maxresdefault

Question : «Votre approche de l’Illumination me paraît vraiment trop simple. Cette porte qui nous ouvrirait à la Vision est trop largement ouverte, elle est béante. Accessible à des personnes dépourvues de maturité mentale et morale, à la portée d’un grand nombre et sans discipline préparatoire, cette réalisation pourrait-elle avoir le moindre rapport avec l’Illumination du bouddhisme ?

Douglas Harding : Certainement. Les grands maîtres zen, d’accord avec la plupart des sages, disent avec insistance que l’Illumination n’est pas à mériter, ni à accomplir, qu’elle est au contraire l’état naturel de tout homme, s’il est assez simple et ouvert pour être lui-même et mettre fin à ses prétentions. A l’objection selon laquelle cette confortable doctrine fait fi de la loi du Karma (on récolte ce qu’on sème), la réponse bouddhiste est la suivante : si vous ne vous souvenez pas de ce que vous avez semé pendant vos vies antérieures et s’il se trouve que maintenant, sans difficultés, vous avez la vision de votre vraie Nature, et bien, dans ce cas, il faut croire que vous avez fait tout ce qu’il fallait ! Pour découvrir si vous êtes mûr pour l’Illumination, essayez-là !»

 

Donc regardez dans la direction de ce doigt.

 

doigt-qui-pointe

 

Si, comme moi, vous ne voyez rien du tout, pas d'observateur, c'est que vous êtes mûr pour la Vision.

jlr