Quand j'invite les gens à retourner leur attention vers la source du regard, je ne veux pas du tout dire que cela conduit à un éloignement du monde. Tout au contraire.

Premièrement, ce retournement vers soi ne signifie pas un retournement vers les pensées ou l'inconscient ou les émotions. Il ne s'agit pas d'une introspection psychologique, mais d'un saut dans la conscience pure.

D'autre part, quand on pointe vers le soi, on ne trouve...rien, sinon l'Ouvert.

Et cet Ouvert est aussitôt rempli du monde.

En réalité, il n'y a ni intérieur, ni extérieur, ni dedans ni dehors, mais une non-dualité entre la lumière de la conscience et les choses.

Ainsi, prendre conscience de l'Ouvert, c'est paradoxalement prêter attention au monde.

Pédagogiquement, il me semble important de ramener d'abord l'attention vers elle-même.

et ensuite de réaliser que le vide et les formes ne sont pas séparées.

jlr

 

vide_neige