vous-même,

Ce regard qui n'a rien à voir débouche sur la clarté,

La Présence dans son évidence, nue et vive,

C'est une pure vacuité qui n'a été créée d'aucune manière.

Un état inaltéré où clarté et vide sont indivisibles,

Ni éternel puisque rien n'y existe vraiment

Ni néant puisqu'il est clair et vif.

Il ne se réduit pas à l'un, étant présent et limpide en toutes  choses.

Et n'est pas le multiple, car tout y est d'une saveur unique dans l'inséparabilité,

Telle est cette Présence intrinsèque et elle n'est rien d'autre."

 

Padmasambhava, le livre des morts tibétain  ,

traduction Philippe Cornu

Posté par josleroy à 16:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Stage à Gand

Je serai dans la ville de Gand, dimanche 16 décembre pour animer un atelier.

Voici le petit texte de présentation

Je parlerai en français, et Jacques Back traduira en flamand.

jlr

 

gant

La voie du non-effort

 

Nous faisons constamment des efforts pour être, pour exister en tant que quelqu’un. Notre vie est laborieuse. A l’école, dans la vie professionnelle…nous passons notre temps à nous projeter vers le futur. Même le chemin spirituel devient un chemin d’efforts, de travail : il faut aller voir les gourous, méditer, travailler sur soi…

Stop ! Le stage, animé par José Le Roy, nous propose de ne rien faire du tout, de suivre la voie de l’abandon, du moindre effort. Nous allons partir en vacances dans la grande Vacance de la vie. Nous allons nous reposer dans l’être, et trouver là tout ce que nous cherchons : la paix, la joie, la liberté, l’amour…Pas besoin d’effort pour être, ou pour être éveillé. Tout est déjà ici. Il n’y a rien à faire, et nulle part où aller.

L’ego est une contraction douloureuse ; José Le Roy nous propose de nous détendre dans notre état naturel, dans la Présence parfaite. D’expérimenter le sans limite, le sans stress, le sans effort.

Tout cela grâce à la voie du philosophie Douglas Harding (1909-2007) qui va nous montrer que nous sommes déjà arrivés chez nous avant même d’être partis.

José Le Roy est un philosophe et écrivain français, spécialiste de philosophie indienne ; il dirige les collections d’une maison d’édition française Almora (il publie entre autres Mooji, Jeff Foster, Jean Klein etc) Il a été un proche ami de Douglas Harding pendant plus de 15 ans, et il a animé avec lui de nombreux ateliers. Il anime aujourd’hui des ateliers de méditation  et d’éveil à Soi. Il est l’auteur de 10 livres sur le lien entre spiritualité et philosophie et partage cet enseignement depuis plus de 25 ans.

 

Renseignements et inscription:

Jacques
+32 476 98 65 04
jacques.back@telenet.be

Posté par josleroy à 11:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 décembre 2018

Que signifie Voir Qui vous êtes vraiment ?

Question : Que signifie Voir Qui vous êtes vraiment ?

     Douglas Harding : C’est tellement simple que c’est difficile à décrire. Normalement, nous regardons les choses là-dehors. Voir Qui vous êtes vraiment ; c’est regarder ce à partir de quoi vous regardez, Ce qui regarde. C’est faire pivoter votre attention de 180° et regarder ce qui est le plus proche de vous que tout le reste, ce qui est central dans votre vie – l’ingrédient permanent dans tout ce que vous êtes et faites. C’est-à-dire ce qui est à 0 centimètre de vous. Habituellement, je suis attentif à ce qui est relativement loin de moi – à quelque centimètres, mètres ou kilomètres.

Mais ce qui est Ici, c’est un lieu que j’ai appris à ignorer, à cause de la pression sociale. J’ai appris à prétendre que ça n’existe pas, que ce n’est pas important, que c’est dangereux et qu’il ne faut pas s’en occuper. C’est voir ce qui est exactement Ici où je suis – ce à partir de quoi je regarde. Voilà ce que Voir signifie pour moi …

Question : Que suis-je ?

    ...C’est la Non-chose qui est réellement Rien, Absence de chose, vraiment indescriptible. Mais c’est ce que je suis et donc c’est tout ce que je connais vraiment sans être capable de le décrire. C’est quelque chose qui me déconcerte, tant c’est inexprimable. C’est ce que je suis. Et que suis-je ? Je suis Non-chose, conscient de l’être. Et parce que c’est totalement mystérieux, auto-créateur, invraisemblable, incompréhensible, inconnaissable, cela devient mystérieusement ce en quoi je puis placer ma confiance »


L’immensité intérieure

 

DouglasBarbeNB

Photo de Douglas Harding, par Dominica

 

 

Posté par josleroy à 19:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

07 décembre 2018

Faut-il faire des efforts pour s'éveiller?

 

UNe video de José Le Roy

 

Posté par josleroy à 22:36 - Commentaires [5] - Permalien [#]

Frapper l'essence en trois mots de Garab Dorje

Garab Dorje est le premier maître humain du Dzogchen selon l'école Nyingmapa du Bouddhisme tibétain. Selon la tradition bouddhiste tibétaine, il naquit de façon miraculeuse dans le royaume d'Oddiyana cent soixante-six ans après le parinirvana du Bouddha.

Il disparut en « corps d'arc-en-ciel » et laissa son « testament secret » Frapper l'essence en trois mots (Tsig Sum Nèdek) à Mañjuśrīmitra.

Voici ce texte :

1 Être directement introduit à sa propre nature

2 Décider définitivement sur cet état unique

3 Continuer dircetement avec confiance dans la libération

 

Dudjom Rinpoche a commenté ces trois points ainsi :

"I. Concernant l'introduction directe à notre propre nature : La conscience originale immédiate du moment présent, transcendant toutes les pensées en relation avec les trois temps, est elle-même la conscience ou Savoir (ye-shes) primordial qui est la Conscience intrinsèque non-créée (Rig-pa). Ceci est l'introduction directe à notre propre nature.

II. Concernant la décision définitive sur cet état unique : Quelque soit les phénomènes du Samsara et du Nirvana qui apparaissent, tous représentent le jeu de l'énergie créatrice ou potentialité de notre propre Conscience intrinsèque immédiate (Rig-pa'i rtsal). Puisqu'il n'y a rien qui ait simplement au delà de cela, on doit continuer dans cet état de cette Conscience singulière et unique. C'est pourquoi, on doit décider une fois pour toutes sur cet état unique et savoir qu'il n'existe rien d'autre que cela.

III. Concernant le fait de continuer en confiance vers la libération : Quelques soient les pensées, grosses ou subtiles, qui apparaissent, simplement en reconnaissant leur nature, elles apparaissent et se libèrent simultanément dans la vaste étendue du Dharmakaya, où la Vacuité et la Conscience (sont inséparables). C'est pourquoi, on doit continuer directement avec confiance dans leur libération."
source

 

la Vision sans Tête procède exactement ainsi:

1 Voir sa vraie nature directement

2 Ne rien chercher d'autre que la Vision de sa vraie nature

3 faire confiance au pouvoir libérateur de la Vision.

 

jlr

 

 

Posté par josleroy à 18:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,