Philippe Joannis m'a envoyé un article où il veut montrer que Macron incarne une politique dans l'esprit de Ken wilber et de la philosophie intégrale.

Philippe connait bien la pensée de Ken Wilber et cherche d'ailleurs à la diffuser en France (voir ici)

J'ai trouvé ce texte interessant - bien qu'il ne m'ait pas entièrement convaincu - et je le partage avec vous. Ce n'est pas du tout de ma part un soutien au nouveau président. J'attends de voir ce que fera ce jeune homme pour juger sur pièces.

 

jlr

 

93845938

 

Lien vers l'article sur linkedin https://www.linkedin.com/pulse/pourquoi-emmanuel-macron-est-vraiment-un-mutant-philippe-joannis

 

"Pourquoi Emmanuel Macron est (vraiment) un mutant

ou l’approche intégrale appliquée au leadership politique

C’est Michel Houellebecq qui a dit avec ironie d’Emmanuel Macron qu’il était un mutant. Mais les plaisanteries sont parfois porteuses d’une vérité. Car, d’un certain point de vue, Emmanuel Macron est un mutant. Pour soutenir cette position, je vais m’appuyer sur une approche méta-philosophique peu connue en France, l’approche intégrale, que je vais tout tout d’abord présenter de manière succincte.

L’approche intégrale : une méta-théorie pour le XXIè siècle.

L’approche intégrale a été développée dans les trente dernières années par le philosophe américain Ken Wilber, peu connu en France, mais traduit en 25 langues. L’approche intégrale vise à rendre compte de la réalité en utilisant et en intégrant dans un « méta-modèle » à la fois rigoureux et ouvert tous les champs de la connaissance humaine ; les sciences, de la physique à la psychologie et des sciences dures aux sciences humaines, la philosophie dans ses divers moments pré-modernes, modernes et post-modernes, et les traditions spirituelles de l’humanité.

L’approche intégrale vise également à intégrer tous les modes d’accès à la connaissance : l’expérience, la raison et — ce dont se réjouirait Bergson — l’intuition. Elle fournit un cadre ouvert pour appréhender la réalité dans toutes ses dimensions, sa complexité et ses paradoxes. Elle s’intéresse aussi bien à l’extérieur du réel (la complexité du monde) qu’à l’intérieur de l’individu ( la conscience) ou du collectif (la culture). Elle s’inscrit enfin dans une vision évolutionnaire de la réalité, cherchant à mettre en perspective le réel dans le grand mouvement de l’évolution qui, depuis 13,8 milliards d’années, voit l’univers se transformer et, à partir de formes simples, donner naissance à des formes de plus en plus complexes.

Des études sur le développement de l’enfant à la découverte de niveaux de développement chez l’adulte.

Parmi les concepts clefs de l’approche intégrale, celui de niveau de développement des êtres humains joue un rôle important. Il est issu des études sur le développement de l’adulte qui ont vu le jour dans les 30 dernières années. L’étude du développement humain a connu des pionniers comme Piaget, qui s’est intéressé aux stades de développement de l’enfant. Mais des études récentes et concordantes ont établi que le développement de l’être humain ne s’arrêtait pas à l’âge adulte, lorsque le corps s’arrêtait de grandir. Les adultes peuvent continuer à se développer, tout au long de leur vie.

Et comme Piaget l’avait montré pour l’enfant, le développement de l’adulte passe par des étapes successives de transformation. À chaque étape, l’individu peut acquérir de nouvelles capacités et de nouveaux savoir-faire qui étaient inaccessibles aux niveaux précédents.

Ces étapes successives sont prévisibles et constantes et, si personne n’est « enfermé » dans un niveau de développement, chacun navigue autour d’un centre de gravité , où il se situe le plus fréquemment et dont l’emplacement peut évoluer au cours de la vie.

