Bouddhisme (1/4)

Une philosophie du bonheur ?

 

Origine du terme bouddhisme

Le terme de bouddhisme n’apparaît qu’en 1817,  c’est un terme occidental comme tous les « isme » qui peuvent exister et sont des manières de mettre dans des petites boîtes des choses qui débordent très largement… On parle plutôt du Bouddha de dharma, le dharma est le sens véritable du mot pour les Asiatiques, ça veut dire : « la nature même des phénomènes », ce qui est derrière l’apparence. On perçoit par nos sens un monde d’apparence, mais est-ce la réalité ? C’est toute la question et le bouddhisme nous explique que non, c’est une manière de projeter notre esprit sur le monde qui nous illusionne et le dharma c’est découvrir derrière les phénomènes apparents ce qu’est véritablement la nature fondamentale de la réalité.  
Philippe Cornu

Laisser tomber Aristote pour comprendre le bouddhisme

Si on veut comprendre le bouddhisme, il faut laisser tomber Aristote nous disant qu’un phénomène a une substance et que ce phénomène ne varie que dans ses aspects en fonction des causes et conditions qui peuvent interférer avec lui… Mais le phénomène perdure et on est dans un être sempiternel. Dans le bouddhisme on ne voit pas ça de cette manière-là, on voit surtout des processus, et les processus phénoménaux ne durent jamais qu’un instant, ils sont toujours la convergence de causes et de conditions tout aussi transitoires. Il faut comprendre le monde comme un faisceau de causes et conditions qui quand elles convergent constituent un nouveau phénomène lequel est condition de phénomènes suivants… Par conséquent un phénomène ne saurait durer plus d’un instant… On ne peut pas saisir quelque chose et le mettre dans une petite boîte, tout est dynamique, tout est en processus...  
Philippe Cornu

Comment atteindre l’éveil ?

Il faut comprendre les mécanismes, observer son esprit, notamment à travers le processus de la méditation mais aussi dans l’éthique. Quand on prend un vœu éthique, en fait on s’observe en train d’essayer de tourner le vœu éthique et on apprend énormément de soi. On observe tous les mécanismes conditionnés qui sont en nous et petit à petit on peut essayer de les défaire. Ce qui compte c’est de détricoter ce que nous avons tricoté dans notre esprit.  
Philippe Cornu