Ce week-end a eu lieu à Paris une rencontre pour célébrer la mémoire de Douglas Harding(1909-2007) disparu il y a 10 ans.

Des amis - environ une centaine de personnes sur les deux jours -  sont venus du monde entier : Japon, Etats-Unis, Israel, Hollande, Angleterre, Italie, Suisse, Belgique, France...

Beaucoup d'autres amis de tous les coins m'ont écrit pour me dire qu'ils étaient avec nous de tout leur coeur.

Catherine Harding et 12 orateurs se sont succédés pour évoquer le travail de Douglas et l'homme qu'il était.

 

20171119_175446

 

20171119_175119_resized_1

 

20171119_171812_resized_1

Catherine Harding, Yuko, Sarah

 

20171119_143757_resized_1

Richard Boyer

 

20171119_113956_resized_1

Catherine Harding, Lorène Le roy, Bill Garside

20171118_163743_resized_1

Alain Bayod

Ce qui m'a frappé c'est la gratitude infinie des amis présents pour Douglas Harding et sa pédagogie extraordinaire. Beaucoup en effet ont vu leur vraie nature grâce à ses expériences simples et puissantes, comme Alain Bayod par exemple ou Lorène.

Beaucoup aussi ont souligné combien Douglas était simple et généreux. Il n'y avait aucun écart entre ce qu'il était et ce qu'il partageait.

Les douzes interventions étaient toutes différentes, chacun exprimant la façon dont il ou elle avait de vivre à partir de l'ouverture;

C'était comme une lumière (la Présence universelle) et plusieurs lampes (tous les amis )

Serge Durand a lu et commenté un extrait d'un livre de Douglas, plein d'humour, mais si précis, que je partage avec vous :

 

"LE VOYAGE

 

            Ce voyage que vous allez entreprendre est aussi réel, aussi physique, que tous ceux que vous avez pu faire dans votre vie, et de loin le plus important de tous. En conséquences, il a une direction bien définie, et il faut prendre un relèvement au compas d'un certain nombre de degrés. Entendons-nous dès maintenant sur les mesures.

             Pointez votre index droit devant vous. Maintenez-le dans cette position.

             Vous désignez en ce moment un certain pays. (Si vous êtes aux Etats-Unis, votre doigt pointe sans doute en direction du Canada, de la Grande Bretagne, du Mexique ou du Japon. Si vous êtes en Europe, il est probablement orienté vers un pays européen voisin. Etc...) Mais dans quelle direction se trouve le Ciel ? Je vais vous le dire avec précision.

             Il se trouve dans la direction opposée de celle indiquée par votre doigt. Son relèvement de compas est de 180° - pas de 170° ni de 190°, mais de 180° - par rapport à la direction que désigne votre index. Alors s'il vous plaît, avec votre autre main, désignez la route du Ciel. Très bien. Nous savons exactement où nous allons.

 Combien de temps va durer le voyage ? Là aussi, je peux vous répondre facilement et avec précision. Quelle est la distance entre vous et ce doigt pointé vers vous ? Regardez et voyez.

Je dirais...

environ un pied, ou 30 centimètres.

Ce n'est donc pas un long voyage, si l'on considère la nature exotique du pays où il va nous mener, qui est le vrai Pays des Merveilles !

 Quel véhicule allez-vous employer pour faire ce remarquable voyage ? Eh bien, nous en avons actuellement une vingtaine disponibles. De conceptions très variées, ils sont tous confortables et fiables (pour plus de détails, consultez nos autres brochures de voyage), mais en ce moment même il se trouve que le plus pratique n'est autre que cet index pointé vers vous. C'est vous qui allez le conduire. S'il vous plaît, dirigez-le lentement, avec la plus grande attention, vers le lieu que vous avez l'habitude d'appeler votre visage...

 Voyez vous-même. Ici, si l'on parle de ce que l'on voit, c'est plus qu'un aperçu de la vastitude du Ciel...

Un voyage facile, non ? Et combien de temps vous a-t-il fallu pour arriver au Ciel ? Trois ou quatre secondes au plus. Ce qui ne le cède en rien à la performance des véhicules spatiaux les plus récents, sans parler du Concorde, dans leurs voyages vers des régions de moindre intérêt.

 

LE PAYS

 

Voyez vous-même. Voici le Pays véritablement Grand, en comparaison duquel tous les autres sont minuscules. L'une des premières choses que les visiteurs vont probablement remarquer, c'est qu'il s'étend visiblement à l'infini, n'a en fait aucune limite quelle qu'elle soit.

Ce qui permet de percevoir distinctement cette infinité, c'est la clarté parfaite le l'air du Ciel. Pas de brumes, pas de voiles atmosphériques obscurcissant les horizons lointains, aucun de ces clairs-obscurs que les peintres de paysages recherchent tant. Rien d'étonnant à ce que Thomas A'Kempis appelle le Ciel "le Pays de l'Eternelle Clarté"!

 

Douglas Harding