Nouvel extrait du dernier livre de Mooji paru chez Almora en janvier 2017.

114210510_o

 

Reconnaître le Soi

 

"Question : Mooji,  pourrais-tu expliquer la quête du soi? Comment m’y prendre?  

Mooji : Commence ainsi : Je suis, j’existe. C’est la reconnaissance et la connaissance la plus naturelle. Spontanément, le sens de l’existence est ressenti en toi sous la forme « je suis ». Personne ne te l’a enseigné. Sois conscient de cette simple intuition, sans l’associer à d’autres pensées. Ressens ce que c’est que d’être simplement présent en cet instant, sans t’accrocher à aucune intention. Ne touche pas à l'idée de faire quelque chose de spécial. Reste intérieurement silencieux. Si soudain une vague de pensées devait affluer, ne panique pas. Pas besoin de les contrôler ou de les réprimer. Laisse-les simplement jouer sans t’impliquer. Observe avec détachement. Reste vide d'intention. Reste tranquille.

Imagine que tu es sur le quai d’une gare. L’un après l’autre, les trains arrivent : ils s’arrêtent, les portes s’ouvrent, se referment, ils repartent. Tu n’as pas besoin de monter. De la même façon, observe simplement le mouvement de la pensée qui apparaît sur l’écran de la conscience, sans t’y intéresser.  Ne te connecte pas. Des pensées et des sensations sembleront se mouvoir par elles-mêmes, sans contrainte. Reste neutre. Sois avec la conscience, en tant que conscience même. Sens ta respiration qui va et vient sans effort, sans volonté ni tension. Observe le fonctionnement des sens, la sensation du dehors et du dedans; tout mouvement se produit par lui-même, non planifié et non forcé.

Tout ce qui vient, pensée, sentiment, mouvement ou sensation, est observé tranquillement, mais désormais, cela éveille moins d’intérêt, moins d’attrait. Tout survient; ton soi n'est pas impliqué. Tout cela est observé sans heurt. Même le sens du soi, le sentiment « je suis », apparaît dans la conscience. Ne fais pas plus d'effort que nécessaire. Tu es là. Ce qui n'est pas en train de faire ni de défaire, qui n'est pas en train de diriger l‘activité et n’est pas affecté par elle, qui est conscient sans effort et pourtant détaché, cela est ton vrai Soi. Ni derrière, ni devant, ni au-dessus, ni en-dessous, parce que ce n’est pas un autre phénomène. Non localisé, non né, c’est le soi-conscience illimité.

À présent, observe l’observateur : « Qui suis-je ? » Vérifie intérieurement, mais en restant tranquille,  l’attention en éveil. Ne recueille ni réponse ni indices ; une réponse ne serait et ne pourrait être qu’une opinion, une idée ou un autre concept. Ne te lie à aucun concept. Détourne ton attention des objets pour la porter vers le sujet qui voit. Qu’est-il ? Où est-il ? Reste silencieux et neutre. Il devrait maintenant y avoir une plus grande force de concentration dans la vision.

Maintenant, regarde de nouveau le sens « je suis ». Qu’est-ce que le « je » ? D’où naît-il ? Regarde. Que trouves-tu ?

Question : Il ne peut pas être trouvé. Il n’existe pas!

Mooji : Il ne peut pas être trouvé objectivement. Pourtant, le sens du « je », l'intuition « je », reste présent. C’est le fait de ne pas trouver le « je » en tant que phénomène qui prouve que son existence est non objective. « Je » ou « je suis » se découvre être sans forme, une intuition qui émane du vide, apparaît en lui, et est elle-même vide. Si l’attention n’est pas engagée dans une telle recherche, le « je » semble être une entité constituée par le corps et le mental conditionné.  Quand on le cherche en tant que forme, on découvre qu'il n’est qu’une pensée ; la forme du « je » est pensée. Exempt de forme, il émane du vide comme le sens intuitif d'une présence subjective.

Maintenant que le « je » a été découvert présence sans forme, par quoi a-t-il été reconnu ? Cela a-t-il une forme ?

Interroge-toi de cette façon.

Merci, Mooji.

Mooji : Merci à toi."

Acheter le livre sur ALMORA.FR