Eveil et philosophie, blog de José Le Roy

15 janvier 2017

Paysage de neige

Aujourd'hui, lors de la deuxième journée de l'atelier, nous avons fait un exercice sur l'immobilité.

Est-ce la Conscience-Présence que je suis qui bouge ?

Ou est-ce le monde qui bouge en elle?

Mon ami Daniel Zanin vient juste de m'envoyer une video sur l'immobilité, avec ce commentaire :

"Je marche ou est-ce le paysage qui vient vers moi ?
La caméra n'ayant pas de mental à vous de voir !"

 

 

On voit très nettement que le paysage bouge dans un espace vide et immobile,

Le marcheur est sans tête.

merci Daniel

jlr

lien vers le site de Daniel La-marche-consciente

zanin

 

 


Vide et plein

 

"Comme un pot vide placé dans l'espace

Celui qui connait l'absolu est vide au-dedans et vide au-dehors

Et au même moment, il est plein au-dedans et plein au-dehors

Comme un pot immergé dans l'océan."

 

Yoga Vasishtha Sara (Inde),

résumé du Yoga Vasishtha, texte indien du moyen âge

 

 

 

vide

 

Sortie de Thomas Pesquet dans l'espace l'autre jour.

 

 

Pas d'observateur. Vide.

Personne ne regarde ces deux jambes.

Vide et vide.

Mais le vide est plein du corps, plein de la terre, plein de l'univers.

Plein sur plein.

Plein et vide.

Plein parce que vide.

Vide pour être plein.

Vide et plein sans dualité.

Sans intérieur, sans extérieur.

WOUAH !

jlr

 

Posté par josleroy à 18:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 janvier 2017

La Présence est immuable

c0b2842f5e95c826e3e1b5d1085ba343

Aujourd'hui, j'ai animé une journée de méditation avec Fabien Devaugermé à Bures-Sur-Yvette.

Il s'agissait de prendre conscience de la Présence, c'est-à-dire de ce que nous sommes vraiment, vraiment, au-delà de notre corps, au-delà de nos pensées, et de nos rôles sociaux.

Après la première méditation, j'ai demandé aux participants de nous donner la qualité de la Présence qui les avait particulièment marquée pendant l'expérience.

Voici quelques réponses :

"La Présence est une Lumière"

"Elle est illimitée, en expansion. J'ai l'impression de déborder de mon crâne"

"Elle est vide et en même temps plénitude"

"C'est vivant"

"C'est une source car tout jaillit d'elle"

"Elle est une Unité"

"Elle n'est en opposition avec rien, elle est accueil"

"Elle est amour"

"Elle est silence"

"La Présence est immuable"

"Elle est éveillée"

"Elle est présente sans effort."

"Elle est sans âge"

Toutes ces réponses étaient justes.

Et tous ces mots pointent vers notre être réel.

Quand nous sommes vraiment attentifs  à notre présence, nous pouvons en effet l'expérimenter comme illimitée et vaste.

Mais quand nous sommes au contraire distraits, nous réduisons la Présence à un corps, à des pensées, à une histoire, à un individu.

Nous la limitons ; nous la chosifions. Nous l'oublions.

Il s'agit tout simplement de retourner la flèche de notre attention de 180°pour prendre conscience de ce qui en nous regarde, entend, ressent, pense.

Rien à faire.

Juste être.

jlr

 

 

Posté par josleroy à 21:44 - Commentaires [5] - Permalien [#]

Shankara et la non-dualité

Nous venons d'éditer aux éditions Almora un livre sur le philosophe indien Shankara, écrit par Michel Hulin.

Shankara est un des plus grands philosophes indiens, le Platon de l'Inde si l'on veut.

Ce livre est la référence incontournable pour ceux qui s'intéressent à la pensée de l'Inde, à la philosophie, et à l'advaita vedanta.

