Alexis Lavis parle du Bodhicaryavatara

 

alexis lavis

 

bodhisattva

 

 

 

 

« La conscience doit avant tout être tenue de cette façon :

Comme si j’étais dépourvu de sens, 

Qu’elle soit dressée tel un bâton de bois

Point de coups d’œil porté un peu partout,

Il faut toujours avoir le regard baissé.

Mais si les yeux ont besoin de repos,

On regardera quelquefois aux alentours.

Et après avoir vu ce qui n’est que reflet, 

On attachera son regard à un objet adéquat.

Avant de prendre la route, on regardera un instant

Dans les quatre directions, afin de mesurer le danger.

Se reposant, on regardera la distance parcourue, 

En se retournant derrière soi.

On continuera ou l’on rebroussera son chemin,

Après avoir examiné ce qu’il y a devant et derrière.

C’est ainsi qu’en toutes circonstances,

On fera ce qu’il faut faire après s’être bien mis au fait. »

Śāntideva, Bodhicaryavatara, ch5 (« le rempart de la vigilance »), trad. Alexis Lavis (Cerf, 2018), p347