Un lecteur me pose les questions suivantes

 

"Bonjour José.

Je viens de lire (re) votre livre : S'éveiller à la vacuité, ainsi que celui de Douglas Harding: Vivre sans tête.
Voici plusieurs années déjà que j'ai commencé à lire ces livres mais cette fois je commence à vraiment essayer de les mettre en pratique.
Toutefois même si c'est simple, ce n'est pas si évident de s'y essayer, surtout quand on se sent assez incapable en général (disons avec des potentiels non utilisés), et même en "sachant" que voir le soi est plus facile que de contempler un fruit dans la paume de sa main.
A ce propos d'ailleurs je me demande si "voir " le soi est bien le terme approprié étant donné que c'est plutôt le soi qui voit me semble-t-il.
D'autre part, je me suis demandé si le fait de chercher à être conscient de ce vide où se trouvait une tête, ne "chosifie" pas cette absence de tête, remplaçant ainsi un objet par un autre.
Peut-être prendrez-vous le temps de me donner quelques éléments de réponse.
Merci en tout par avance"

 

Merci pour ces questions. Elles vont me permettre de préciser une ou deux choses.

D'abord, lire un livre ne suffit pas pour faire ce "saut dans le vide" dont je parle. A un moment donné, il faut arrêter de lire, et pointer vers ce qui regarde en nous.

On peut opérer ce basculement seul, mais il est à mon avis plus efficace de participer à un atelier.

Il est vrai que voir sa vraie nature est évident, mais je constate que cette évidence peut être difficile. Cela est du à notre identification profonde à notre individualité, et aussi au fait que notre concience est fascinée par le monde et à du mal à revenir à sa propre source.

Tu as raison de dire que c'est "le soi" qui voit, ou "l'espace". C'est pourquoi il ne s'agit pas de  chercher à voir le soi comme un objet, mais à s'éveiller à l'espace qui est déjà ici, et dans lequel le monde apparait. Le vide n'est pas un objet, comme tu le sais, mais ce en quoi tous les objets apparaissent. le mot "voir" comme tous les mots n'est pas la chose. Choisis celui qui te convient.

Il suffit de prêter attention à l'Ouvert qu'on peut pédagogiquement pointer avec son doigt au-dessus des épaules. Ce doigt qui pointe permet de constater qu'aucun individu ne regarde le monde depuis l'intérieur de notre tête.

dessin_qui_pointe

doigt qui pointe

Pour éviter de remplacer un objet (la tête ) par un autre (le vide qui n'est pas un objet), il suffit de passer des croyances (je suis un individu dans ma tête) à la réalité facturelle (personne ne regarde le monde), et ce passage se fait par l'attention, par l'expérience. On bascule alors du concept au percept.

Quand le Soi est reconnu, quand la conscience est revenue à sa source, à sa base vide, ces questions tombent, car l'évidence s'est révélée et tout retrouve sa place.

Donc mon conseil, c'est d'abord

1)Prendre conscience de la Vacuité, par exemple, avec les outils de la Vision Sans Tête

2)Continuer d'y revenir quand l'identification nous décentre (si nécessaire)

3)Vivre naturellement à partir de la Vacuité

amicalement

josé