phare

Les circonstances de la vie ne sont pas toujours faciles, parfois elles peuvent être extrêmement difficiles : problèmes d'argent, chomage, maladies, deuil,...

Et parmi les lecteurs de ce blog, je sais qu'il y a certaines personnes qui vivent ces souffrances et qui ont l'impression d'avoir la tête sous l'eau, d'être submergées par mille obstacles qui se dressent.

Et je suis de tout coeur avec elles maintenant.

D'ailleurs tous, à un moment ou à un autre, nous rencontrerons des difficultés.Tous.

Je ne prétends pas avoir une solution magique qui pourrait faire disparaitre ces problèmes.

Mais peut-être pouvons-nous essayer maintenant, ensemble, de voir qu'une partie de nous, et même notre être le plus profond n'est pas entièrement englouti par le flot de nos problèmes.

Si nous regardons au-dessus de nos épaules,

si nous inversons la flèche de notre attention vers ce qui regarde en nous

nous découvrons un grand espace clair et ouvert

Vide et transparent

Et nous voyons alors que le monde et aussi nos pensées, nos émotions, et nos souffrances

apparaissent dans cette Ouverture sans limite.

Nous n'avons pas la tête englouti dans le monde,

non,

c'est le monde qui est englouti dans l'Ouvert.

Notre essence la plus intime, la plus secrète dépasse le monde de tous les côtés.

Il ne s'agit pas de l'imaginer ou de le penser.

Mais de le constater.

 

Pour moi, chaque fois que je vois cela, même pour un instant,

je me sens libre et immense.

Le monde nait, vit et disparait en nous.

Nous ne sommes pas noyés dans le flot de l'existence (le samsara)

Mais ce n'est pas un exercice pour fuir les difficultés, pour refuser ce qui arrive

c'est un exercice pour accueillir le monde plus encore à partir de cet espace clair

à partir de la conscience immuable.

Nous sommes l'océan entier.

Aucune vague ne peut nous noyer.

jlr