04 janvier 2013

Bon présent!

L'année est toujours bonne pour celui se tient au présent, qui sait être attentif à ce qui est donné ici et maintenant. Vivre le présent, c'est regarder le monde à partir de l'espace vaste de la claire conscience. Ici, dans le non-temps de la vacuité, tout est accueillit avec gratitude. Je forme le voeu que nous sachions rester ancrés dans cette présence.Et de tout façon, nous sommes toujours au présent, que nous le sachions ou pas. Impossible de vivre ailleurs! Alors, je nous souhaite d'être présent au présent ; je nous souhaite... [Lire la suite]

15 décembre 2012

RAP et VST

Vu sur l'excellent site La piqure du scorpion  : une video en première personne d'un rappeur que je ne connais pas (mais à vrai dire je n'en connais aucun). Tout y est : grosses berlines, jolies filles et fric. Mais cette fois, filmé à partir de la vacuité. Sur le film, le vide est évident; personne ne regarde la montre, le monde, la fille. Il ya même des moments où le visage dans le miroir (la troisième personne) est vu à partir de l'espace vide (la première personne) Cela signifie-t-il que le chanteur, le caméraman, le... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 11:26 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 novembre 2012

Un autre vision de la course

Dans mon quartier à Paris, il y a une exposition sur l'art et la course à pied qui présente quelques peintures en première personne interessantes. Le peintre s'appelle Vincent Dogna et voici son site http://www.artandrun.com/ On perçoit nettement sur les peintures que personne n'observe les mains, les pieds, les objets, le chemin. L'artiste est lui-même marathonien; et ce fait est aussi interessant. Quand on pratique la course à pied, et qu'on atteint un certain niveau de fatigue, le mental peut peut-être plus facilement lâcher... [Lire la suite]
04 novembre 2012

La clarté de la vacuité nue

De tous les exercices de Douglas Harding, le plus simple et celui qui est à la base de tous les autres, c'est celui du doigt qui pointe. Notre attention est dirigée vers l'extérieur mais nous négligeons la source du regard. Ce doigt nous reconduit à la source de la vision. En cet instant présent qu'est-ce qui regarde le monde? Rien. L'espace vide. Une fois que cet espace est reconnu, la pratique consiste à reposer dans la clarté de la vacuité nue. Il n'y a rien à faire. Juste voir que c'est déjà fait, que l'espace est déjà... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 août 2012

Chez Ramana

J'ai passé quelques jours à l'ashram de Ramana Maharshi à Tiruvanamalai, que j'avais déjà visité il y a dix ans.   Rien n'a changé. On y voit toujours beaucoup de paons...   beaucoup de singes...     C'est un endroit calme et méditatif même si croise beaucoup de monde, des occidentaux : japonais, américains, français, anglais, italiens,...et aussi de nombreux indiens. Le temple de Tiruvanamalai, à deux km de l'ashram, est extraordinaire :     J'ai vérifié : la vision sans tete... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 18:58 - - Commentaires [47] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 juin 2012

Forme et sans forme

Au Louvre, dimanche, les gens regardaient la beauté des formes, Moi, je regardais aussi la beauté du sans forme jlr        

09 juin 2012

VIDE ET MONDE

L'attention est une vision à double sens : il y a conscience du monde et conscience du vide dans lequel le monde se déploie. Cette vision à double sens n'est pas à créer artificiellement; c'est déjà notre état naturel ; cela nous est donné, comme disait Douglas Harding. Cela nous est donné et pourtant il nous arrive de l'oublier, de deux façons. Oublier la vacuité et ne vivre qu'avec la conscience du monde nous plonge dans l'enfer de l'identification et de la dualité. Vouloir oublier le monde pour se réfugier dans une vacuité... [Lire la suite]
30 mai 2012

mises en abime

Quelques tentatives pour photographier à partir du vide mon propre reflet...    
Posté par josleroy à 12:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
12 mai 2012

Rien

  Autoportrait (rien) d'Alberola 2000 Cet autoportrait est interessant. Mais attention ! mon visage n'est pas rien pour les autres, il n'est rien pour moi, car je ne le vois pas ; je suis pur espace. Et dans ce rien que je suis , apparait le tout: rien=tout. Magritte est plus proche du vrai...je suis une transparence illuminée par le monde. Sauf qu'en réalité, je n'ai pas de limite ! jlr