Un lecteur dublog me pose cette question :

 

"Mr LE ROY,

Je suis très régulièrement votre site "Eveil et Philosophie". Je tiens à vous remercier pour ce riche partage que vous offrez à tous.

Je suis très sensible à la notion d'éveil, de réalisation du Soi. Je suis intellectuellement quotidiennement en lien avec ces notions. Je ne me considère pas comme un éveillé, même si déjà cette notion est fausse en Soi. Je crois qu'il n'y a pas encore une profonde conviction en moi. Des doutes persistent et j'accepte ce principe en laissant faire. Mais, je ne viens pas à vous pour parler de moi. J'aimerai un élément de réponse venant de votre part concernant ce sujet :

Je suis sur la vie de Marthe Robin, bien que je ne sois pas un catholique avéré. Au regard de cette personnalité, je vois un Etre totalement éveillé. Mais, voilà la question, pourquoi est-elle passée par une si grande souffrance ? Je dois admettre qu'une énigme se pose pour moi. Quand on lit Maharshi, Nisargadatta, et les contemporains et vous même, pas de souffrance. Cela ne passe par par la souffrance. Alors, pourquoi elle, tout passe par la souffrance. Je vous remercie pour le temps que vous prendrez à lire ce message, même si vous n'aurez peut-être pas le temps d'y répondre. Je suis ravi d'avoir communiqué avec vous.

Bien cordialement."

 

 

MartheRobin_30-ans-C-Collection-Foyer-de-Charit-700x973

 

 

Bonjour,

 

Il est vrai que Marthe Robin a beaucoup souffert physiquement, mais aussi Sainte Thérèse de Lisieux, qui est morte très jeune et très malade.

Mais il n'y a pas de vie sans souffrance.

Ramana Maharshi est mort d'un cancer très douloureux, tout comme Nisargadatta Maharaj qui avait un cancer à la gorge. Tous nous sommes sujets à la maladie et la mort, puisque nous avons un corps.

Cependant la différence semble être que parfois la souffrance est présentée comme un chemin d'éveil. Certains mystiques chrétiens, ont cherché à atteindre l'union avec Dieu, par la souffrance. Ils pensaient suivre en cela la voie du Christ, qui connut la Passion et la cruxifiction.

Pas de Royaume sans épines !

Je me demande si cela ne vient pas d'un sens du tragique propre au christianisme, ou en tout cas à une certaine lecture du christianisme. Ce tragique semble bien moins présent en Inde. Le philosophe Georges Vallin écrivait :

"La métaphysique asiatique nous offre un type de pensée qui, sans méconnaître ni escamoter les motifs du tragique tel qu'il apparaît en Occident, n'aboutit jamais à isoler, à hypostasier ou à valoriser les structures du tragique et les sentiments qui leur corresponde."

Pour Georges vallin, cette différence vient de que l'ego n'est pas considéré comme une réalité dans le bouddhisme ou l'advaita vedanta, mais comme une illusion (pour aller vite) et donc sa souffrance n'a pas de valeur en soi.

Dieu n'est pas absent,éloigné de la créature, puisque la créature existe sur un mode illusoire. Il n'y a donc pas à valoriser la souffrance pour arriver à trouver Dieu qui est déjà là.

Cependant, on sait aussi qu'il y a de l'ascétisme en Inde, et encore aujourd'hui des sadhous infligent à leur corps de grandes souffrances (rester debout sur une seule jambe, accrocher un poids à son sexe, garder un bras en l'air...).

Et certaines représentations du Bouddha le montre en ascète :

 

Emaciated_Siddhartha_Fasting_Gautama_Buddha

Pensons aussi aux Chiites qui peuvent se larder de coups de couteau en l'honneur du martyre d’al-Ḥusayn lors de la bataille de Karbalāʾ.

 

les-musulmans-chiites-male-prendre-part-a-des-ceremonies-de-battre-la-poitrine-comme-une-parade-affichage-de-leur-devotion-a-lamam-hussain-et-en-souvenir-de-sa-souffrance-hussain-albahranipacific-pressalamy-live-news-ecf0td

 

Il semble bien que la souffrance puisse conduire au-delà du corps; ce sont des techniques bien connues.

Mais ce n'est clairement pas la voie de l'advaita vedanta.

Il y a des façons bien plus douces d'arriver à la découverte de la transcendance, il me semble.

Et surtout, la vie nous envoie assez de souffrances pour que ce ne soit pas nécessaire d'en créer d'autres soi-même.

Mais Marthe n'a pas cherché ses souffrances; elle souffrait d’une affection inflammatoire des centres nerveux. Elle a essayé de vivre sa maladie à partir de sa foi.

Et il est certain que la découverte de ce qui est plus grand que nous peut nous aider à vivre et à accepter les douleurs.

Je donne dans mon  livre l'exemple de plusieurs personnes qui se sont éveillées à l'occasion de grandes douleurs physiques.

Merci.

 

jlr