J'ai reçu un témoignage d'un ami qui participe à nos réunions internet du jeudi.

Comme je trouve son propos très encourageant, je le partage avec vous.

josé

 

"Salut José, 

 

La semaine dernière je vous ai rejoint pour la séance du jeudi. Comme à chaque fois, il se passe quelque chose, un réajustement, une fissure, un ébranlement. Nous avons échangé, testé, et tout naturellement la présence éveillée commence son one man show.

 C'est comme si elle était là, tapie quelque part, disponible, demandant simplement qu'on lui prête quelque considération. Une fois l'ordinateur éteint, je me suis plongé dans un livre passionnant, dramatique, qui retrace l'invasion des Khmers au Cambodge (Le portail de François Bizot).

 J'étais plongé dans la lecture de ce livre, totalement immergé et tout d'un coup je me suis posé la question : qui lit ?

Instantanément la réponse est venue évidente : personne ne lit, le livre est lu. Le livre est lu mais aussi compris, éprouvé au sein d'un espace vaste, bienveillant, conscient qui accueille tout, qui distingue tout. Et ces mains qui tiennent le livre ? deux objets familiers jaillissants du vide.

Une envie de sourire de ce constat saugrenu sous un certain angle mais tellement en cohérence avec les faits. " Les faits sont têtus " est il dit.

Quel bonheur ! 

 

Merci pour tout. Merci aussi pour ton dernier livre épuré, précis et très précieux (lecture en cours). 

 Amicalement

 

P."

 

20201111_135942

 

on note que personne ne lit en effet, et que les bras surgissent du vide.