Eveil et philosophie, blog de José Le Roy

08 novembre 2019

Je me suis fait tout petit

De rien, c'est cadeau..

 

 

Posté par josleroy à 13:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]


07 novembre 2019

J'ai disparu

La première sensation que j'ai eu lorsque l'éveil survint fut celle-ci : "J'ai disparu".

Jusque là, je me vivais comme un observateur logé dans la tête, quelque part derrière les yeux.

Soudainement, l'observateur avait disparu.

A sa place, il y avait un Rien intensément vivant rempli par le monde, brillant de mille feux.

C'est encore vrai maintenant : "j'ai disparu".

Si vous cherchez Celui qui regarde le monde, vous ne trouverez Rien, mais un mystère vivant, un abime conscient, une gigantesque ouverture, une Présence sans limite.

Et dans cette vacuité, le monde, avec toutes ses rivières, toutes ses étoiles, ses arbres, ses animaux et ses personnes s'engouffrent immédiatement.

Et le Rien devient toutes choses.

jlr

 

 

Posté par josleroy à 21:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]

La maison d'hôtes

Je reposte ce message vieux d'un an, pour ami un peu déprimé ces temps-ci.

En espérant que Rumi puisse l'aider.

jlr

 

 

"Chaque matin, une nouvelle arrivée

Une joie, une dépression, une mesquinerie
Un moment de pleine conscience qui arrive
Comme un visiteur inattendu

Accueille-les et reçois-les tous !
Même s’ils sont une foule de chagrins
Qui balaye violemment ta maison
La vide de son mobilier

Continue à traiter chaque hôte honorablement
Ils sont peut être en train de te vider
Pour faire place à de nouveaux délices

La pensée sombre, la honte et la malveillance,
Accueille-les à la porte en souriant
Et invites-les à rentrer

Sois reconnaissant pour quiconque arrive,
Car chacun d’eux a été envoyé
Comme un guide venant de l’au-delà"

Poème de Rumi

 

 

 

 

J'aime bien ce poème de Rumi.

Il parle de l'accueil des émotions qui se produisent en nous : joie, dépression, tristesse....

 

Ce texte nous rappelle que la spiritualité n'est pas une fuite de nos émotions et de notre humanité.

 

Il ne s'agit pas de s'évader dans un nirvana imaginaire qui serait vide d'émotions, de difficultés et de problèmes.

 

Non, la spiritualité consiste à vivre et à embrasser ce qui se produit.

 

Mais cet accueil n'est pas le fait de l'individu. Ce n'est pas "José" ou "Pierre" ou "Sophie" qui accueille, c'est la conscience pure, l'espace éveillé.

 

L'individu se caractérise au contraire par son refus de ce qui le gène; il n'accueille par grand chose. Il est exclusif, pas inclusif.

 

L'Ouverture de la conscience, au contraire, reçoit tout en elle : les émotions, mais aussi pensées, et les couleurs, les formes, les sons, les sensations...

 

Et paradoxalement, il n'y a aucun effort à faire pour accueillir : tout est déjà accueilli puisque tout est là.

 

Si l'émotion est en vous, c'est que la conscience l'a déjà invitée, et reçue.

 

Il suffit de prendre conscience qu'elle est arrivée ; et de l'honorer par notre attention.

 

Centrés sur l'espace nue de la vaste conscience, nous ne vivons pas les émotions comme des ennemis, mais comme des hôtes de passage, précieux qui nous parlent de notre humanité, et qui pointent tous vers la source immuable qui les accueillent.

Etant vide, nous avons de l'espace pour tout ce qui peut surgir dans l'instant et rien ne peut fermer cette maison d'hotes.

Ayant découvert la vacuité invulnérable, nous ne craignons plus d'être touchés et vulnérables.

Nous sommes touchés, en plein coeur, et pourtant libres.

Le coeur de l'espace.

