Suite de l'interview de Douglas Harding par Jan Kersschott

La première partie est ici.

Voir son site http://www.kersschot.com/nondualism/

 

s-l1600

"Jan : Découvrir cette vision, c'est plus devenir ordinaire que spécial ?


Douglas Harding : Cela vous rend plus ordinaire que spécial. Tu ne te sens pas spécial. Je pense que c'est très important parce que cette vision n'a rien à voir avec un gourou et des disciples. Je ne me comporte pas comme ça parce que je ne me sens pas comme ça. Quand vous voyez vraiment qui vous êtes vraiment, vous voyez que vous n'êtes rien, et donc vous ne vous croyez pas supérieur. Le fait que vous souhaitiez le célébrer et le partager avec vos amis, c'est votre privilège, mais cela ne veut pas dire que d'autres personnes n'y sont pas, elles sont toutes, en un certain sens, illuminées. Ils sont simplement ignorants de leur propre illumination. Donc tu ne peux pas te sentir supérieur. C'est très démocratique, cette vision.


Jan : Cela n'a rien à voir avec le fait qu'une personne soit meilleure ou plus spirituelle que l'autre.


DH : Le mot illuminé est un mot douteux parce qu'il a été mal employé. Je ne l'utilise pas dans les ateliers. La phrase "Je suis illuminé et vous êtes endormis" est fausse. Ça ne marche pas comme ça.


JK : Votre message est complètement différent.


DH : Je dis : "C'est évident, c'est partageable." Mon rôle, c'est de partager cela. C'est une bonne nouvelle. Il ne s'agit pas de supériorité. Si quelqu'un est intéressé...


JK : ... vous êtes ouvert et disponible.


DH : C'est exact. J'invite les gens à se découvrir eux-mêmes.


JK : Pourquoi y a-t-il encore tant de confusion à ce sujet ? Pourquoi y a-t-il encore tant de maîtres, pourquoi leurs disciples font-ils semblant que leur gourou a des pouvoirs spéciaux ? Pourquoi les gens veulent-ils devenir des dévots, plutôt que de simples chercheurs?


DH : Tu vois, Jan, nous avons une énorme résistance à " Cela" . Pourquoi ? Parce que c'est la mort. Et bien que cela soit immédiatement suivi d'une résurrection, les gens ont peur de " Cela. ". Nous avons tous cette résistance - y compris Douglas - et l'une des formes que prend cette résistance est de créer une distance, en créant une recherche spirituelle. Les gens vont voir un gourou, qui est soi-disant illuminé, et ils disent : "il est là-bas au  bout du chemin, et moi, je suis à mi-chemin, et il m'aidera dans ce voyage." Les gens disent : "Je suis un chercheur", et ne réalisent pas qu'en même temps, ils se disent secrètement : "Je suis sûr que je ne serai pas un trouveur." Les chercheurs sont terrifiés à l'idée d'être un découvreur. Et tout en étant un chercheur, en suivant le chemin, vous avez toutes les récompenses d'un voyage spirituel sans le danger - en fait, le danger mortel - de l'arrivée. Parce que l'arrivée est la mort, et c'est la résurrection. Les gens ne voient tout simplement pas cela

.
JK : Est-ce la même peur qui empêche les gens de " voir la Conscience Une " pendant les expériences ?


DH : Exactement. Beaucoup de gens pensent qu'ils ne le " voient " pas, mais je pense qu'il faut d'abord le voir avant de pouvoir le rejeter ; nous le voyons brièvement mais inconsciemment nous le rejetons immédiatement. Je pense qu'il est impossible de ne pas le voir."