L'éveil par les sons est fréquent dans le bouddhisme zen. J'en ai donné de multiples exemples dans mon livre Le saut dans le vide, quisera réédité en juin chez Pocket.

Le son pointe vers le silence, vers l'espace de la conscience.

Si nous savons suivre le son, il nous ramène à la source de tout.

jlr

bambou

 

"Kyogen (maitre zen chinois 9 ème siècle) était érudit, intelligent et malin mais n'avait pas réalisé la voie. Quand son maître, Hyakujo, mourut, il suivit alors Isan (771-853) . Un jour celui-ci lui dit:

"On m'a raconté que quand tu étais auprès de Hyakujo tu pouvais donner dix réponses à chaque question. Cela prouve ta grande agilité d'esprit et ton intelligence, mais ces qualités te permettront-elles de résoudre la grande question de la vie et de la mort?... Peux-tu me dire quel était ton visage avant ta naissance?"

Kyogen, pantois, déconfit, chercha désespérément la réponse dans ses livres mais il eut beau scruter les soutras, il ne trouva pas. Il revint devant Isan et le supplia de lui donner la réponse.

"Si je te l'expliquais avec des mots, tu m'en ferais le reproche plus tard. Et de toute façon, quoi que je puisse dire, cela continuera à m'appartenir et te restera à jamais étranger."

Le tourment, le désespoir de Kyogen n'eurent alors plus de limite. Il rassembla tous ses livres et les brûla, puis quitta le temple et se réfugia dans un petit ermitage, persuadé qu'il ne trouverait jamais la réponse à ce koan. Il resta ainsi dans la solitude jusqu'à ce jour où, balayant autour de sa hutte, un petit caillou voltigea et vint taper contre un bambou, ce qui produisit un bruit singulier.

Il brûla un bâton d'encens, se prosterna en direction de son maître et l'on rapporte qu'il déclara ceci:

"Maître, votre bonté est infiniment plus grande que celle de mes parents. Si vous m'aviez alors révélé ce secret, jamais je n'aurais connu cette joie immense."

source http://zencentral.eklablog.com