Il est écrit par Michel Hulin, le plus grand spécialiste français de Shankara.

jlr

 

IMG_0001

IMG_0002

 

 

 

Extraits

" Le sujet humain qui, en droit, coïncide avec la réalité ultime se perçoit comme une entité à tous égards limitée, contingente, dépendante du cours du monde et exposée à la souffrance. Pour rendre compte de cette situation, Śaṅkara a recours à une théorie dite de la « surimposition » (adhyāsa). Sous l’empire de la nescience, le Soi unique, identique au brahman, s’agrège, se surimpose toutes sortes de déterminations étrangères ou « conditions limitantes extrinsèques » (upādhi), souvent appelées simplement « noms et formes » (nāma-rūpa) qui le démultiplient et le particularisent illusoirement.

Il en résulte une myriade de vivants individuels, tous pourvus d’un « corps propre » formé d’une hiérarchie d’organes de sensation et d’action travaillant en synergie. Ces répliques « en miniature » du brahman, toutes ainsi plongées dans le monde phénoménal, sont soumises, quoique de manière  infiniment variée, à ses vicissitudes. Chacune se croit unique en son genre, mais leur distinction mutuelle est superficielle dans la mesure où elle ne repose que sur la diversité des conditions limitantes extrinsèques, alors que le principe de la pensée – qui n’est pas un genre, un universel mais un existant concret – est unique et indivisible, donc intégralement présent en chacune. Dans la mesure, cependant, où tel ou tel de ces vivants individuels vient à prendre conscience de sa condition aliénée et, guidé par un guru, en découvre le « chiffre » dans la Révélation védique, la voie de la délivrance, c’est-à-dire de l’arrachement au monde de la différence, s’ouvre devant lui. Elle exige au départ un renoncement radical, un détachement absolu vis-à-vis de tous les buts mondains (au nombre desquels seront comptés les rites ou les actes simplement conformes à l’ordre moral du monde ou dharma), cela en fonction du postulat que toute visée autre que celle de la délivrance est obligatoirement inspirée par l’amour égocentrique de soi et donc par l’ignorance métaphysique.

Le  parcours spirituel se déroule ainsi en quatre étapes principales : l’écoute attentive (śravaṇa) de la Parole védique telle que transmise par un guru ; l’effort de réflexion (manana) indispensable pour la comprendre dans toutes ses implications ; la rumination mentale (nididhyāsana) des « Grandes Paroles » (mahāvākya) en lesquelles elle culmine ; enfin la concentration (samādhi) sur le brahman, réputée déboucher sur une saisie intuitive de la non-dualité et un arrachement définitif à la transmigration. Dans l’intervalle entre cet éveil et la mort, plus ou moins prochaine mais de toute manière destinée à être la dernière, règne un état paradoxal de « délivrance en cette vie même » (jīvan-mukti) : le sage demeure, le temps que s’épuise son « karman* entamé », toujours physiquement enfermé dans les limites générales de la condition humaine et dans ses limites individuelles propres, mais il ne les ressent plus comme telles."

Michel Hulin

Posté par josleroy à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 janvier 2017

Dans la Clarté de l’Etre

 

J'ai reçu aujourd'hui ce mot de Catherine Harding pour l'anniversaire des 10 ans de la disparition de Douglas Harding (1909-2007), philosophe et enseignant spirituel, et qui était aussi son époux.

jlr

 

douglasphoto_0006

11 Janvier 2017

"Dix ans déjà que tu as été libéré de ton apparence physique, Douglas.

 Dix ans de solitude conjugale pour la petite Catherine, qui remercie la Vie de lui avoir donné le privilège de te rencontrer et d’être ta femme.

 Tu as quitté ton corps et je continue de marcher dans mon enveloppe solitaire.

 Mais ICI, au centre de moi-même, dans la Clarté de l’Etre, le grand fond de lumière d’où nous venons tous, nous sommes unis plus que jamais et à jamais.

 Merci Douglas pour ce que tu as partagé avec nous tous, des milliers d’amis à travers le monde.

 Merci pour l’héritage que tu nous as laissé, La  Perle Précieuse, le Trésor, la libération ultime : la VISION DE QUI NOUS SOMMES VRAIMENT, VRAIMENT, VRAIMENT.

 Merci pour tes « expériences », la « boîte à outils » géniale qui permet à qui le veut vraiment de sortir de la prison de la petite personne enfermée dans une petite tête que nous croyons être, et de voir le Ciel Infini que nous sommes en réalité au-dedans de nous.

