dtsuzuki

« Sans la réalisation du satori, nul ne peut pénétrer la vérité du Zen. Le Satori, c'est l'éclair soudain d'une nou­velle vérité dans notre conscience, que l'on n'avait même pas imaginée jusqu'alors. C'est une sorte de catastrophe mentale, de bouleversement qui se produit brutalement, après que l'on ait longuement empilé les uns sur les autres toute une série de concepts intellectuels et de pensée discursive. La pile a dépassé la limite de la stabilité et tout l'édifice s'est écroulé. Or voici qu'un ciel nouveau s'ouvre totalement à notre vision. Lorsqu'elle atteint une certaine température, l'eau se congèle immédiatement ; le liquide devient solide et ne coule plus. Le satori survient à l'impro­viste, lorsque vous avez l'impression d'avoir épuisé toutes les ressources de votre être. Religieusement parlant, c'est une nouvelle naissance ; intellectuellement, c'est une rééva­luation des rapports au monde de l'individu.  Le satori est la raison d'être du Zen et sans lui le Zen n'est pas le Zen. Par conséquent tout son appareil, qu'il soit d'ordre doctrinal ou pratique, tend vers la réalisation du satori."

D.T. Suzuki