"Certains textes parlent du réveil de la conscience ; non, c’est le réveil à la conscience, à son être.

C’est vous qui dormez et qui devez vous éveiller.

La conscience, elle, est éveillée et bien éveillée ! Votre être, il est !

C’est la créature qui n’est pas contemporaine de cette découverte, qui n’est pas contemporaine de ce langage. C’est la créature qui est au-dessous, c’est elle qui doit monter. Vous – je dis bien : vous – vous n’avez rien à perdre, c’est la créature qui a à perdre ses habitudes. Vous voyez ?

Ce n’est pas l’être qui lâche prise,

c’est la créature qui lâche prise à ses habitudes.

Là, l’identité personnelle, égotique, disparaît, mais je continue à m’appeler Luis Ansa, en première instance.

En deuxième instance, si vous me demandez : “Qui êtes-vous ?”, je vous répondrai : “Rien.”

C’est mon luxe de n’être personne, d’être un simple lieu, un lieu de réception."

 

Luis Ansa, La voie du sentir

facebook_1670425661482_7006273033659968861

 

 

Sur Olam, youtube et facebook

dimanche 11 décembre 

à 18h00