Des niveaux de développement qui échappent à notre conscience

De l’intérieur, nous ne pouvons pas avoir conscience du niveau de développement dans lequel nous évoluons. Chaque niveau constitue un filtre au travers duquel nous voyons la réalité, mais que nous ne pouvons voir lui même, car il nous semble faire partie intégrante de la réalité. Et lorsque, en nous développant, nous passons d’un niveau à un autre, c’est comme si nous passions par une véritable mutation intérieure (1) - notre vision du monde, nos valeurs, notre appréhension de la réalité se transforment de manière radicale.

C’est la raison pour laquelle nous n’avons pu découvrir l’existence de ces niveaux de développement que récemment et grâce à des dizaines d’études qui, chacune à sa manière, s’est concentrée sur un aspect du développement humain (2)

Pour désigner les différents niveaux, l’approche intégrale utilise des codes de couleurs qui font apparaître chaque niveau comme une position sur un spectre coloré (3)

Voici un tableau qui présente les différents niveaux de développement, suivis de mots clefs qui l'illustre (de manière très sommaire) et donne une idée du filtre au travers duquel la réalité apparaît à ce niveau.

niveaux

 

Chaque niveau se construit en opposition frontale au niveau précédent…

Tous les niveaux antérieurs au niveau dit « intégral » ont tendance à rejeter les niveaux qui les précèdent (et les suivent). Le niveau traditionnel (ambre) rejette la violence et l’arbitraire du niveau égocentrique (rouge) qui le précède, tout autant que le niveau moderne et son individualisme. Le niveau « moderne » (orange) rejette le niveau traditionnel et ses valeurs et le relativisme du niveau post-moderne. Le niveau post-moderne (vert) s’oppose aussi bien au niveau traditionnel et à ses normes qu’au niveau moderne et à son culte du progrès. Chaque niveau a des apports spécifiques à l’évolution de la conscience et des ombres nouvelles. La tradition apporte une forme de cohésion et limite la violence directe du niveau précédent, mais bride l’autonomie et peut étouffer l’individu. Le niveau moderne apporte la science et les innovations technologiques, mais peut aboutir à un individualisme forcené. Le niveau post moderne apporte la notion de perspectives multiples, d’inclusion des minorités, de déconstruction des rapports de dominations liés aux hiérarchies (4) des niveaux précédents, mais peut aboutir à un relativisme qui devient la seule valeur absolue.

… sauf le niveau intégral

Il y a sur le graphique un petit espace entre le niveau intégral et les niveaux qui le précèdent. Le niveau « intégral » est le premier niveau de développement de la conscience qui cherche à inclure et transcender les niveaux précédents, à honorer l’apport des différents niveaux (qui continuent à exister et à être disponible au sein de l’individu) et à faire cohabiter des visions du monde contradictoires, sans nécessairement chercher à résoudre les contradictions et les polarités en jeu.

Il a la capacité de gérer la complexité du monde par une conscience qui supporte et embrasse la tension liée à la présence de polarités contradictoires. Il fonctionne sur le mode du « et » et non plus sur le mode du « ou bien », sur un mode « éco -logique » (systémique) et non plus « ego-logique » (centré sur soi) (5). S’il abandonne les hiérarchies de valeur et de pouvoir, il réintroduit pourtant la notion de hiérarchie au travers des hiérarchies de développement (comme celle que je suis en train d’exposer) (6).

Et si nous revenions à Emmanuel Macron ?

Les études développementales nous disent que le développement s’effectue suivant plusieurs lignes de développement simultanées. Un peu comme pour gravir une montagne il y a plusieurs sentiers distincts qui montent vers le sommet. Chaque sentier correspond à une ligne de développement. Il est possible d’être très avancé sur l’un des sentiers et d’avoir moins progressé sur d’autres.

