J'ai lu un essai incroyable de la mystique chrétienne Bernadettes Roberts, morte en 2017.

b roberts

B. Roberts est une des plus grandes mystiques chrétiennes du XXème siècle. Ses écrits sont du plus haut intérêt.

Elle dit deux choses :

-l'expérience de l'éveil (expérience du non-ego) n'est pas la fin du chemin spirituel. Il est suivi d'un autre événement (bien plus rare) qui est la perte de la conscience (expérience du non-soi). Cette deuxième expérience est absente de la littérature contemplative, c'est pourtant le vrai message du Christ.

-la conscience n'est pas l'absolu, n'est pas dieu. Dieu est au-delà de toute conscience. La conscience (le Soi) est un produit du cerveau, qui n'est pas éternel.

Elle reproche à l'advaita vedanta d'avoir divinisé la conscience, d'avoir fait de la conscience un absolu, ce qu'elle n'est pas. 

La conscience (avec un grand C ou un petit c) est simplement la manière qu'a l'homme de connaitre de le monde. Autrement dit, pour B. Roberts, en aucun cas l'atman n'est Brahman.

Dieu n'est connu que lorsque la conscience disparait (le je suis).

Roberts reconnait que c'est là aussi le message du Bouddha, la disparition du Soi, la fin des 5 skandhas, mais elle reproche aux bouddhistes de confondre cet état avec le premier événement, l'état de non-ego.

Je reviendrai sur son travail.

 

Extrait :

"Il n'y a pas vraiment de grand mystère au sujet du " soi " ou de la conscience de soi de l'homme.  Le vrai mystère, c'est la vraie nature de " ce qui " reste quand il n'est plus là, quand il a cessé de fonctionner. 

Avec l'arrêt de la conscience de soi, tous les effets expérimentés qu'elle a générés disparaissent en un clin d'œil.  Et quels étaient ces effets ?  Ils étaient l'expérience de "l'être", de "la vie", de "l'âme", de "l'énergie", du "mental et de la volonté", de "l'intériorité", du "système affectif", voire de la conscience d'"être un avec Dieu" - toutes ces expériences sont alors soudainement détruites et pour toujours balayées.  

Désormais, il n'y a plus de centre (Dieu) ni de circonférence (soi).  En vérité, cette "explosion" (ou cessation) est la seule expérience de mort que l'homme connaîtra jamais .  Enlevez donc la conscience de soi avec tous ses effets expérimentés et la vraie question devient "quelle est la vraie nature de ce qui reste au-delà de tout soi ? C'est le vrai mystère de l'homme et la vraie question à laquelle il a besoin d'avoir une réponse.
Aucune idée dans l'esprit ne pourra jamais donner une réponse satisfaisante à ce mystère, seul Dieu peut révéler la vraie nature de "ce qui" reste au-delà de tout soi."

Bernadette Roberts