La grande Yogini Machik Labdron (1031-1129) vécut au Tibet. Elle est considérée comme une dakini et  une déité.

Avant de mourir à presque 99 ans, elle livra son dernier chant, puis, dit-on, se fondit dans l'espace.

Voici quelques extraits de ce chant non-duel

jlr

Machik_Labdron

Machig Labdron

 

"Vous pouvez réciter des mantra, accomplir des rituels,

Connaître la totalité des enseignements,

Toutes les écoles philosophiques et leurs théories,

Mais cela ne vous fera pas réaliser Mahâmudrâ, la nature de l'esprit.

 

Attachés à vos points de vue,

Vous ne faites qu'obscurcir la claire lumière de votre esprit.

Respecter des vœux qui ne sont rien d'autre que des concepts,

Blesse d'une manière ultime votre pratique spirituelle.

 

Restez libres de toute élaboration mentale,

Libre de considération pour vous-mêmes,

Comme les vagues de !'Océan, naissant et mourant spontanément,

Sans concepts, sans attachement à aucun point de vue,

Dans la pureté primordiale de l'esprit,

Comme une seule lueur qui dissipe l'obscurité,

Et d'un coup vous réaliserez les enseignements des sûtra, des tantra

Et de toutes les écritures.

 

Tous les phénomènes sont comme des oiseaux qui traversent l'espace.

À cet instant, cela a du sens de rechercher l'essence de l'esprit.

Lorsque vous regardez l'esprit, il n'y a rien à voir.

Dans ce "rien à voir" vous verrez le sens profond.

La vue suprême est au-delà de toute dualité sujet-objet.

La méditation suprême est sans méditation.

L'activité suprême est sans action.

 

Le fruit suprême est dépourvu d'espoir et de peur.

La vision suprême est sans point de référence.

La méditation suprême est au-delà de l'esprit conceptuel.

La pratique suprême est celle qui ne fait rien.

Le fruit suprême échappe à tous les extrêmes.

Si vous réalisez cela, l'illumination est atteinte.

Si vous pénétrez la voie de Mahâmudrâ, vous atteindrez la nature essentielle.

Tout concept sera tranché, tout enseignement réalisé,

La perfection atteinte, les signes de réalisation accomplis

Et vous traverserez l'océan de l'illusion."

 

Jérôme Edou Machig Labdrön and the Foundations of Chöd. Trad. D. Odier.