Chant de Ramprasad (1720-1775), poète et mystique bengali

kali

"Éveil

 

Enfin la lumière s'est faite en moi!

Auprès d'un sage j'ai découvert le secret de l'extase,

J'ai trouvé Celle qui habite

au pays où il n'est point de nuit,

et pour moi il n'y a plus ni jour ni nuit.

J'ai rendu vaine la Nuit.

Mon sommeil a pris fin,

pourrais-je à nouveau m'endormir?

Me voici éveillé pour les âges des âges.

J'ai donné mon sommeil

à Celle qui dispense le sommeil,

ainsi ai-je endormi le sommeil lui-même.

Par une divine alchimie,

j'ai ravivé en moi l'éclat de l'Or,

et, comme depuis toujours j'en nourrissais l'espoir,

j'ai fait resplendir mon temple de joyaux.

Prasâd dit : J'ai pratiqué la dévotion,

recherché la délivrance,

mais aujourd'hui j'abandonne pratiques et préceptes.

car je sais maintenant que Shyâmâ (1)

n'est autre que le Brahman."

 

Râmprasâd, Chants à Kali (Trad. M. Lupsa).

(1): Shyama, un des noms de Kali