Alfred Lord Tennyson est un poète anglais (1809-1892)   que citait quelques fois Douglas Harding. C'est l'un des poètes britanniques les plus célèbres de l'époque victorienne.

Voici deux de ses textes qui expriment assez clairement, je crois, une expérience de non-dualité.

Merci à Colin Fox de m'avoir rappelé ces beaux passages.

 

Alfred

 

« Depuis mon enfance, j'ai fréquemment éprouvé une sorte d'extase à l'état de veille quand j'étais tout seul.

Cet état s'est produit généralement en me répétant mon propre nom à moi-même, silencieusement deux ou trois fois, jusqu'à ce que, tout d'un coup, comme si c'était par l'intensité de la conscience de mon individualité, l'individualité même semblait se dissoudre et s'évanouir dans un être illimité.

Et cela n'était pas un état confus, mais le plus net parmi les plus nets, le plus certain parmi les plus certains, le plus merveilleux parmi les plus merveilleux, absolument au delà de toute expression ; la mort paraissait une impossibilité presque ridicule et la perte de la personnalité  semblait non pas une extinction mais la seule vraie vie. »

Tennyson

Memoir

 

« Plus d'une fois quand j'étais assis, tout seul, méditant en

moi-même le mot qui est le symbole de ma personne, les

limites mortelles du moi se détendirent et passèrent dans

l'Immuable, comme un nuage fond dans le ciel. Je touchais

mes membres et mes membres m'étaient étrangers, ne

m'appartenaient plus ; et cependant aucune ombre de doute,

mais une clarté absolue, et par la perte du moi, le gain

d'une vie si large qu'elle paraissait à notre vie ce que parait

le soleil comparé à un étincelle ; une telle chose ne peut se

refléter par des mots, car eux aussi ne sont que les ombres

d'un monde fantôme. »

Tennyson,

Ancient sages

 

 

"A kind of waking trance I have frequently had, quite up from boyhood, when I have been all alone. This has generally come upon me through repeating my own name two or three times to myself silently, till all at once, as it were out of the intensity of the consciousness of individuality, the individuality itself seemed to dissolve and fade away into boundless being, and this not a confused state, but the clearest of the clearest, the surest of the surest, the weirdest of the weirdest, utterly beyond words, where death was an almost laughable impossibility, the loss of personality (if it were) seeming no extinction but the only true life."

Alfred Lord Tennyson

 

« More than one, when I

Sat all alone, revolving in myself

The word that is the symbol of myself,

The mortal limit of the Self was loosed,

And past into the Nameless, as a cloud

Melts into Heaven. I touch'd my limbs, the limbs

Were strange not mine — and yet no shade of doubt,

But utter clearness, and thro' loss of Self

The gain of such large life as match'd with ours

Were Sun to spark — unshadowable in words,

Themselves but shadows of a shadow-world.

 Alfred Lord Tennyson