J'ai bien aimé la BD qui raconte la vie de Fabrice Midal et sa découverte de la méditation.

C'est bien dessiné, et on rencontre des personnages intéressants comme Francisco Varela, Allan Ginsberg ou Khenpo Tsultrim Gyamtso Rinpoché.

Sur la Quatrième, Fabrice écrit :

 

"La méditation est une manière de vivre, toute simple, à la portée de tous. Inutile d'aller au Tibet, de s'habiller avec une robe orange ou noire, de renoncer à notre monde. Non, méditer ne consiste pas à faire le vide dans notre tête, à nous réfugier dans une tour d'ivoire. C'est trouver le courage de reprendre le contrôle de notre propre vie, de prendre rendez-vous avec tout ce qui nous habite et nous meut. C'est pourquoi elle est une aventure formidable.
En lisant ce livre, vous découvrirez comment vous mettre à la méditation. Elle pourra ainsi s'ancrer dans votre existence et la changer, pour le meilleur. "

Une des pages que j'ai particulièrement aimée est celle où Khenpo lui donne un enseignement sur la vastitude de l'esprit :

"Regardez le ciel, dit Khenpo. Le ciel est votre esprit"

 

 

 

20200219_101455

20200219_101449

20200219_165655

 

C'est une pratique très puissante : elle consiste à voir qu'il n'y a pas de différence entre le ciel et la conscience. La conscience - ou l'esprit, ou la présence - est vide et vaste comme le ciel, sans centre, ni périphérie, sans intérieur ni extérieur.

Bien sûr au sommet d'un montagne, c'est frappant, parce que notre vision s'étend dans toutes les directions.

Nous ne sommes plus alors qu'un pur ciel de conscience, vif, lumineux et clair.

Et, on réalise alors que le ciel, et le monde apparaissent dans l'espace de notre présence.

C'est si simple, et si profond.

 

Dudjom Rinpoché parlait aussi de l'éveil comme une vision soudaine du ciel au sommet d'une montagne :

 

 

"....Je vais maintenant essayer d'évoquer pour vous ce qu'est la Vue et ce que l'on ressent au moment où Rigpa est directement révélé, bien qu'aucun mot, aucun terme conceptuel ne puisse en fait le décrire.

" A ce moment -là, dit Dudjom Rinpoché, c'est comme si l'on ôtait une cagoule de votre tête. Quel espace illimité, quel soulagement! Telle est la vision suprême : voir ce qui n'avait pas été vu auparavant." Quand vous voyez "ce qui n'avait pas été vu auparavant", tout s'ouvre et s'élargit, tout devient vif, clair, débordant de vie, pétillant d'allégresse et de fraîcheur. C'est comme si le toit de votre esprit s'était envolé ou qu'une nuée d'oiseaux avait soudain jailli d'un nid obscur.Toutes les limitations se dissolvent et disparaissent comme si, disent les Tibétains, un sceau avait été brisé.

Imaginez que vous viviez dans une maison construite au sommet d'une montagne, elle-même située au sommet du monde. Soudain, toute la structure de la maison, qui limitait votre vision, disparaît, et vous voyez autour de vous, aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur.

Seulement, il n'y a aucun "objet" à voir; ce qui se produit est dénué de toute référence ordinaire.

C'est une vision totale, intégrale, sans précédent, parfaite." 

 

 Le livre tibétain de la vie et de la mort,

Sogyal Rinpoche

 

José Le Roy