Un lecteur du blog me pose cette question :

 

"Je suis tombé sur l'une de vos vidéos dans laquelle vous partagez l'exercice de Richard Lang avec le doigt qui se retourne vers "ce qui perçoit" et cela a été très direct pour moi. Merci pour ce précieux partage! J'ai ensuite par intérêt regardé une autre de vos vidéos dans laquelle vous présentez votre livre sur l'éveil spirituel et j'ai une question car je suis un peu confus entre des aspects qui me semblent totalement contradictoires.

D'un côté, et c'est en effet mon expérience (du moins par moment), il est vu que l'on n'est pas ce "moi" que l'on croyait, ce personnage qui pensait "faire" des choses (y compris méditer, travailler vers l'éveil,...), mais bien un "espace vide mais conscient" au sein duquel tout le monde est perçu et dans lequel tout se "déploie". Cela me semble donc impliquer implicitement qu'il n'y a en réalité aucune possibilité de choisir quoi que ce soit, ou du moins que ce qui semblait être une impression de choix et de libre arbitre n'est pas réelle, car il n'y a personne pour en faire. Pourtant, lors de vos partages, c'est pourtant comme si vous adressez aux gens ce "qu'ils peuvent faire", non? Je me sens comme "assis entre deux chaises". Merci d'avance pour votre réponse,,"

 

Bonjour

il y a en effet un paradoxe :

Nous sommes parfaiement éveillés, et pourtant je propose des exercices pour s'éveiller.

Le paradoxe provient du fait que la conscience se prend pour un personnage; elle s'oublie elle-même, en tout cas, en imagination.

C'est pourquoi il s'agit de proposer un enseignement pour que la conscience sorte de cet assoupissement.

Parfois, un mot peut suffire, par exemple : "Tat tvam asi" "Tu es Cela" qu'on trouve dans les Upanishad.

Parfois ce n'est pas suffisant : Il faut alors un autre réveil !

Par exemple, les exercices de Douglas Harding que je partage avec Richard Lang.

Cette pédagogie s'avère très efficace pour revenir à Soi.

En fait elle s'adresse à la conscience elle-même, au-delà de la croyance d'être un personnage; elle lui permet de se souvenir d'elle-même.

La preuve, la vidéo que vous avez regardé a apparemment permis chez vous à la conscience de revenir à elle-même.

Et je reçois quasiment tous les jours des témoignages de gens me disant qu'ils ont découvert leur vraie nature grâce à cet enseignement.

La question du libre-arbitre est une question philosophique, intellectuelle; elle est intéressante mais elle ne nous aide pas ici. Ce qui est essentiel, c'est de prendre conscience de l'Espace.

Mais, une fois que vous avez vu votre vraie nature : c'est bon. Ne faites rien de plus. C'est reconnu.

La conscience s'est resaisie comme espace d'accueil impersonnel.

Alors, le chemin spirituel est terminé.

Et, si jamais la conscience commence à se rédidentifier au personnage à nouveau, alors revenez à la vacuité par ce même outil : au-dessus des épaules il n'y a rien, pas d'observateur.

Merci

josé

 

Voici la video :