 

jlr

 

 

 

Posté par josleroy à 14:54 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

06 novembre 2019

ton visage originel apparaît spontanément

Un beau texte de Pierre Turlur.

zen garden

 

 

"Le secret du sceau de l'esprit du Bouddha est ouvert, juste ici et maintenant, devant tes propres yeux. Ne fais rien, sois sans fabrication. Abandonne toute affaire, l'idée d'être quelqu'un d'autre ou de réaliser quelque chose de spécial. Ici, le voyageur, le chemin et la destination ne sont ni deux ni un. Ainsi assis, assis dans l'ainsi, cultive l'intention de te tenir droit et cependant ne la réalise pas. Dans le non-faire, la réponse naturelle à la gravité se fait d'elle-même. Un millimètre d'action et terre et ciel bleu se trouveront séparés, le moindre faire et tu te seras déjà égaré. Laisse-toi prendre par le paisible état. Sois chez toi dans le sans- demeure.

Tu ne trouveras ici nulle trace, comme ces canards sauvages s'envolant d'une rivière, comme la neige sur la neige. Cela n'a aucune saveur particulière, musique dépourvue de sons, chevauchant le buffle et soufflant dans une flute vide, toutes choses au repos et pourtant si vivantes. Les poissons frayent , les oiseaux volent, et, ce faisant, ils retournent à la condition normale et originelle. Alors que tu laboures les nuages et traverse toute l'étendue du ciel, sois à ton aise. Les choses et les pensées viennent jouer pour aussitôt s'évanouir. Cesse de t'inquiéter. Le corps transitoire et dynamique de la réalité n'est autre que le corps des Bouddhas. Ne t'attache ni à ceci ni à cela. Il n'est plus nécessaire de traîner dans le royaume des opposés, de choisir ou de rejeter. Facile, il est facile d'aller et de réaliser.

Ne t'assieds pas comme Bouddha, laisse Bouddha t'asseoir. Tout comme la rondeur et plénitude de la lune, ton visage originel apparaît spontanément, automatiquement, libre et sans contraintes. Il ne t'appartient pas de le voir, mais sans le savoir, de l'être."

Pierre Turlur, Apprivoiser l'éveil: A travers les dix images du buffles

Posté par josleroy à 16:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

Ateliers au mois de novembre

Plusieurs ateliers dans la lignée de Douglas Harding et de la Vision Sans Tête sont proposés en France et en Belgique ce mois-ci et les suivants.

La liste complète des ateliers se trouve à cette adresse :

https://www.visionsanstete.com/ateliersvst

Elle est régulièrement mise à jour.

 

Les rencontres sur le net

Les rencontres internet ont lieu tous les jeudis de 20h à 21 h (l'heure à changer).

renseignemnts https://www.visionsanstete.com/visionsanstete-internet

 

Ateliers en novembre

 

Paris :

Vendredi 8 novembre (Lorène et Serge)

de 20h30 à 22h30

 

Lorient :

Dimanche 11 novembre

de 14h30 à 17h30 (José Le Roy)

 

Reims :

Samedi 16 novembre

de 10h à 17 h

(avec José Le roy)

 

Paris :

Vendredi 22 novembre (José et Lorène et Serge)

de 20h30 à 22h30

Soignies (Belgique)

Dimanche 24 novembre

de 14h à 16h

'Atelier avec Pierre Twagirayezu)

 

Cassis:

Dimance 30 novembre

de 10 h à 17h30

(José Le Roy)

 

 

Posté par josleroy à 10:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 novembre 2019

Peut-on vivre au présent?

Deuxième conférence de l'ile de la Réunion

à l'invitation des Amis de l'Université

le 24 octobre 2019 à Saint-Denis de la Réunion

2019-10-14_Vivre present_Saint-Denis_A5

 

 

 

 

 

 

Posté par josleroy à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 novembre 2019

Etre conscient à Lorient (et ailleurs !)