Son histoire personnelle montre qu’Emmanuel Macron s’est développé simultanément et précocement sur des lignes multiples : intelligence analytique (son parcours scolaire le démontre ), intelligence des systèmes (nécessaire pour toute action politique), intelligence émotionnelle (une capacité d’empathie, de relation, d’ajustement à chacun qui lui est reconnue par tous ses interlocuteurs), artistique (musique, théâtre), morale (sa bienveillance assumée, sa volonté d’inclusion, une forme d’authenticité courageuse en sont les marqueurs ) et spirituelle. Cette dernière dimension est totalement assumée par E. Macron. L’appétence « spirituelle » —au-delà de la pratique traditionnelle ou du rejet des religions telles qu’elles apparaissent aux niveaux de développement antérieurs ambre et orange — réapparaît, souvent dès le niveau post-moderne (qui a vu l’émergence du phénomène New Age), mais prend une toute nouvelle dimension au niveau intégral.

L’approche intégrale Macroniste: une mutation du politique

Or l’approche intégrale est précisément ce qui caractérise très largement l’approche politique et existentielle d’Emmanuel Macron. Et sauf— et ce n’est pas impossible compte tenu de son intérêt pour la philosophie — s’il s’est intéressé à ce courant de pensée, il n’en a pas conscience lui-même et « fait de l’intégral » sans le savoir - il n’y a heureusement pas besoin de connaître les études sur le développement pour se développer, pas plus qu’un enfant n’a pas besoin d’avoir lu Piaget pour se mettre à marcher.

Le visuel de la première page de libération du 13 mai fournit une illustration intéressante de ce cette capacité à conjuguer plus qu’à opposer, à inclure et à transcender qui est la marque de fabrique du niveau de développement intégral.

macron

 

Dans le champs du politique, la polarisation gauche / droite oppose des visions du monde et les incarne dans des acteurs différents (individus et partis) au sein du système politique - chaque famille politique étant dépositaire d’une vision d’un monde, de valeurs, de représentations qui lui sont propres, qu’elle défend avec ardeur, et qui définissent son identité. L’approche intégrale de la politique a pour effet non pas de concilier les contraires, mais de les faire cohabiter dans une tension créative qui ne s’exerce plus seulement au sein du système politique. Elle s’exprime à l’intérieur même des individus dont la conscience a atteint une complexité suffisante pour être capable d’embrasser et d’apprécier « en même temps » des valeurs et des visions du monde opposées et contradictoires.

De ce point de vue, Emmanuel Macron est bien le représentant d’une mutation du leadership politique. Et pour reprendre l’image de la montagne, son ascension politique n’est que le fruit de son ascension développementale.

Un défi multiple

Vu au travers du filtre que j’ai choisi d’utiliser, celui de l’approche intégrale, le défi d’Emmanuel Macron est multiple. Il est tout d’abord d’être compris par ceux qui le suivent dans les sentiers escarpés du développement de la conscience. Au fur et à mesure de l’ascension d’une montagne, de nouvelles perspectives apparaissent, qui ne sont pas encore accessibles à ceux qui n’ont pas encore parcouru le chemin. Ceux-ci peuvent à juste titre résister et douter de la vue qui leur est décrite par celui qui les précède. Par contre, ce dernier a accès aux perspectives de ceux qui le suivent puisqu’il est lui-même passé par là. À lui de trouver les mots qui les inviteront à continuer la route plutôt qu’à rebrousser chemin pour revenir en terrain connu.

Le défi est également d’arriver à initier la transformation des structures, du système politique pour qu’elle permette l’émergence, individuelle et collective d’un nouveau niveau de développement de la conscience capable de faire face à la complexité et à la volatilité du monde.

Et le plus grand défi est sans doute un défi personnel, un défi intérieur. Savoir passer d’un leadership individuel à un leadership collectif, partagé et co-créateur et savoir être le catalyseur du système de l’intérieur, en dépit des mulitples résistances qui ne manqueront pas de se manifester …. mais ceci, comme le dirait mon ami Kipling, est une autre histoire, et j’y reviendrai dans un prochain billet.

En attendant, N’hésitez pas à partager vos commentaires ci-dessous. Ils sont les bienvenus !"

