Jean-Charles m'a fait parvenir ce texte, en me disant que c'est ce qu'il ressentait dans la Présence :

un frisson inconnu qui vous rend vivant.

 

ef8eda1a53aef2426fef42d9d4eeee13

 

« Imaginez, pour un instant, qu'étant dans une forêt vous n'ayez plus de noms pour ce que vos yeux rencontrent,
pour ce que vos oreilles entendent,
pour ce que sent votre peau.
Qu'est-ce que vous rencontrez ?
Ce n'est pas un « ça » puisque vous n'avez pas de concept à votre disposition,
mais vous rencontrez une vie extraordinaire qui vous fait frissonner.
Et dans ce frisson,
c'est vous-même que vous rencontrez d'une façon inconnue ». 

 

 Karlfried Graf Dürckheim