Un lecteur du blog me pose une question :

 

"Bonjour Mr Le Roy

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt deux de vos livres (s'éveiller à la vacuité et le saut dans le vide)
Je voulais tout d'abord vous remercier pour la pertinence de vos écrits.
J'ai aussi lu "Vivre sans Stress" de Douglas Harding et je dois vous dire que la découverte de la vision sans tête est un grand boulversement pour moi.
J'ai aimé dans vos écrits et ceux de Harding, le fait de pouvoir accéder à l'éveil de façon immédiate, sans être bloqué sur le chemin d'un apprentissage long et illusoir.
J'ai pratiqué zazen pendant longtemps et j'ai arrêté car j'étais finalement en opposition avec le fait de devoir pratiquer la méditation pendant des années avant de pouvoir se réaliser. C'est pour ma part la plus grande illusion du zen ! (Et le plus grand dogmatisme du zen moderne)
J'aimerais vous poser une question sur la vision sans tête :
Je pense avoir saisi intellectuellement le concept, j'ai aussi pratiqué les exercices mais j'ai encore beaucoup de mal à ressentir et vivre pleinement le fait de vivre sans tête.
Comment faire pour ne pas simplement intellectualiser la vision sans tête mais pleinement la vivre "physiquement" et ainsi voir sa vraie nature.
Comprendre intellectuellement ce qu'est ma véritable nature ne permet pas de la vivre "physiquement"
Ca reste toujours mon problème.
Merci par avance pour votre réponse. "

e21725e54a0d0e1c7b09f2bccff1847b

Bonjour,

j'ai aussi beaucoup pratiqué le zen avant de découvrir ma vraie nature. La pratique assise du zen m'a d'ailleurs beaucoup aidé, j'y ai découvert la méditation et l'observation de l'esprit, ce qui est énorme.

La vision sans tête présente en effet, une voie directe et immédiate vers l'éveil, comme le T'chan chinois d'ailleurs.

Mais il ne s'agit pas de "saisir intellectuellement le concept" simplement, mais de passer du concept au percept. Et c'est ce que vous avez compris car vous souhaitez "pleinement vivre" l'expérience.

Pour cela, la seule méthode que je vous conseille c'est de continuer de pratiquer, mais sans chercher à intellectualiser l'expérience.

Continuez de pratiquer l'expérience du doigt par exemple (Voici l'expérience ), continuez de chercher le prétendu observateur, soyez passionnément intéressé par vous-même.

Essayez l'expérience avec les yeux fermés que j'ai enregistrée : les yeux fermés (l'expérience ici).

En fait, c'est vraiment, très très simple.

En ce moment même, vous regardez cet écran à partir d'une vaste ouverture (un espace conscient), n'est-ce pas? et non à partir d'une boule de chair colorée et chevelue (une tête). Vous découvrez, en inversant la flèche de votre attention de 180°, qu'au-dessus de vos épaules il y a une immense vacuité éveillée remplie du monde. Cela ne demande aucun effort. Vous ne pouvez pas ne pas être cela. C'est votre vraie nature. Reposez-vous dans cette évidence.

Et vous retrouvez l'essence du zen : la vision de sa vraie nature !

Amicalement

José