Sainte Thérèse d’Avila a écrit sur la dernière étape du chemin spirituel, l'union transformante :

 

« L’union dont il s’agit peut-être comparée à celle de deux cierges de cire qui sont si bien unis que leur lumière n’en est plus qu’une ; ou bien à la mèche, à la lumière et à la cire qui ne sont qu’un seul cierge. (…)

Le mariage spirituel est encore semblable à l'eau qui, tombant du ciel, se mêle si bien à celle du ruisseau qu'on ne peut plus les diviser ni mettre à part celle du ruisseau et celle qui est tombée du ciel.

Il ressemble en outre à un tout petit filet d’eau qui se perd dans la mer, sans qu’il soit plus possible de l’en séparer ; ou à une grande lumière qui pénètre dans un appartement par deux fenêtres et qui, quoique séparée à son entrée en se réunit pour ne faire plus qu’une lumière. »

Sainte Thérèse d'Avila

 

Comme le feu se mêle au feu, l’eau à l’eau, et la lumière à la lumière, l’âme se fond en Dieu et participe de son esprit et de sa volonté.

jlr

 

riviere