29 octobre 2011

Libération

Le terme sanskrit pour nommer la réalisation de sa vraie nature dans les textes de l'advaita vedanta est en particulier : moksha. Moksha signifie "liberation" d'une racine Muc- se liberer. En voyant notre vraie nature, nous nous libérons de tous les conditionnements auxquels nous nous sommes identifiés : le corps, la pensée... Je suis n'est ni ceci, ni cela. Ni un corps, ni un nom, ni une forme...Rien ne le limite. C'est pourquoi on le compare à l'espace que rien n'enserre. L'espace dans un vase n'est pas différent de l'espace... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 12:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 octobre 2011

Tête au ciel, pieds à la terre

J'ai lu ce matin le livre de Bernard Besret : A hauteur des nuages. Et j'ai trouvé ce beau poème taoïste: "Tête au ciel, pieds à la terre Corps détendu, la conscience se dilate À l'extérieur, l'abandon; à l'intérieur, la paix Le coeur comme un lac d'eau limpide; attitude humble Pas une pensée ne venant le traverser L'esprit s'identifie au vide infini du ciel Quand l'attention revient à l'intérieur Tout est bon, tout est bien , tout est à l'harmonie du qi."
Posté par josleroy à 11:30 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
24 juin 2011

Vide comme l'espace

  Vide comme l'espace   Je suis           Vide comme l'espace. Qui pourrait me saisir ?   Je suis           Vaste comme le ciel. Qui pourrait m'attacher ?   Je suis           Aussi profond que l'océan. Qui pourrait me sonder ?   Je suis           Aussi fort que la terre. Qui pourrait me combattre ?   Je suis... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 21:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 mai 2011

La joie de l'être

Dans l'advaita vedanta, brahman - l'absolu - est dit sat-cit-ânanda, c'est-à-dire Etre-Conscience-Béatitude. Cette béatitude est éternelle nityam, pleine purnam. Ainsi, le bonheur n'est pas à créer ; il est notre nature véritable (svarûpam). Voilà qui est une bonne nouvelle! Inutile de chercher le bonheur loin et à l'extérieur. Il suffit de s'éveiller à notre vraie nature pour le connaitre. C'est une telle joie d'être! C'est la même joie que je connaissais enfant et que j'ai perdue par la suite. Mais aujourdhui, je sais qu'elle ne... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 21:06 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 avril 2011

Les apparentes limitations de l'espace

Ce que nous sommes vraiment est l'espace de conscience non-duel, mais cet espace est limité en apparence par des conditionnenments auxquels nous nous identifions : le corps, les pensées, les émotions, les tendances psychologiques etc. Tout se passe comme si l'espace illimité était devenu limité. C'est une analogie interessante qu'on trouve dans l'advaita vedanta comme le rappelle Dennis Waite dans le livre qu'Almora vient d'éditer:   "Qui nous sommes vraiment est le Soi non duel, l’Atman, mais parce qu’il est recouvert par... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 14:17 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 février 2011

Mal d'Ego Bonheur d'être

Je voulais aussi présenter ce livre que m'a envoyé Charles Antoni, et Patrice a choisi un excellent extrait que je republie ici."Un jour, j'ai vu un paysage au travers d'une fenêtre ouverte comme je ne l'avais jamais vu. Tout à coup, ma conscience se retira du paysage et devint le vide de la fenêtre. Je n'étais plus conscient « de » mais simple conscience. Je n'étais plus « moi » mais simple « Je Suis ». Le paysage apparaissait sans rien qui puisse murmurer : « c'est moi qui regarde, c'est à moi que ceci apparaît ».... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 18:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 janvier 2011

devenir le paysage

Un   été sans tête à Collioure J'ai passé il y a quelques années   une délicieuse semaine de vacances à Collioure, charmant port   de méditérannée, tout près de l'Espagne. La ville est si belle que de nombreux peintres célèbres l'ont immortalisée sur leurs toiles: Matisse, Derain; en fait le fauvisme est né là-bas.   Derain : port de Collioure Pour rappeler ce glorieux   passé, la mairie de Collioure a placé un peu partout dans le port des cadres vides à l'endroit exact où les artistes ont... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 11:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
27 septembre 2010

Espace et Brahman

J'ai souvent sur le blog souligné l'importance de l'analogie entre l'espace et l'absolu.David Dubois sur son site a rassemblé des extraits des Upanishads en lien avec l'espace. Om . L’espace est Brahman,l’espace originel,l’espace contenant les souffles.Brihadâranyaka Upanishad, v, 1. Quel est le support de ce monde ?L’espace,car tous ces êtres naissent en vérité de l’espace, se meuvent dans l’espace et meurent dans l’espace. Puisque le plus grand est l’espace, il est le fondement suprême. Chândogya Upanishad, I, 9,1. En vérité, ce... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 18:26 - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : ,
20 septembre 2010

L'espace

Pour s'éveiller à  notre vraie nature, il suffit de s'éveiller à la vacuité de notre esprit.Il n'y a rien besoin d'enlever pour voir le vide. Dans une pièce, il n'est pas nécessaire d'ôter les meubles pour que l'espace soit là ; l'espace est en fait déjà présent. Il est ce qui permet aux meubles d'être posés sur le sol. De même, il est inutile de chercher à se débarrasser des pensées, des émotions ou  des choses pour réaliser la nature vide de l'esprit. Rien n'encombre le vide; le vide est le champ de la conscience dans... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 23:52 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
26 mars 2010

Ni naissance, ni mort.

Dans le Vivekacudamani, texte de l'advaita vedanta tardif (16ème siècle), on lit "Na jâyate no mriyate na vardhatena kshîyate no vikaroti nityah/vilîyamâne 'pi vapushyamusminna lîyate kumba ivâmbaram svayam" "Il (l'atman) ne nait pas, il ne meurt pas, il ne croît pasil ne décline pas, il ne change pas, il est éternelMême si ce corps disparait, il ne disparait pas de lui même comme dans le pot l'espace (ne disparait pas si le pot disparait)." Pas de temps :En nous, il n'y a pas de temporalité en effet. Ceci n'est... [Lire la suite]