Je serai à Lorient samedi 9 novembre pour une conférence et une table ronde;

et dimanche 10 novembre, j'animerai un atelier à Lorient de 14h30 à 17h30

 

Atelier pratique sur l'éveil avec les outils de Douglas Harding et de la méditation de pleine conscience

Renseignements pour l'atelier : clesdesoi@gmail.com

 

Voici le programme de la journée du 9 novembre

 

IMG_20191030_153022_807

 

Et voici une conférence de Corine Sombrun qui sera aussi présente à Lorient

 

 

Posté par josleroy à 16:13 - Commentaires [4] - Permalien [#]

03 novembre 2019

Que veut dire se connaitre?

Conférence à l'ile de la Réunion, Saint Pierre, le 22 octobre 2019

à l'invitation des Amis de l'Université

 

 

 

Posté par josleroy à 15:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

23 octobre 2019

4 videos sur la méditation et le yoga

Suite du week-end ALmora "Yoga et Méditation"

le 14 et 15 septembre 2019.

José Le Roy

Erik Sablé

Fabrice Midal

Colette Poggi

 

Jose Le Roy à la Bellevilloise : méditer est notre état naturel !

 

Erik Sablé à la Bellevilloise : Les Yoga Sutra de Patanjali

 

Fabrice Midal à la Bellevilloise : qu'est-ce que méditer ?

 

Colette Poggi à la Bellevilloise : l'art de l'entre-deux, Antara, au coeur du yoga



 

 

21 octobre 2019

Petites boites...Petites boites...Boites fermées ? Boites ouvertes ? par Catherine Harding

 

Je viens de recevoir un article de Catherine Harding,
que je partage avec vous.
Catherine animera un atelier avec moi à Paris,
le vendredi 20 décembre à 20h30.
renseignements : joseleroy29@gmail.com