 Puissions-nous - chacun d’entre nous - nous installer en cette Clarté et la partager avec le plus grand nombre.

 Tu nous as libérés de l’obligation de la dépendance et de la soumission à des croyances imposées

 Le Face-à-Non Face au service du Grand-Ouvert, de l’amour infini devenu possible entre les êtres vivants.

 Je veux témoigner ici de la grandeur de cet homme si modeste, qui a consacré sa vie à ouvrir cette Voie si concrète vers la paix, la joie, l’amour, plus proches de nous que notre veine jugulaire.

 Aussi je nous invite tous, chacun d'entre nous, à célébrer cette Vision et – au plus difficile – La VIVRE ."

Catherine Harding

Posté par josleroy à 19:29 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


12 janvier 2017

Rien de spécial

Et sur l'éveil cette juste pensée de Shunryu Suzuki (1904-1971) :

 

Great-Leader-Shunryu-Suzuki

 

"Avant de l'atteindre, c'est quelque chose de merveilleux,

Mais,une fois qu'il est atteint,

ce n'est rien de spécial."

 

Shunryu Suzuki (1904-1971)

 

" Before attainment it is something marvelous, but, once attained , it is nothing special " -Shunryu Suzuki (1904-1971)

Posté par josleroy à 21:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Qu'est-ce que l'éveil ?

Extrait de livre de Mathieu "Témoignages contemporains sur l'éveil". vu sur http://cequiest.over-blog.com/2017/01/eveil-definitions.html

sunrise1

"Suyin Lamour : L’éveil c’est la conscience qui prend conscience d’elle-même, qui se reconnaît dans sa nature véritable, c'est à dire impersonnelle et non-duelle. C'est un changement de perspective : la conscience cesse de se prendre pour un individu distinct du reste et réalise que dans son essence elle est non localisée, sans centre, universelle, infinie et éternelle (c'est à dire sans début ni fin, autant dans l'espace que dans le temps). Il est alors vu que l’identification à un moi séparé, limité, mortel et auteur de sa vie était une illusion, que ce moi n’a pas d’existence réelle et n’en a jamais eu.

José le Roy : L’éveil à sa vraie nature est la réalisation que l’individu auquel nous nous étions jusqu’alors identifié, n’est pas notre véritable identité. L’individualité, que je pensais être et que j’imaginais au centre de ma subjectivité, a disparu de ce centre pour laisser place à une vacuité impersonnelle, sans forme, sans limite et hors du temps. Un vide puissant, éclatant comme mille soleils, s’était levé dans ma vie.

Alexander Kimpe : C’est la disparition d’un état de séparation qui n’a jamais réellement existé.

Claudette Vidal : L’éveil est la reconnaissance de qui nous sommes. Lorsque cesse l’identification avec le moi égotique, il est vu que ce que nous sommes est éternellement vide, silencieux et illimité. Nous sommes l’espace dans lequel tous les phénomènes naissent et meurent.

Marion : L’Eveil n’est pas un mouvement. Il n’est pas une réalisation qui arrive à quelqu’un. L’Eveil est simplement l’effondrement total de l’illusion de la séparation. Alors il est vu que tout est « Un », il n’y a que « Un », il n’y a que Cela.

Janick :  L’éveil est la révélation du SOI présent en chacun de vous. C’est l’essence pure de l’ETRE, votre véritable nature.
L’éveil, c’est l’ abandon total de ce que l’on croit être, il n’y a plus d’identification au personnage. C’est réaliser que tout est illusoire. Les pensées, les croyances, les peurs, les sensations,... sont vues pour ce qu’elles sont sans interprétation, de ce fait, elles perdent leur pouvoir et s’effritent. Il n’y a plus de désirs, ni de besoins pour combler l’égo.
Vous n’êtes plus esclave de vos pensées ou de tous autres fonctionnements, c’est ce qu’on appelle la LIBERTE.
C’est le SOI qui se manifeste à travers vous.

Moine Gojo : L’éveil est la réalisation que notre nature véritable, ce que nous sommes, est Conscience et que cette Conscience n’est pas personnelle. Elle est ce que nous partageons tous.
Le seul obstacle est l’identification en la croyance en un « moi » personnel et séparé.

