"J'entonne ce chant,

L'esprit heureux et dégagé.

 

A contempler son propre esprit, Source des phénomènes :

Rien que claire vacuité,

Rien de concret à prendre pour réel.

 

Présence transparente, infinie ouverture,

Sans dehors ni dedans ;

Toute-embrassante,

Sans frontière ni direction.

 

L'immensité infinie de la vue,

Véritable condition de l'esprit,

Tel le ciel, tel l'espace,

N'a ni centre ni pourtour ni attaches.

 

Laissant tel quel ce qui apparaît,

Serein,

Je suis parvenu à la vaste plaine

De l'immensité absolue.

 

Dissous dans l'infinie vacuité,

Sans limite, sans pourtour,

Sons, visions,

Mon esprit, le ciel

Ne firent plus qu'un.

 

Pas une seule fois ne surgit la notion

De leur identité et de leur singularité.

Dans l'immensité absolue de la présence éveillé

Toute chose se résorbe en cette saveur unique.

Mais au plan relatif, chaque phénomène

Apparaît avec clarté et acuité.

Merveille!

 

Ivresse de béatitude

Issue de la radieuse clarté,

Vive, étincelante, immaculée !

Oh  j'en danserai d'allégresse !"

Shabkar

Alexander Yakovlev portrait de danse 061