Voici un témoignage que je viens de recevoir d'une personne, P., qui a participé à l'atelier que j'avais donné à Paris le mois dernier avec Ilios Kotsou.

Je trouve son texte encourageant, et je le diffuse donc ici.

 

"Cher José,

Je t'envoie ce mail pour tout d'abord profondément te remercier du week-end précédent.

Alors pour les présentations, je suis P., je t'avais notamment demandé beaucoup de détails "techniques", notamment sur le bouddhisme dzogchen, Tulku Urgyen, et surtout je ne comprenais pas pourquoi tu nous faisais travailler sur la vision, là où pôle sujet et objet étaient très éloignés, contrairement au ressenti corporel... :)

Je t'envoie donc simplement ce mail pour profondément vous remercier Ilios et toi pour ce stage : j'avais été très bluffé par ce style "direct" et "saut dans le vide" que je n'avais jamais rencontré avant.

Et pour autant, malgré ce côté léger et disons-le parfois cocace, eh bien avec la vision sans tête j'ai expérimenté ce même type de ressenti d'espace,  de "beaucoup moins de limite", que lors d'une retraite longue que j'avais pu faire, à méditer 10H sur le coussin...

C'est fou car depuis 7 ans que je médite, et tous ces années en "quête", c'est donc la 2ème fois qu'un tel ressenti me parvient... en me montrant du doigt!

Et, chose également très surprenante, depuis dimanche dernier je suis dans un état fort différent du "P. classique" : quasiment plus de peurs ou d'appréhensions, mais un sentiment d'espace, de félicité et de légèreté...  serait-ce cela la rotation orthogonale de la conscience, ou celle du doigt à 180°... Quand même, cela ne peut pas être aussi simple qu'un doigt pointé vers soi!! :)

Alors certes, à certains moments cela diminue... Mais pour le moment je parviens à  retrouver cet espace, notamment en regardant certaines vidéo de framboises, en expérimentant le "Tout est déjà là", "Qui observe?", "Regarde depuis tes épaules", et puis bien  sûr l'exercice du doigt que je dois faire 5/6 fois par jour...

Bien sûr, je me demande à quand le "retournement comme une crêpe", le retour au "petit", en essayant aussi de ne pas trop m'accrocher à cette expérience d'espace, qui est celle que j'expérimente actuellement et au combien exceptionnelle en rapport à ma condition classique :)

Mais comment faire, comment rester dans cette présence? :)

En tout cas un GRAND GRAND MERCI.

Amitiés"

 

qui etes-vous

 

 

 

Merci cher P. Je garde aussi un excellent souvenir de cet atelier.

Comment rester dans la présence...demandes-tu?

D'abord tu es la Présence. L'espace au-dessus de tes épaules ne se ferme jamais. C'est toujours grand ouvert, vaste, immense, accueillant.

Simplement, parfois nous sommes distraits, et négligeons la source de l'attention elle-même.

Eh bien, il suffit de retourner cette attention à nouveau vers la vacuité.

Peu à peu, vivre à partir de l'Ouvert deviendra naturel.

Cela peut venir vite d'ailleurs, parce qu'on prend gout à la liberté et à la joie qui proviennent de l'espace nu de la conscience.

amicalement

jlr