Eveil et philosophie, blog de José Le Roy

25 mars 2017

L'ultime vérité

 

 

poesie

L'ultime vérité ? - Le chant d'un pêcheur

Qui s'éloigne dans les roseaux.

 

Wang Wei

(701-761)

Posté par josleroy à 20:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le "Je suis" est la porte

Une manière simple de découvrir ce que nous sommes est de suivre la sensation du "Je suis" jusqu'à la source. Cette sensation"je suis" qui est l'expérience de notre présence est toujours là; il suffit de la suivre comme un fil d'Ariane pour sortir de l'identification au corps.

En effet nous limitons ce "je suis" au corps, aux pensées, aux émotions et à l'individu que nous croyons être. Mais si nous prêtons attention à la présence du "Je suis", nous allons découvrir qu'il n'est pas du tout individuel.

ariane

 

Cette méthode était celle qu'enseignait Nisargadatta Maharaj, et elle est très simple et très puissante.

 

"Plongez profondément dans la sensation je suis et vous trouverez. Comment retrouvez-vous une chose égarée ou oubliée ? Vous la gardez présente à l’esprit jusqu’à ce qu’elle vienne à vous. La sensation d’être, du "je suis" est la première à émerger. Demandez-vous d’où elle vient, ou contentez-vous de la contempler avec calme. Lorsque le mental se fixe, immobile, sur "je suis" vous entrez dans un état que vous ne pouvez exprimer mais que vous pouvez expérimenter. Tout ce que vous avez à faire, c’est d’essayer sans relâche. Après tout, cette sensation "je suis" vous est toujours présente, mais vous y avez greffé toutes sortes de choses corps, sentiments, pensées, opinions, possessions intérieures ou extérieures, etc. A cause d’elles, vous vous prenez pour ce que vous n’êtes pas. "

Il s'agit donc de trourner son attention vers l'intérieur, vers le sens intime du "je suis".

"Tournez-vous vers l’intérieur. Le « je suis » vous savez. Soyez avec lui à tous les instants dont vous pouvez disposer jusqu’à ce que vous vous tourniez vers lui spontanément. Il n’y a pas de voie plus simple et plus facile."

"Tournez-vous vers l’intérieur à la recherche du « qui suis-je » ou fixez votre esprit sur « je suis » qui est l’être simple et pur."

 

Le "Je suis" est l'être pur. Il n'a pas de limite, pas de frontière, il est vaste, ne connait ni intérieur, ni extérieur. En s'installant en Lui, les couches superficielles disparaissent et notre conscience s'élargit.

Le "Je suis" nous mènera alors au-delà du monde, au-delà de l'individu et soudainement nous révélera l'absolu. Le Je suis est comme une porte qui ouvre vers l'espace du mystère.

"La sensation « Je suis » est la manifestation d’une cause plus profonde que vous pouvez appeler Soi, Dieu, Réalité ou de tout autre nom. Le je suis est dans le monde mais il est la clé qui peut ouvrir la porte qui mène hors du monde. La lune qui danse sur l’eau est aperçue dans l’eau, mais elle est causée par la lune qui est dans le ciel, pas par l’eau."

 "Infatigablement, j’attire leur attention sur l’unique facteur incontestable - celui d’être. Elle ne demande pas de preuve - cela prouve tout le reste. Si seulement ils vont au fond du fait d’être et y découvrent l’immensité et la gloire dont le « je suis » est la porte, s’ils franchissent cette porte et passent au-delà, leur vie sera remplie de bonheur et de lumière. Croyez-moi, l’effort à faire n’est rien en comparaison des découvertes auxquelles il mène."

 "Bon. Ayez une attention soutenue à vous-même - c’est suffisant. La porte qui vous emprisonne est aussi celle qui vous libérera. Le « je suis » est la porte. Restez près d’elle jusqu’à ce qu’elle s’ouvre. En fait, elle est ouverte, mais vous n’y êtes pas. Le témoin est la porte par laquelle vous passez au-delà."

Nisargadatta maharaj

 

 

nisargadatta_maharaj_13

 N. Maharaj

 

Déjà publié en 2014

Posté par josleroy à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 mars 2017

L'évidence même

 

Video de Franck Terreaux déjà diffusée, mais je ne m'en lasse pas.

