01 avril 2014

Les deux vies

      "Nous avons deux vies : La véritable, qui est celle que nous avons rêvée pendant l'enfance, Et que nous continuons à rêver, adultes, sur fond de brume ; La fausse, qui est celle que nous vivons dans la vie partagée avec d'autres, Qui est la pratique, l'utile, Celle dans laquelle on finit par nous mettre dans un cercueil. Dans l'autre il n'y a pas de cercueil, pas de mort. Il n'y a que les illustrations de l'enfance : De grands livres colorés, pour voir, pas pour lire ; De grandes... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 14:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 janvier 2014

La vacuité

Si je sais être vide, la totalité me remplit.   "La vacuité est comme Dieu. Homme, si tu es vide, l'eau jaillit de toi. Aussi bien que de la source d'éternité." Angélus Silésius  
Posté par josleroy à 19:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
30 décembre 2013

Stop

  « Maintenant et maintenant encore, STOP Plutôt que d’être perdu dans les pensées Laissez  les pensées être perdues en vous Et voyez ce qui coule de cet immense œil ouvert » Maryla Rose, poète australienne Vu ce jour sur  No-Facebook
Posté par josleroy à 13:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
22 novembre 2013

Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?

Une réponse poétique...     "À l’ombre d’arbres purs de toute vie encor, las de sa ronde identité, l’Absolu rêve de se faire quelque chose comme épaisseur, multitude, se donner corps loin des silences innommés qu’éternellement Il profère. Il se voudrait, au fond de la coïncidence, différent. La plénitude pleure en Lui de n’être pas plus évasive… Alors, son Unité s’oublie et d’elle-même se déprend. Il entend sourdre l’univers parmi la transparence oisive ; il y suscite des saisons et des soleils en majesté. Danseur... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 09:28 - - Commentaires [45] - Permalien [#]
Tags : ,
31 octobre 2013

Le séjour

Catherine Harding, avec qui je me trouve, a toujours avec elle un livre de Douglas et un autre du poète Jacques Goorma : Le séjour. Le séjour est le nom que Goorma donne à notre vraie nature, à ce lieu sans lieu de la conscience où jaillit le monde. En voici des extraits, déjà signalés sur ce blog : "Le séjour de l'éveil est dans la clarté de l'esprit, dans cette lumière irradiant toute chose de sa présence.  Toute chose n'a lieu qu'en son séjour.  Partout circule l'énergie, aucune chose ne serait sans elle; mais la... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 16:49 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
02 octobre 2013

L'irremplaçable Vide

Mon ami Dan me fait parvenir un magnifique poème de Valery Larbaub, mais il était déjà sur le blog : Le voici "Il y a quelque chose en moi,Au fond de moi,au centre de moi,Quelque chose d'infiniment arideComme le sommet de hautes montagnes:Quelque chose de comparable au point mort de la rétine.Et sans écho,Et qui pourtant voit et entend;Un être ayant une vie propre,et qui,cependant,Vit toute ma vie,et écoute impassible,Tous les bavardages de ma conscience.Être fait de néant,si c'est possible,Insensible à mes souffrances... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 15:23 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

01 septembre 2013

Qui es-tu?

C'est la rentrée. Mais la rentrée de quoi ? C'est la rentrée de Paris dans la conscience ICI. Car pour la conscience, il n'y a ni rentrée, ni sortie ; ni aller, ni venue.Je reprends le blog. Avec hésitation car n'ai-je pas déjà tout dit de ce que j'avais à dire ? En octobre prochain, cela fera déjà 5 ans que je tiens ces rubriques !Mais quelques lecteurs semblent y trouver une aide à VOIR. Alors, on continue.amicalementjosé     "Je suis Personne? Qui es-tu?Es-tu - Personne - aussi?Alors nous faisons la paire!Ne dis... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 11:09 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags : ,
23 mai 2013

Comment je suis devenu fou.

"Vous me demandez comment je devins un fou. Cela m'arriva ainsi: un jour, bien avant que de nombreux dieux ne fussent nés, je m'éveillai d'un profond sommeil et trouvais que tous mes masques étaient volés, les sept masques que j'ai façonnés et portés durant sept vies; je courus alors sans masque à travers les rues grouillantes de la ville en criant: "Aux voleurs! Aux voleurs! Aux maudits voleurs!" Et quand j'atteignis la place du marché, un jeune homme, debout sur le toit d'une maison, s'écria: "C'est un fou." Je levais la tête pour... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 10:16 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 mai 2012

Comme un regard d'enfant

Comment avons-nous perdu ce regard de l'enfance? Quand avons laissé partir notre héritage de joie et de simplicité? Où s'est envolé notre trésor de liberté? Qui a bouché la vaste transparence emplie de l'éclat du soleil et du bruit de la pluie?   ...Lorsque tout brillait simplement comme une aurore   Un voile gris s'est déposé entre nous et la force de vie qui battait dans notre coeur puissant et délicat Alors le monde s'est éloigné il a cessé de danser et je suis devenu un petit personnage très sérieux déjà... [Lire la suite]
Posté par josleroy à 23:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 avril 2012

devant ma fenêtre ouverte

Aujourd'hui, devant ma fenêtre ouverte, venant de la mer toute proche, le vent joue dans les feuilles des peupliers. Un pinson chante avec lui. Je ferme les yeux, et, c'est dans le ciel vaste de la conscience que les sons se disposent. Le vent souffle ; l'oiseau chante ; ici, à zéro centimètre, sans distance, tout résonne et prend vie. Intérieur et extérieur se sont évanouis dans le grand souffle de l'océan. Il n'y a rien d'autre à dire que le vent dans les peupliers  
Posté par josleroy à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :