Je viens de terminer la lecture de cet excellent livre de Siddharameshwar Maharaj dans la très bonne traduction de mon ami Pierre Bonnasse.

 

 

paroles-immortelles-1

 

Pour ceux qui le connaissent pas, Siddharameshwar Maharaj fut le maitre de Nisargadatta Maharaj.

 

 

200px-Siddharamphoto

Siddharameshwar Maharaj

 

siddharameshwar_9

Siddharameshwar Maharaj

 

Nisagardatta fut un des maitres les plus impressionnants du 20eme siècle et on comprend en lisant cet ouvrage que son maitre le fut tout autant.

Ce livre montre notamment que la différence que pointait Nisargadatta entre la conscience et l'absolu se trouvait déjà très clairement dans l'enseignement de son maitre.

C'est d'ailleurs là-dessus qu'insiste Pierre Bonnasse dans son excellente introduction (les notes et la bibliographie de Pierre sont très interessantes aussi par ailleurs).

 

Voici quelques extraits des paroles de Siddharameshwar Maharaj sur cette distinction absolu/conscience :

 

"Seul le Soi intérieur, sous la forme du principe de vie demeurant dans les bêtes, les oiseaux, les dieux, les démons et les humains, protège tout. S'Il n'est pas là, on est sans vie comme du bois sec. Toutes les célébrations ont lieu parce qu'Il est présent. À cause de Lui, toutes les affaires du monde et toutes les affaires spirituelles ont lieu. Dieu-homme, pureté-impureté sont là aussi longtemps qu'Il est là. Celui qui attribue la divinité aux dieux est seulement ce Soi intérieur. Tant qu'Il pense à des questions matérielles, il est une personne (jiva) ; s'Il se tourne vers la Connaissance, il est la Conscience universelle (Shiva) ; et lorsque l'identité de la personne et l'identité de la Conscience universelle ne sont plus, Il est l'Absolu (Parabrahman). Le même Soi, quand il accomplit des tâches modestes, est un ouvrier ; lorsqu'il juge, il est un juge ; et lorsqu'il prend sa retraite, il est dans l'état originel."

**********

"Dans les corps de tous les êtres, cette pulsation « Je suis, je suis, je suis », continue jour et nuit ! Celui qui est une personne (jiva) devient la Conscience universelle (Shiva), et lorsque les deux identités personne-Conscience (jiva-Shiva) disparaissent, l'Être absolu demeure. « Il est » tout le temps ; à aucun moment il ne fait l'expérience de « je ne suis pas».

En essayant de décrire l'Absolu (Parabrahman), même Sheshadevient sans voix. Après avoir écarté les corps grossier, subtil et causal, ce qui reste, est Shesha (signifie littéralement « reste ») - la Connaissance dans le corps supra-causal. Ce Seigneur Shesha (ou le corps supra­causal) se connaît Lui-même, mais sa connaissance ne fonctionne pas dans le royaume de l'Absolu. Ici, l'intelli­gence ou la compréhension du Seigneur Shesha s'efface. Connaissance et ignorance, les deux n'existent pas dans l'Absolu (Parabrahman)."

 

Donc si je comprends bien ces textes. Il y a deux étapes :

1-D'abord on s'établit dans la Conscience Universelle (Dieu). On ne se prend plus pour la personne.

2-puis la Conscience disparait au sein de l'Absolu. On ne se prend plus pour la Conscience (Je SUIS).

Autrement dit, on devient Dieu, puis on va au-delà de Dieu.

 

jlr

Voir d'autres articles à ce sujet ICI et LA