Un nouveau livre de David Dubois vient d'être publié chez Almora

 

60 expériences de vie intérieure

 

 

david-dubois-60-experiences-de-vie-interieure

 

Extrait :

"Ce petit livre suggère des expériences qui sont comme des portes vers une nouvelle vie : la vie intérieure. Il ne s’agit pas de recettes pour atteindre le bonheur comme état de satisfaction permanente, indépendant des circonstances, ni de conseils pour obtenir l’éveil au sens d’un basculement définitif et irréversible dans un état d’équilibre parfait, mais seulement  de faire des expériences pour s’ouvrir, pour s’éveiller à une autre dimension de la vie, celle de l’intériorité. Ce mot veut tout simplement dire qu’à côté de la vie ordinaire axée sur la quête de la réussite, il existe une autre manière de vivre, nourrie plutôt par un sentiment d’unité avec toutes choses. Le but de ces expériences est de découvrir ce sentiment d’unité, ou de le ranimer. Ce livre est un manuel d’expériences de l’unité, un livre simple et clair que chacun pourra emporter sur son île déserte ou sur le chemin du bureau.(...)

Ces expériences m’ont été transmises en grande partie par une tradition indienne liée au tantra, appelée la tradition du Coeur, kula en sanskrit, la langue sacrée de l’Inde. Kula est à la fois le corps, le cosmos, le souffle, l’énergie et la conscience. Et le Coeur est l’unité de tous ces aspects. Ces expériences servent à ressentir cette unité. Ni plus, ni moins. Quelques-unes de ces expériences viennent de la voie de la Vision Sans Tête, voie de sagesse initiée par Douglas Harding."

 

"Ne faire qu’un avec le ciel


Dans les traditions de sagesse, la réalité est souvent décrite comme non-dualité : deux choses que l’on croyait être séparées n’en font qu’une. Par exemple, le sujet et l’objet, ou moi et le monde. D’ordinaire, je me sens séparé des choses. Je me sens perdu dans le monde, comme le libertin de Pascal, que le silence des espaces infinis effraie.

D’un autre côté, je me noie souvent, au cours de la journée, dans ce que je vois ou entends. J’écoute une musique, quelqu’un parler. Ou je regarde la télé. Et, de même que mon corps est fait de ce qu’il mange, de même je deviens ce que je contemple, surtout si je l’admire. Je disparais pour devenir une histoire, un héros, une pensée obsédante, un jingle publicitaire…

Tirons donc parti de cette tendance à nous identifier à ce que nous voyons.

Allongez-vous ou asseyez-vous face à un ciel bleu ou face à une surface assez homogène et bien éclairée. Un mur par exemple. Détendu, les yeux grands ouverts, déposez toute votre attention dans l’orbe de votre regard et placez votre regard sur l’espace, comme si vous le lanciez dans le ciel bleu, comme une projection dans l’immensité de l’espace.

Vous devenez alors pur regard, regard sans visage. Vous n’êtes plus que vision. Laissez cette vision, telle une lampe, éclairer à 360 degrés. Laissez-vous aller dans cette transparence sans fond, sans limites, comme si vous étiez ébahi, stupéfait. Vous êtes alors pure lumière, simple présence. Savourez l’intensité de cette présence, sans plus aucune séparation entre le sujet (vous) et l’objet (le ciel). Ressentez l’impact de cette contemplation sur l’ensemble de votre corps tactile, de votre être, qui s’étale à l’infini. Vous êtes le ciel, sans forme délimitée, mais lumineux, éveillé et d’une limpidité parfaite. Vous êtes une vaste ouverture, comme un écran de cinéma sans cadre ou un cristal de roche exceptionnel.

Ressentez votre corps comme espace. Chaque fibre de vos muscles se détend, pénétrée par la substance subtile de l’azur très clair. Sentez l’espace entre vos articulations, comme si votre corps gonflait très légèrement. Ce ressenti peut se combiner avec les pulsations du sang dans vos membres, ou être stimulé par celles-ci.

Vous êtes ciel, vous êtes lumière. Un. Simple. Ouvert. Sans rien à protéger. Totalement offert, et pourtant dans une totale sécurité. Constatez qu’il n’y a plus de séparation entre intérieur et extérieur, comme si un barrage s’était rompu. Les eaux de vous et les effluves du ciel se sont mélangés. Elles ne forment plus qu’un seul océan.

Cette présence vive, alerte et pourtant grande ouverte est votre vraie nature et la substance de tout, l’éveil dont parlent les sages de toutes les traditions. Les cieux intérieurs et extérieurs ne font qu’un. Mais il n’en a jamais été autrement. N’avez-vous pas le sentiment de revenir à la maison ? Donnezvous à cette ouverture, cette libération sans condition. Être le ciel.

Normalement, voir un objet nous entraîne dans la séparation, l’appropriation ou le rejet. En un instant, inconsciemment, de manière réflexe nous nous contractons à la vue d’une chose ou d’un être. Mais là, impossible de se contracter ! Le ciel est un objet, mais un objet sans limites, un objet qui ne peut que faire un avec le sujet, un objet qui fait exploser tout ressenti de séparation.

Explorez le parfum de cette légèreté dans votre vie quotidienne."

David Dubois, 60 expériences de vie intérieure