Extrait du journal de Geneviève Lanfranchi (1912-1986)

21 octobre 1968

"OMNIPRÉSENCE DE LA VACUITÉ

Cela a été un déclic.
Son contenu pourrait s'expliciter ainsi :
J'ai la maîtrise à peu près entière, au moment du recueillement, de l'identification à l'Espace englobant : je peux quand je le veux, me percevoir comme espace enveloppant tout. D'autre part, j'ai la maîtrise à peu près complète de la « touche de vacuité » : je peux, à peu près quand je le veux, atteindre ponctuellement ce niveau de vie si pure et vive, que par rapport à lui, tout semble terne et gris. — Mais, chose tout à fait surprenante, jamais je n'ai pensé à mettre d'emblée la vacuité dans une structure englobante! Jamais je n'ai songé à L' Espace-Vacuité!
Le déclic, ça a été cette jonction : d'emblée, vivre l'expérience de vacuité en structure englobante. Alors, la vacuité est omniprésente.
Au niveau du vécu quotidien, qu'est-ce à dire au juste?
Mettre la vacuité en englobant, c'est la ressentir et vivre aussi fortement que si l'espace était un cristal immense en lequel le soleil, la cathédrale dans la brume ensoleillée, les murs de la pièce, la personne qui dactylo­graphie, étaient des veinules dans ce cristal. — Sans doute une telle impression a été souvent vécue, depuis 1950; mais cette fois, elle serait comme reprise en main, et constituée en structure permanente de la vie psychologique.
Une conséquence immédiate : le «je» cesse d'avoir l'importance qu'il a eu de 63 à 68. — Le langage utilisé de préférence sera donc le langage impersonnel.
Le sentiment dominant : celui de joie vive et fine — et ample; et celui de liberté; de liberté, comme définitive. Auparavant (en 50-51 surtout), c'est «le fond du seau qui était crevé»; entendons : le fond du moi. — Cette fois, c'est la totalité de tous les objets, c'est chaque objet pris individuellement, qui semble avoir « crevé », ou plutôt, éclaté, par toute la surface de toutes ses parois, en toute l'épaisseur de son volume. La Vacuité EST; cette haute qualité de conscience EST, partout, absolument, autour, dans chaque objet ou pensée. Elle est la substance inaltérable de tout. Impossible d'y échapper : impossible de la perdre!"


Geneviève Lanfranghi. (in Le Vide, Les deux Océans)

le-vide-en-orient-et-en-occident-hermes-n02