Aujourd'hui, on est venu m'interroger pour un article dans un magazine qui doit paraitre bientôt, suite à la sortie de mon livre L'éveil spirituel.

Voici une des questions qu'on m'a posée et ma réponse.

 

Kintugi

 

"Question : L’éveil permet-il de résoudre les problèmes psychologiques ?

José : il y a très peu de travaux scientifiques sur le lien entre éveil et psychologie. La psychologie contemporaine n’a pas vraiment intégré l’éveil spirituel dans son appréhension de la psyche humaine. Freud considérait l’expérience mystique comme une illusion et une névrose. Heureusement, Jung, puis après lui, des psychologues transpersonnels comme Maslow ont accordé un intérêt à l’expérience d’éveil. Mais il y a encore peu ou pas de données scientifiques sur cette question. Il faudrait que la psychologie française intègre l’expérience de l’éveil dans son cadre conceptuel et thérapeutique. Cela commence à être fait pour la méditation de pleine conscience ; il faut le faire aussi pour l’éveil spirituel.

Donc voici ce que je peux répondre à votre question à partir de mon expérience.

Il faut d’abord définir ce que vous entendez par « problèmes psychologiques ».

Si vous parlez de graves maladies psychiques, comme les psychoses, il est probable qu’elles rendent difficile l’accès à l’éveil. Parce qu’il faut pour cela être capable de maintenir une attention au réel tel qu’il est, ce qu’interdisent certaines pathologies. Heureusement de tels cas sont rares.

Si par « problèmes psychologiques » on entend simplement des difficultés à vivre, des peurs, des souffrances, ces problèmes sont plutôt une aide qu’un obstacle. Si tout allait parfaitement bien pour le moi, pourquoi se mettrait-il en quête d’un au-delà du moi ? Sans doute faut-il avoir un ego assez bien structuré pour pouvoir ensuite le dépasser, mais il n’est pas nécessaire d’atteindre d’abord un état sans problèmes psychologiques pour s’ouvrir à l’éveil. Il n’est pas nécessaire que le moi devienne parfaitement équilibré (et je ne crois pas que cela existe) pour découvrir le Soi. Ce sont souvent nos problèmes psychologiques, nos difficultés, nos souffrances qui nous conduisent à chercher une solution, qui nous mettent en quête. En ce qui me concerne, c’est parce que je me sentais profondément mal que je me suis tourné vers la philosophie et les sagesses spirituelles. J’avais l’impression qu’il manquait une pièce au puzzle de ma vie. Les difficultés du moi sont souvent les opportunités de Dieu ou du Soi. Il est intéressant de noter que certains enseignants spirituels (Eckhart Tolle, Jeff Foster, Byron Katie) ont découvert leur vraie nature suite à une profonde dépression.  Mon ami et maitre Douglas Harding a dit un jour  : « Si j'avais attendu que Douglas ait réglé tous ses problèmes avant de regarder pour voir qui je suis, si j'avais attendu d'être parfaitement préparé, je serais encore en train d'attendre à 87 ans!" » Tel que nous sommes, avec nos problèmes, grâce à nos problèmes, nous pouvons voir qui nous sommes, c’est-à-dire QUI a ces problèmes. Eveillons-nous d’abord à notre dimension profonde, voyons ensuite si nous avons encore des problèmes.

Je crois même que nos problèmes psychologiques viennent de ce que nous nous limitons à un ego, que nous nous réduisons à une individualité. L’essentiel de nos problèmes a pour origine notre croyance de n’être qu’un petit moi, et notre identification avec notre corps et nos pensées. Et en ce sens, la véritable santé mentale c’est précisément de découvrir l’éveil, et de prendre conscience de ce qui en nous est absolument libre de tout problème. C’est la guérison ultime.

Et au contact de cette Présence nouvellement découverte, nos difficultés psychologiques, nos souffrances, nos peurs, peuvent ensuite se dénouer ; non pas en un instant, mais graduellement. Nous avons trouvé une paix, une confiance, un amour, un silence au centre de notre être qui vont imprégner notre vie et la rendre bien plus heureuse et épanouie."