Philippe Joannis

 

Notes

(0) Une précision importante : je soutiens le mouvement "En Marche" et l'approche intégrale est à la base de ma pratique de conseil en développement du leadership. Je ne prétends donc pas à l'objectivité —ce qui est un biais de la conscience moderne — et qui —ainsi que la conscience post moderne nous l'a montré :-) — n'existe pas. Mais je suis convaincu que, si toutes les "vérités" sont partielles, certaines vérités, certaines "cartes du territoire" sont plus efficaces que d'autres pour penser le monde et y agir avec justesse.

(1) On pourrait dire qu’il ne s’agit pas d’une mutation génétique, mais d’une mutation « mêmétique », en reprenant le terme de même introduit par Richard Dawkins..

(2) Plus de 100 études développementales ont été recensées par Wilber. Certaines s’intéressaient au développement cognitif, d’autres à l’évolution des visions du monde, d’autres enfin au développement de l’intelligence émotionnelle, spirituelle, et toutes les études, effectuées sur de larges populations, partout dans le monde ont mis en évidence 7 à 8 niveaux distincts.-

(3) Les couleurs utilisées dans le modèle de développement intégral sont presque les mêmes que celles utilisées dans le modèle dit de la spirale dynamique–développé par Don Beck et issu des travaux du psychologue du développement Clare Graves. Mais ce dernier n’est qu’un des modèles développementaux sur lesquels s’est appuyée l’approche intégrale qui, fidèle à sa logique, a cherché à intégrer les différents modèles développementaux de ces trente dernières années.

(4) inspiré du sous titre du remarquable livre d’Otto Scharmer (« Leading from the emerging future – from ego-systeme to eco-system economies »

(5) Chaque individu et chaque groupe peut évoluer d’un stade de développement à un autre. Il est important de comprendre qu’il ne s’agit pas ici d’une hiérarchie de valeur ou de domination, mais d’une hiérarchie développementale. Ainsi, on ne peut pas dire qu’un enfant de dix ans a plus de valeur qu’un enfant de deux ans, mais le second peut développer des capacités qui sont inaccessibles au premier, car il a eu plus de temps pour se développer. Si, pour les adultes, l’âge et le niveau de développement sont souvent liés, d’autres facteurs comme le contexte dans lequel on a grandi, l’éducation dont on a bénéficié, et les expériences vécues ainsi que le centre de gravité de la culture dans laquelle on vit, déterminent très largement le niveau de développement dans lequel nous allons nous stabiliser.

Et si le « mot hiérarchie » dans le titre de ce paragraphe a provoqué de l’urticaire chez vous, il est possible que votre centre de gravité développemental (ou que votre conscience au moment de votre lecture) se situe au niveau « post-moderne » En effet, ce niveau rejette (à juste titre) les hiérarchies de pouvoir et de domiànation (instruments de violence et d’oppression d’un groupe sur un autre), mais ne fait pas la distinction avec les hiérarchies développementales. Par exemple, une molécule est plus complexe qu’un atome, un ver de terre plus complexe qu’une amibe, un homme plus complexe qu’une souris, le système que constitue la terre avec la biosphère plus complexe que chacun de ses habitants etc … Il existe des hiérarchies qui prennent la forme —à l’extérieur —d’une plus grande complexité et ­—à l’intérieur —d’une plus grande conscience (un ver de terre est plus conscient qu’une amibe, mais moins qu’un chien) et ces hiérarchies ne justifient aucune violence, ni aucune domination.

() si vous êtes parvenu jusqu'à cette dernière note, d'abord bravo pour votre résistance et merci ! Cela veut sans doute dire que l'approche intégrale pourrait vous intéresser. Un bon point d'entrée est l'ouvrage de vulgarisation "une théorie de tout" de Ken Wilber - publié chez Almora. Et si, dans un premier temps, vous souhaitez recevoir un article qui présente la théorie intégrale, au delà de la notion de niveaux de développement, de manière à la fois synthétique et plus détaillée, envoyez moi un message direct ou un mail ( philippe@enavance.fr) et je serai ravi de vous le faire parvenir !