jlr

get-out-of-the-box

"Avez-vous remarqué comme nous avons tendance à tout étiqueter : les choses, les gens … 
Nous naissons immenses, sans limites. Et puis immédiatement on nous rétrécit, on nous colle un nom, une étiquette. Comme sur les produits exposés au supermarché. On est tout de suite « catalogué/e ».
Avec une date de péremption … évidemment!, puisque les choses naissent et disparaissent .
En fait, dès que nous apparaissons, on nous met tout de suite en boîte …
ı« Little boxes…little boxes… » comme le chantait merveilleusement Graeme Allwright.
« Petites Boîtes, très étroites, … toutes pareilles … »
Bébé, c’est la boîte: ‘nom - prénom-religion-nationalité etc…’, Enfant, c’est la boîte: ‘école’, … puis adolescent le lycée = ‘le bahut’, puis l’université, boîte A, B, C, etc,  pour danser on va ‘en boîte’ , pour travailler dans son emploi, on va ‘à la boîte’, puis, les boîtes ‘enfant’, ‘père’, mère’, ‘grand-père’, ‘grand-mère’ etc… pour se loger on achète une boîte et finalement c’est dans une boîte qu’on va au cimetière…  c’est la dernière page du catalogue.
Mais ces boîtes-là ne sont rien à côté de la boîte ‘tête’ dans laquelle on nous enferme dès l’enfance.! « tu vois là-bas, dans le miroir, cette tête c’est toi, eh oui, c’est toi! C’est là-bas, mais c’est toi! »
(Et pourtant, est-ce que tu vois ça, toi, cette boîte au-dessus de tes épaules ?…)
Et nous voilà « chosifié », devenu objet.
Nous sommes chosifiés, et ensuite nous chosifions les autres. 
« Tu es jeune », « tu es vieux », « tu es un père de famille », « tu es un professeur », « tu es une mère », « tu es une secrétaire », etc…  
Une société de boîtes, fermées, séparées … une société d’objets, voilà ce que nous sommes!
Et il faut bien le dire : pour les relations dites humaines, la relation ‘boîte à boîte’, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux !… 
D’une boîte à l’autre, le courant, les idées, les émotions ne passent pas très bien, et sont souvent déformées. D’où l’incompréhension. D’où les conflits. Conflits familiaux, amicaux, sociaux, nationaux, internationaux. 
C’est la maladie de l’enfermement. Chacun enfermé sur soi.
La maladie de la chosification.
En nous étiquetant les uns les autres, nous nous chosifions.
Nous nous transformons les uns les autres en objets.
Et de ce fait, nous nous séparons, nous nous isolons les uns des autres.
Chacun a l’impression qu’il faut se défendre, se protéger …de quoi ? On n’en sait rien, mais cette peur est là. Qui se cache insidieusement au fond de nous.
Oh, ce n’est pas déclaré, rien d’agressif, non. Mais …
Nous ne voyons en l’autre que la ‘boîte’, l’enveloppe, différente de la nôtre, ce qui nous sépare.
Nous vivons dans le monde des apparences…
Et nous ignorons ce que nous sommes tous vraiment, au tréfonds de nous-même : La conscience nue, simple, lumineuse, vide, qui ne sait rien, n’a rien, ne demande rien, CELA qui est La Vie, qui anime toutes choses et où nous sommes UN.
Alors c’est simple : ouvrons la boîte! Au lieu de nous protéger, SOYONS nous-mêmes et accueillons. 
Ouvrez les boîtes! Laissons la lumière de la conscience rayonner. A travers nous. A travers chacun de nous. Autrement dit, cessons d’être piégés par un rôle. Par le rôle (nécessaire) que la Vie nous a donné à jouer. Retrouvons, derrière ce rôle, l’authenticité de notre enfance. Soyons naturels, soyons vrais.
Il s’agit simplement d’une erreur de point de vue. Au lieu de regarder le monde à partir de notre étiquettes de chose séparée, celle que l’on nous donne à distance, regardons le à partir de la première personne, à 0 centimètre du Centre de nous-même.
« Comment faire pour ouvrir la  boîte ? » me direz-vous.
Rien de plus simple : au lieu de regarder vers l’extérieur, tournez votre attention de 180° vers le Centre de vous-même, et voyez … ICI, y a-t-il une étiquette ? Un nom, une marque de fabrique, une boîte fermée ? N’êtes-vous pas absolument vide, grand ouvert,  Accueil pour tout, pour le monde entier? 
Au fond de vous-même, débarrassé de votre boîte, ne vous reconnaissez-vous pas dans tous les autres: même vacuité, même vibration pure, éveillée ?
Je suis tous les autres, même le pire des criminels. Au fond du fond de moi-même il est moi, je suis lui.
Le drame de notre société humaine, c’est qu’elle fonctionne uniquement sur les apparences. Et les apparences sont les boîtes. 
Des choses. Très éphémères. Comme toutes les choses.
Les boites apparaissent et disparaissent. OUVRONS LES BOITES ET VIVONS DANS L’ETERNEL ETRE !
Seule la Lumière intérieure inextinguible est ce que nous sommes tous, vivante et éternelle. 
Catherine Harding
____________________________________________________________________
 Greame Allwright 
Petites Boîtes   

 

Petites boîtes, petites boîtes
Petites boîtes toutes pareilles.
Y a des rouges, des violettes
Et des vertes très coquettes
Elles sont toutes faites en ticky-tacky (construction  bon marché)
Elles sont toutes, toutes pareilles.
Et ces gens-là dans leurs boites
Vont tous à l’université
On les met tous dans des petites boîtes
Petites boîtes toutes pareilles.
Y a des médecins, des dentistes,
Des hommes d’affaire et des avocats
Ils sont tous, tous faits de ticky-tacky,
Ils sont tous, tous pareils.
Et ils boivent sec des martinis
Jouent au golf toute l’après-midi,
Puis ils font des jolis enfants
Qui vont tous, tous à l’école.
Ces enfants partent en vacances
Puis s’en vont à l’université
On les met tous dans des boîtes
Et ils sortent tous pareils.
Les garçons font du commerce
Et deviennent pères de famille
Ils bâtissent de nouvelles boîtes
Petites boîtes toutes pareilles.
Puis ils règlent toutes leurs affaires
Et s’en vont dans des cimetières 
Dans des boîtes faites en ticky-tacky
Qui sont toutes pareilles.


 

Posté par josleroy à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :