C'est toujours un bonheur de lire et de relire Longchenpa, ce maitre tibétain dzogchen du 14ème siècle.

Rigpa désigne ici la Présence éveillée, la vraie nature de notre esprit, originellement parfait et accompli.

jlr

 

vague33

 


"La Sagesse de rigpa, vide et lumineuse, à pour mode d’émergence des manifestations de toutes sortes au gré des circonstances ;
Son mode d’être n’étant aucunement réel,
Elle s’élève d’elle-même et se libére sur place :
Comme l’eau et les vagues dans l’océan.
Les pensées discursives sont depuis toujours l’éclat lumineux du Corps absolu.
Il n’y a rien à méditer en dehors de l’espace absolu.
Certains veulent rejeter les pensées pour méditer sans discursivité
Mais libérer les apparences comme des ennemis est choir dans l’illusion !
Quoiqu’il s’élève, soyez sans adoption ni rejet,
L’étendue de l’existence phénoménale est le terrain du véhicule de Samantabhadra,
Au-delà de toute considération de méditation et de non-méditation.
Un tel chemin suprême est particulièrement éminent !
Demeurez à l’équilibre dans la conscience au présent,
en considérant fixement la fraîcheur de tout ce qui s’élève, sans fabriquer d’artifices correcteurs et corrupteurs.
Laissez-vous aller tout à l’aise dans la détente en vous relâchant; reconnaissant l’émergence, demeurez fraîchement dans la clarté.
Vous abandonnant au cours naturel sans vous en saisir, laissez-vous aller spontanément sans attachement.
Reconnaissant toutes les pensées discursives naissantes, la vue les libère sur place. La méditation consiste, dans cet état, à demeurer lucidement dans la félicité, la clarté et l’absence de discursivité.
A ce moment-là, ce qui émerge sans qu’il y ait d’attachement à l’extérieur ni à l’intérieur est l’action.
Quant à la libération selon le mode spontané et sans buts, c’est le fruit.
Dans la réalité absolue incréée
Émerge le rigpa du grand cours naturel.
La liberté naturelle est un état de clarté sans saisie,
La base libératrice de Samantabhadra.
Dans la nature de l’esprit, libre depuis toujours
Il est inutile de “libérer” depuis le début.
Laissez-vous donc aller dans la fraîcheur spontanée de la conscience ordinaire...
Rigpa, vide et lumineux, qui libère spontanément,
Est la grande félicité du Triple Corps, le champ pur des bouddhas;
La base de toutes choses est l’état du Corps absolu
Où les antidotes correcteurs ne sont ni bons ni mauvais.
Dans le miroir de l’esprit (où se reflètent bonheur et souffrance).
Le yogi s’exercera au dynamisme de Rigpa.
Telle est la cîme de tous les véhicules.
La voie suprême de l’essence adamantine"

 

La liberté naturelle de l'esprit

traduit par Philippe Cornu