Hier lors d'une rencontre par Skype, une personne m'a demandé ceci :

"Est-ce que le vide, l'espace ne vous fait pas peur ? "

 

thumb_540x420_AK-MAK-187_shiva-hand-met-slang

 

Elle parlait de l'espace que nous découvrons quand nous regardons au-dessus de nos épaules. Nous nous éveillons alors à une absence d'observateur, à un vaste espace clair et transparent.

Nous avons tous nos résistances pour regarder ICI ; l'espace, ce grand vide peut paraitre effrayant. Nous pouvons avoir alors l'impression de disparaitre dans cette vacuité nue et sans marques. Beaucoup de mystiques ont comparé l'éveil à une mort.

Mais en réalité, il n'y a aucune raison d'être inquiet. Car ce qui meurt c'est uniquement une fausse identification à un personnage construit, non ce que nous sommes vraiment. Cet éveil (quel que soit le nom qu'on lui donne) est une naissance à notre véritable identité, à une dimension de nous-mêmes que nous avions oublié de reconnaitre.

Ce vide n'est pas seulement vide, en réalité, il est plénitude, bienveillance, ouverture,accueil, amour et vie. Il nous faut ici un peu de confiance pour lâcher prise et accepter de renaitre à une dimension plus vaste, plus libre, plus ouverte de nous-même.

Et rien n'est perdu ; nous n'allons pas voir notre humanité s'évanouir; nos désirs sont encore là, et nos sentiments, simplement ils n'occupent plus tout l'espace de notre être; quelque chose d'immense s'est levé, comme un soleil, au milieu de notre conscience.

Mais il ne faut rien croire ici ; il faut expérimenter par soi-même la bienveillance de l'Être que nous avons découvert au-delà de tous nos masques. Et en prenant goût à cette transparence et à cette douceur, nous oserons nous y abandonner de plus en plus.

merci.

jlr