licorne

  "  Jean Klein  : Dans votre profond désir d'être vous-même, il n'y a pas de tension. Le désir d'être soi-même provient de ce qui est désiré; sinon, il n'y a pas de désir. Il n'y a pas trente-six mille désirs, il n'y a qu'un seul et unique désir qui englobe tous les désirs, et qui est celui d'être libre, d'être autonome, d'être totalement soi-même.

Question : C'est alors que toute aspiration disparaît ?

       Jean Klein  : Oui, et c'est alors que ne subsiste qu'un seul désir être soi-même. Pour parvenir à ce seul désir, vous devez voir tous les autres désirs, à quel point ce sont des évasions, des dispersions, des compensations. Vous devez absolument le noter. Vous devez vous demander ce qui est à l'origine de tous ces désirs variés. Vous découvrirez qu'il n'y a qu'un seul désir : être autonome, être réellement soi-même. Quand vous voyez cette évidence, tous les autres désirs de compensation s'estompent, et il ne reste plus qu'un seul désir. Ainsi au tout début il y a dispersion, puis on se pose très profondément la question Qu'est-ce que je cherche ? Et une fois que vous avez vu que toutes les dispersions ne sont que des compensations, alors vous êtes orienté. Pour reprendre votre terme, votre aspiration s'est tournée vers l'essentiel. Cette aspiration provient directement de ce à quoi vous aspirez; ce que vous désirez provient de cela même que vous désirez. Mettez-vous alors en complète harmonie avec cette aspiration. Soyez un avec elle. C'est une perception originelle qui vous conduit directement à ce que vous désirez : être.

Question : «Être soi-même», est-ce un état ou un but ultime ?

     Jean Klein  :   Ne cherchez pas à avoir un but. Quand cette compréhension existe, en d'autres termes, quand vous sentez très profondément l'orientation de votre aspiration, le but s'efface. Il n'y a plus de but. Un but est une tension. Ce qu'il est important de voir, c'est la quantité d'énergie que vous dépensez dans votre vie à essayer d'être autonome, à essayer d'être. Toutes ces différentes directions gaspillent votre énergie, elles multiplient les promesses, mais quand vous les vivez, elles ne tiennent pas leurs promesses. Elles ne peuvent combler votre désir d'être. Quand vous en prenez conscience, alors un seul et unique désir subsiste."

Transmettre la Lumière, p. 317-318.