Quand je dis parfois - et même souvent - qu'il s'agit d'être attentif à l'espace ouvert au-dessus de ses propres épaules, il faut comprendre qu'il ne s'agit là que d'une indication pédagogique. Car l'espace ouvert que nous sommes n'est, bien sûr, situé nulle part et c'est pourquoi il est partout. L'Ouvert éveillé ne se trouve pas davantage au-dessus des épaules qu'ailleurs. Comment situer le non-situable ? Comment localiser ce qui n'est pas une chose situable ?

L'Ouvert n'est dans aucun lieu, puisque tous les lieux sont en lui, le Ici comme le là-bas, le proche comme le lointain. Incommensurable, rien ne le mesure, ni le lieu, ni le temps. Infini, rien ne le limite, ni le dedans, ni le dehors. Unique, rien ne le sépare de quoi que ce soit, ni mon corps, ni un autre ,car tous les corps sont en lui.

Reste que l'indication : "Regardez au-dessus de vos propres épaules l'espace ouvert, sans forme et sans limite, à partir duquel le monde est vu" est une indication qui peut se réveler très utile (elle l'a été pour moi en tout cas et pour pas mal de monde); elle permet de prêter attention à l'Ouvert, à la transparence de la conscience.

Nous ne sommes pas enfermés dans une tête, quelle drôle d'idée ?

jlr

Le-faux-miroir