On m'a récemment posé cette question : y a-t-il des degrés dans l'éveil ?

J'ai répondu dans mon livre (L'éveil spirituel) mais je vais repréciser les choses.

Certaines personnes me disent que certes l'éveil dont je parle est simple, mais cet éveil n'est pas l'éveil de Ramana Maharshi ou de Nisargadatta Maharaj, qui eux ont un éveil supérieur. Et donc cet éveil est un petit éveil.

En réalité, il n'y a pas de degrés dans l'éveil.

Quand la clarté de l'éveil s'est révélée, quand le soleil s'est levé, il fait jour. Et cette lumière est une et universelle, et sans degré d'intensité.

Il n'y a pas un éveil de Ramana, un autre de Pierre Dupond. L'éveil est la sortie de l'individualité, le passage à une réalité absolue et sans "moi", au-delà de la dualité sujet/objet. Ce n'est l'éveil de personne. C'est l'éveil, point barre.

Ce qu'ont vécu le Bouddha ou Jésus ou Ramana ou Douglas Harding ou Pierre Dupond ne dépend ni de Bouddha, Jésus, Douglas, ou Pierre Dupond. L'éveil n'est ni d'occident ni d'orient.

L'éveil est hors du temps, et ne connait pas de changement.

Mais il est vrai qu'il faut d'une part distinguer (ce que j'ai fait dans le livre) un aperçu de l'éveil de l'éveil lui-même. L'aperçu est une ouverture provisoire et temporaire de l'éveil. L'éveil est le basculement définitif dans cette ouverture elle-même.

Et d'autre part, il faut reconnaitre qu'il y a une incarnation, une réalisation plus ou moins grande de l'éveil. C'est ce que j'appelle la sagesse. La sagesse peut être plus ou moins profonde, mais cela n'a rien à voir avec des degrés de l'éveil (qui lui ne change pas).

Et c'est d'ailleurs ce qui est miraculeux : quand vous voyez votre vraie nature, vous la voyez absolument, parfaitement parce que c'est cette vraie nature qui se voit elle-même.

 Je pense que cette croyance de degrés dans l'éveil est un des plus grands obstacles à l'éveil lui-même ; parce qu'elle nous conduit à négliger la splendeur de cette découverte, et nous pousse encore dans un futur imaginaire à chercher autre chose. Cette croyance à plusieurs causes comme une sorte de complexe d'infériorité par rapport à l'Inde, ou l'idée (très très ancrée) que l'éveil est réservé à une élite

Voilà qqs précisions, mais le livre développe bien davantage ces perspectives.

jlr