Interview avec Douglas Harding, 1977

"Richard Lang: Dirais-tu que voir Qui tu es vraiment améliore les relations personnelles ?

Douglas : Très honnêtement, j’en suis sûr. Je sais que nous sommes très prudents lorsqu’il s’agit de parler des avantages et résultats de la vision de Qui nous sommes, oui, mais je dirais que voir Qui vous êtes non seulement améliore les relations personnelles, mais dans un certain sens est le fondement indispensable des bonnes relations. Parce que, qu’est-ce qu’une relation personnelle à la lumière de la Vision ? Ce n’est pas une relation du tout. C’est une situation asymétrique lorsque je vois que je suis vide pour vous et que je ne mets rien ici pour vous barrer l’accès, que je suis ouvert pour vous, que je suis vous. Je suis votre essence et j’ai votre visage. C’est cela la vraie relation personnelle, la seule relation qui marche. En fait, ce n’est pas une relation personnelle, c’est l’identité. Je crois que cela fait partie intégrante de l’expérience de la Vision. Donc il ne s’agit pas d’améliorer les relations personnelles, il s’agit de les transformer en les reprenant à leur base.

 Richard : Si l’on ne se sent pas assez aimant, comment la vision de Qui vous êtes peut-elle éclaire-t-elle ce problème ?

 Douglas : Eh bien je pense qu’elle vous aide énormément. La pratique de la vision n’a rien à  voir avec les sentiments, elle n’est concernée que par les faits. Et si je vois Qui je suis, je découvre que ma nature même est l’ouverture. Dans un certain sens non sentimental, non émotionnel, la Vision est amour, parce que Voir, c’est mourir totalement en faveur de l’autre, c’est se dissoudre en faveur de l’autre, et ce n’est pas du domaine du sentiment ou de la pensée. C’est beaucoup plus fondamental. Ce n’est pas une sensation d’amour telle qu’on se l’imagine, mais je pense que c’est une sorte d’amour beaucoup plus profond. Si profond que le sentiment reste à la surface et l’on descend au niveau des faits. Ce n’est pas une espèce inférieure d’amour, une sorte d’amour embryonnaire, c’est plutôt le point culminant de l’amour. Je crois que si nous nous concentrons sur la Vision, les sentiments prendront soin d’eux-mêmes. Ils apparaîtront et disparaîtront comme le font toujours les sentiments. Peut-être seront-ils plus chaleureux, peut-être pas beaucoup plus ou pas du tout. Mais je crois que l’essentiel, c’est d’établir les fondations solides de l’amour."

Extrait de La vision non-duelle de Douglas Harding, ed. Almora

Voir aussi cet article sur la relation

 

96395901