Très beau livre d'Hervé Collet :

Dieu ou Rien?

En fait c'est la même chose, nous dit l'auteur :

Dieu est le Rien, le sublime Rien,

la racine de toutes choses

à partir de laquelle le monde se déploie.

jlr

 

herve-collet-dieu-ou-rien

 

"Fondamentalement rien. Et dans ce Rien fondamental réside l'extraordinaire magie poétique du monde. Il est la source iné­puisable à partir de laquelle l'univers se déploie. Il est, dans le vocabulaire bouddhiste, le vide, plus précisément l'espace vide et infini, plein de toutes les potentialités d'être, prêtes à se condenser, le vide de notre propre graine autour duquel, peut-être, gravite l'univers."

************

 

"Réaliser que fondamentalement il n'y a rien est une expé­rience éminemment libératrice. Elle donne à comprendre que, puisque tout échappe à notre désir de saisir et de retenir, il n'y a aucune vérité immuable à laquelle se raccrocher, rien à atteindre, rien à attendre. Il ne reste plus alors qu'à lâcher philo­sophiquement prise et à s'accorder au cours des choses. "La méthode authentique consiste à ne rien faire de spécial", nous confie Tao hsin (VII siècle), le quatrième patriarche du zen."

************

 

"Le grand mystère est qu'originellement il n'y a aucun mystère. Tout est parfaitement simple et évident. Tout est Un. Fondamentalement Rien (étymologiquement "non-chose", c'est-à-dire non-distinction du tout en choses séparées). L’entropie du discours et, subséquemment, l'ésotérisme reli­gieux, philosophique et scientifique ont fini par obscurcir le message initial, celui des Anciens, si limpide, "tout est un et tu es cela", jusqu'à le rendre aujourd'hui illisible. Le mystère de la vie n'est au fond pas un problème à résoudre intellectuellement mais une réalité à expérimenter: l'unité du moi et du monde, la saisie poétique du moi-monde."

************

 

"Le mot dieu cherche aussi à traduire une expérience : celle de l'illumination intérieure, quand la lumière irradie à partir de notre cœur et que tout devient parfaitement clair et lumi­neux. Quand le paysage ruisselle de sacralité. Cette expérience illuminante est enthousiasme (être "en dieu") et apothéose (être "parmi dieu"), quand nous découvrons que dieu n'est autre que nous-mêmes en habit de lumière. Se manifeste alors notre aura, c'est-à-dire notre halo d'or. Et se déploie notre charisme, c'est-à-dire notre grâce."

 

Hervé Collet