Somasekha : L’éveil peut être comparé au fait de se réveiller d’un long sommeil ; celui de l’ignorance fondamentale qui nous fait croire à la réalité d’un « Je » et d’un autre.
Avec l’éveil, le rêve d’être un individu séparé du monde s’efface et notre nature véritable se dévoile.
Il y a reconnaissance directe et spontanée de Ce que nous sommes en réalité : la Conscience éternelle, resplendissante de paix, d’amour et de joie."

 

Livre ici

Posté par josleroy à 20:23 - Commentaires [7] - Permalien [#]

11 janvier 2017

Douglas Harding : 10 ans déjà

Douglas Harding (1909-2007) s'est éteint dans sa maison de Nacton auprès de Catherine sa femme, le 11 janvier 2007, dans la nuit.

Voilà donc 10 ans, jour pour jour.

douglas_harding_mer

douglas_lecture

douglas_catherine_japon

douglasphoto_0006

douglas_dessine

Douglas Harding

Douglas était un philosophe, un mystique, un enseignant spirituel de grand génie qui a apporté une méthode simple et profonde d'éveil à notre vraie nature.

Il fut rendu célèbre par un petit livre publié en anglais en 1961 : On having no head, dont voici un extrait très connu :

« Le plus beau jour de ma vie – ma nouvelle naissance en quelque sorte – fut le jour où je découvris que je n’avais pas de tête. Ceci n’est pas un jeu de mots, une boutade pour susciter l’intérêt coûte que coûte Je l’entends tout à fait sérieusement : je n’ai pas de tête. Je découvris instantanément que ce rien où aurait dû se trouver une tête, n’était pas une vacuité ordinaire, un simple néant. Au contraire, ce vide était très habité. C’était un vide énorme, rempli à profusion, un vide qui faisait place à tout – au gazon, aux arbres, aux lointaines collines ombragées et, bien au-delà d’elles, aux cimes enneigées semblables à une rangées de nuages anguleux parcourant le bleu du ciel. J’avais perdu une tête et gagné un monde.
Tout cela me coupait littéralement le souffle. Il me semblait d’ailleurs que j’avais cessé de respirer, absorbé par Ce-qui-m’était-donné : ce paysage superbe, intensément rayonnant dans la clarté de l’air, solitaire sans soutien, mystérieusement suspendu dans le vide, et (en cela résidait le vrai miracle, la merveille et le ravissement) totalement exempt de « moi », indépendant de tout observateur. Sa présence totale était mon absence totale de corps et d’esprit »

Douglas Harding " Vivre sans Tete" Edition Le Courrier du Livre

Depuis son départ, son enseignement est toujours vivant, plus que jamais pourrais-je dire. Grâce aux expériences que Douglas Harding a développées toute sa vie, le partage de notre vraie nature continue.

Des ateliers ont lieu régulièrement en France, en Angleterre, en Belgique, en Hollande, aux Etats-Unis, en Australie... Des milliers de personnes s'intéressent à cet enseignement sur la planète La vision sans tête (headlessway). Ils y trouvent une voie simple, directe, moderne de connaissance de soi.

Deux sites existent :

En français: visionsanstete.com

En anglais (et dans bien d'autres langues) headless.org

Pour information, le site anglais est consulté 15 000 fois par semaine, et ce blog français (Eveil et philosophie) près de 6 000 fois par semaine.

Voici un film qui retrace sa vie, fait par Richard Lang

Posté par josleroy à 23:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 janvier 2017

Nouveau livre de Mooji : Avant Je Suis

Nous publions ce mois-ci aux éditions Almora un nouveau livre de Mooji

Avant Je suis

IMG_0001

IMG_0002

Extrait :

" Question : D’une certaine façon, je sais de quoi tu parles, Mooji. Je pratique la méditation vipassana, et je sais que l’agitation du mental diminue quand j’en fais. Et je connais plusieurs exercices de pranayama qui…

 

Mooji : Tu penses connaître tant de choses, mais que connais-tu réellement ? Tu as vécu dans l’idée que tu dois développer des compétences pour gérer la vie et la contrôler, ou du moins pour y naviguer en sécurité. Mais de ton propre Soi, tu restes inconscient. Lui, pour l’instant, tu ne le connais pas.