 

Posté par josleroy à 14:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 mars 2017

Franck Terreaux : atelier à Paris

maxresdefault

 

Franck Terreaux

propose une rencontre-atelier

vendredi 31 mars 2017

à 20h30

chez José Le Roy

à Paris

Entrée libre

Réservation obligatoire : joseleroy29@gmail.com

 

"Ne pouvant pas ne pas être,
 
 rien, absolument rien ne peut rivaliser
 
en simplicité, en immédiateté
 
avec cela qui est.
 
Ainsi, sans effort, le chercheur disparaît.
 
Au cœur du simple,
 
sans rien faire, sans rien être,
 
je me prélasse tel un bienheureux dans
 
cette compréhension...
 
 

***

Même en l'absence de chercheur,
 
sans effort, c'est déjà en train de méditer,
 
parce que la méditation
 
ne connaît ni chercheur,
 
ni effort, ni méditant,
 
ni même de commencement.
 
Au cœur du simple,
 
sans rien faire, sans rien être,
 
je me prélasse tel un bienheureux dans
 
cette compréhension...
 
 
 
***
 
Que « Je », regarde ou non,
 
Que « Je », entende ou non,
 
sans effort, c’est déjà en train d’entendre
 
et de regarder. L’observateur disparaît.
 
Au cœur du simple,
 
sans rien faire, sans rien être,
 
je me prélasse tel un bienheureux dans
 
cette compréhension...
 
 
 
***
 
Que « Je », soit présent ou non,
 
Que « Je », porte son attention ou non,
 
sans effort, c’est déjà en train de percevoir.
 
Le percevant disparaît.
 
Au cœur du simple,
 
sans rien faire, sans rien être,
 
je me prélasse tel un bienheureux dans
 
cette compréhension...
 
 
 
***
 
Sachant que suivre une pensée,
 
la regarder aller et venir,
 
m’éloignerait inévitablement
 
de cette compréhension,
 
sans effort, le penseur disparaît.
 
Au cœur du simple,
 
sans rien faire, sans rien être,
 
je me prélasse tel un bienheureux dans
 
cette compréhension...
 
 
 
***
 
Sachant que malgré la passion,
 
Et un formidable investissement
 
dans mon travail,
 
« Je », n’a jamais fait quoi que ce soit,
 
sans effort, l’agissant disparaît.
 
Ainsi, le laisser faire, laisse faire
 
le faire faire, goûtant
 
au pur plaisir de ne rien faire.
 
Au cœur du simple,
 
sans rien faire, sans rien être,
 
je me prélasse tel un bienheureux dans
 
cette compréhension...
 
 
 
***
 
L’ultime compréhension de l’être ne dépend
 
d’aucun processus intellectuel,
 
ni d’un quelconque processus de saisie.
 
Elle émane de l’intelligence pure,
 
qui siège au cœur du simple,
 
dans ce lieu à partir duquel
 
le chercheur, la raison, l’effort, la saisie
 
ainsi que toutes intentions
 
et tergiversations
 
prennent leur envol.
 
Au cœur du simple,
 
sans rien faire, sans rien être,
 
je me prélasse tel un bienheureux dans
 
cette compréhension...
 
 
 
***
 
Rien n’étant plus élevé que la nature,
 
à moi qui ne regarde ni n’entends
 
ni ne perçois, la nature parle
 
de son incommensurable beauté.
 
Au cœur du simple,
 
sans rien faire, sans rien être,
 
je me prélasse tel un bienheureux dans
 
cette compréhension...
 
« Suis » ne fait rien, ne regarde rien,
 
il rend tout cela possible."
 
 
 
***


 
Extrait du livre de Franck Terreaux: L'art de ne pas faire. Ed. l'Originel
 

Posté par josleroy à 19:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Atelier-Rencontre sur internet


Atelier-Rencontre ce soir sur internet avec José Le Roy

20h30

 

Qu'est-ce que l'éveil spirituel ?

Initiation aux outils de Douglas Harding

 

je suis mystère de douglas harding

 

Gratuit

Rens: joseleroy29@gmail.com

 

 

 

Posté par josleroy à 18:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 mars 2017

Ordinaire ?

 

Tout à l'heure je parlais avec mon ami L. qui me faisait remarquer que l'expérience d'éveil est pleine de paradoxes.

Par exemple, on peut dire, en un sens, que l'expérience d'éveil est tout à fait ordinaire, qu'il ne s'agit pas de créer une autre conscience mais de simplement la reconnaitre telle qu'elle est. L'éveil n'est pas une extase, mais la présence de tous les jours....le fait d'être.

C'est tout à fait vrai. Rien de plus naturel.

Et pourtant il faut rajouter - disait très justement L. - que l'éveil est aussi extraordinaire, stupéfiant.

Je marchais dans Paris après cette conversation,  en prêtant attention au monde qui se donnait là dans l'ouverture transparente de la conscience, et les rues de Paris, les murs, les trottoirs, TOUT EN FAIT, s'est mis à scintiller dans une allégresse assez grisante.

Comme si le monde déployait ses ailes, tel un ange.

Comme s'il murmurait - à qui ? je ne sais - une parole d'amour et de beauté.

Alors, oui l'éveil est à la fois ordinaire ET extraordinaire.

jlr

 

caillebotte

 

Posté par josleroy à 21:15 - Commentaires [12] - Permalien [#]

on est le son lui-même

 

"Il n'y a plus de "je",

il n'y a plus de moi,

il n'y a plus de différence entre le corps et l'extérieur,

on est le son lui-même"

 

Lucas Debargue

Pianiste français

 

Merci à Fabrice Midal pour la citation

 

 

Posté par josleroy à 17:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 mars 2017

Pas de porte

 

 

unnamed

 

 

 

Où chercher ?

Jetez un coup d'oeil franc et décisif au-dessus de vos épaules.

Voyez-vous l'ouverture ?

Une grande et vaste et transparence ?

C'est là.

Pas de porte à ouvrir.

Tout est ouvert. Grand ouvert. Disponible. Accessible.

Comme dans une maison sans toit, ni murs.

Plus d'intérieur.

Plus d'extérieur.

Bienvenue chez vous.

jlr

 

Posté par josleroy à 19:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

20 mars 2017

Revenir au centre

 

thm_jungen-am-strand-von-skagen

 

Je propose aux gens dans mes ateliers de ramener leur attention au centre,

de retourner leur regard vers le centre d'eux-mêmes.

Ceci est utile et efficace car nous sommes perdus à la périphérie de notre être, perdus dans les pensées, les émotions ou même les objets.

Notre attention est comme une flèche exclusivement dirigée vers le dehors.

Ainsi, quand on renverse son attention, la flèche de la conscience vient pointer directement vers le centre, et nous découvrons que

le centre est vide.

Mais, il faut ensuite abandonner les concepts de "centre" et de "périphérie" et comprendre que ces mots ne sont que des moyens pégadogiques pour nous ramener chez nous.

Car en réalité, il n'y a ni centre ni périphérie.

L'attention n'est nullement localisée dans un centre, distant d'un périphérie.

Dans le retournement de la conscience, centre et périphérie disparaissent.

Et ce qui se révèle alors c'est le champ même d'une présence vaste, ouverte et libre.

jlr

 

Peinture Peder Severin Kroyer

Posté par josleroy à 19:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 mars 2017

La Vue du Dzogchen

Voici quelques citations du maitre dzogchen Tulku Urgyen Rinpoche:

Il s'agit de reconnaitre la vraie nature de son esprit, Rigpa, à la fois vide et consciente, puis de se familiariser avec cette vue à chaque instant jusqu'à ce que cela devienne naturel.

Ce petit livre est excellent pour comprendre le coeur de l'enseignement du Dzogchen.

jlr

 

vajra-speech


"Dans le dzogchen, la Vue ultime consiste à se relaxer dans la conscience non-duelle.
*
La Vue véritable est sans observateur et sans objet observé.
*
La Vue consiste à reconnaitre notre simplicité intérieure. Après avoir compris cela, la méditation consiste à demeurer dans l'état naturel sans rien fixer du tout. Quand vous faites confiance à la Vue, même si cent savants disent que vous devriez en douter, vous êtes certain qu'il n'y a rien de supérieur à elle.
*
Dans la Vue, deux doivent devenir un, et l'Un doit devenir sans lieu, sans objet.