Ne peux-tu simplement t’abandonner dans l’espace de « je ne sais pas »? Dans l’espace du « je suis », sans céder à la tentation de définir ce qu’est ce « je suis » ? Peux-tu, pour le moment, garder l’attention seulement dans ce sentiment de la présence « je », sans le relier à aucun autre concept ou aucune autre sensation ?

Peux-tu simplement reposer dans le sentiment naturel d'être, au-delà de toute séparation ? Ne cherche aucune expérience spéciale, aucun bénéfice. Ne sois pas non plus dans l’attente, ni dans l’anticipation. Reconnais ce sentiment unique d’être, tout naturellement. Aucune autre pratique n'est nécessaire si tu poursuis la recherche avec détermination, confiance et dévotion.

 

[Silence]

 

Après avoir écouté tes paroles, je me sens un peu abasourdi... ou peut-être un peu défoncé[1]. [Rires] Je commence à comprendre au moins une chose, c'est que je ne sais vraiment rien du tout. [Plus de rires]

 

Mooji : Dans le pays de « je sais », il y a toujours un esprit de compétition, de la jalousie, de la prétention, de l’orgueil et de l'arrogance. C’est un domaine agressif –  le domaine de l’ego. Je dis : refuse d’en être citoyen. Dans le pays de « je ne sais pas », les habitants vivent sans conflits et sont naturellement tranquilles, heureux et en paix.

Là demeurent les sages."



[1]  Jeu de mots entre stunned et stoned

Posté par josleroy à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Méditation et expérience de notre nature essentielle avec José Le Roy et Fabien Devaugermé

Week-end du 14 et 15 janvier 2017 : Méditation et expérience de notre nature essentielle.

meditation1

Horaires : Samedi 14 janvier de 10h à 17h30 et dimanche 15 janvier 2015 de 10h à 12h30.

Lieu : Centre de Pleine Conscience, Bures-sur-Yvette

La pleine conscience est le fait de prêter attention, sans jugement, à notre expérience du moment présent. Sensations, émotions, désirs, pensées : tout apparait dans l’expérience d’être ici et maintenant. Mais en général nous sommes happés par ces phénomènes et devenons décentrés, et par conséquent stressés ; nous perdons de vue notre centre intérieur.

Le but de cette journée est de retrouver enfin ce centre et de nous éveiller à notre véritable Soi qui est vaste, ouvert, libre, silencieux et intensément vivant.

« La pleine conscience nous permet, dit John Kabat-Zinn, d'entrer en contact avec une tout autre dimension de nous qui était là mais qu'on ne percevait pas, la dimension de notre sagesse intérieure que certaines traditions appellent "nature de bouddha". »
Dans cet atelier, nous explorerons concrètement cette dimension de sagesse par la pleine conscience afin de l’intégrer dans la vie de tous les jours et de vivre plus sereinement notre quotidien. Il s’agit d’opérer une « rotation de la conscience », de découvrir notre vrai Soi et de se détendre dans cet Espace lucide et éveillé.

Pour cela Fabien Devaugermé et José Le Roy utiliseront les méthodes de méditation de pleine conscience et les outils du philosophe anglais Douglas Harding. Cet atelier donnera à chacun la clef pour découvrir son véritable Soi, au-delà du corps, au-delà des émotions, au-delà même des pensées.
C'est à un véritable voyage intérieur auquel nous invitent Fabien et José.

Cet atelier est animé par :

José Le Roy, agrégé de philosophie, écrivain, conférencier, un des plus proches amis et collaborateurs de Douglas Harding. Auteur notamment de  Petit traité de connaissance de soi, 62 expériences de spiritualité quotidienne (avec 1 CD audio), S’éveiller à la vacuité, Le saut dans le vide, Eveil et philosophie , Peut-on vivre au présent?

Fabien Devaugermé, enseignant de méditation de pleine conscience, instructeur MBSR, thérapeute-coach TCC / ACT.

LIEN POUR L'INSCRIPTION ICI

Posté par josleroy à 19:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]