*
On dit : "Reconnaissez l'essence de l'esprit, reconnaissez l'essence de l'esprit". Une fois qu'on est devenu familier de cette essence, elle vaincra tous les karmas, tous les conditionnement habituels, toutes les expériences illusoires; Elle est suffisante en elle-même.
*
L'essence est comme le soleil brillant : naturellement lumineux et sans forme.
*
Ne distinguez pas les apparences comme étant étant là-bas, et la conscience comme étant ici ; laissez les apparences et la conscience être indivisibles.
*
Restez dans l'état naturel. Pendant que vous voyez votre essence - en voyant qu'il n'y a rien à voir- restez simplement dans l'état naturel. L'état naturel signifie sans technique, sans artifice.
*
C'est un entrainement pour ne pas méditer, un entrainement à l'état naturel, à laisser être.
*
La conscience non-duelle est originellement ouverte, libre.

Cette ouverture signifie naturellement liberté. "

Tulku_Urgyen_Rinpoche

 

Témoignage de Nicole

Nicole est une amie qui a rencontré Tulku Urgyen; voici son témoignage:

"J'ai rencontré Tulku Urgyen au Népal en 1995 ou 1994 (je ne sais plus très bien l'année) mais j'ai des photos de notre séjour prises avec Alain où il nous donnait sa bénédiction ....A cette époque, nous étions avec Alain auprès de Poonja à Lucknow pour 3 semaines et un Lama américain très connu aujourd'hui écrivant de nombreux livres et animant de nombreux séminaires sur le Dzogchen s'y trouvait en même tant que nous avec un petit groupe d'une dizaine de personnes ..Nous avons bien sympathisés, et comme il partait ensuite au Népal il nous a proposé de rencontrer son Maître Tulku Urgyen déjà malade et pas facile à approcher... Il nous a dit que pour nous, c'était vraiment une chance de pouvoir être quelques jours auprès de Lui....Nous avec donc pris l'avion pour le Népal avec eux..

Un matin, nous étions tous là ...

Il parlait de Vacuité... de la Vue etc... alors, j'ai eu un long entretien avec lui au sujet de la Vision sans tête et surtout qu'elle importance celle-ci avait prise dans ma vie ! Alain traduisait en anglais ce que je disais et l'Americain traduisait au Tulku en tibetain !! Cela a bien duré au minimum 1/4 d'heure, peut-être plus...Il m'a posé plein de questions très pertinentes et à la fin de l'entretien (je crois bien que j'avais "réussi l'examen".. façon bien sûr de parler.) Il a m'approuvé en hochant positivement la tête...m' a fait un magnifique sourire et m'a donné sa bénédiction... Le Lama americain m'a dit que c'était la première fois qu'il y avait un dialogue aussi long et aussi enrichissant avec Tulku Urgyen ... Il m'a remercié pour tous mais dans le fond, ce fut si simple et si évident pour moi de parler à partir d'où je regardais et de vivre la Vision de l'Unique avec eux dans l'instant présent !!

Ce fut un moment vraiment magique et il avait l'air totalement d'accord avec Douglas Harding.... N'est -ce pas merveilleux.. Un Etre "perdu" dans les himalayas vivant et regardant à la même fraction de seconde au travers de la même et immense Ouverture!

Je me suis souvenue encore depuis ce matin que ses questions étaient très "pointues"... Il voulait savoir comment je vivais cet Espace... souvent.?.. court ? ou bien si je pouvais "maintenir" la vision de l'Espace assez longtemps ? Et quand je lui ai dit que c'était un acte toujours neuf , vivant, un acte d'attention et de retournement du regard-conscience vers l' Interieur, vers "qui" je suis vraiment vraiment, et que celui-ci ne pouvait avoir lieu que dans l'instant présent, il a bougé la tête affirmativement et a souri !,... Le Lama m'a dit que c'était la première fois qu'il donnait tant de détails sur RIGPA, sur la VUE véritable sans observateur et sans l'objet observé ! Tout le groupe a semblé ravi de cet entretien ..!! Je crois qu'avec le Tulku, on s'est très bien compris..,

on était vraiment conscient, à ce moment là, d'être au même endroit

immense, immobile et hors du temps ! "

Posté par josleroy à 18:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,