000435-full

Enfin le voilà !! Les éditions Almora, grâce à un long travail de beaucoup de personnes (Serge, Yann, Carole,etc...),publient un livre qui intéressera tous les amoureux de bouddhisme et de la spiritualité en général.

 

 

Ce livre nous présente le dzogchen à travers les textes d’un des plus grands maîtres tibétains Longchenpa (Longchen Rabjam) (1308-1364). Le dzogchen ou « grande perfection » est un enseignement et une pratique dont le but est de nous faire découvrir la perfection naturelle de notre véritable nature, rigpa. Cette voie directe transmise par l’école nyingmapa est considérée comme le plus profond enseignement du bouddhisme tibétain.

Le livre est divisé en deux parties. La première est une introduction détaillée avec des commentaires de Tulku Thondup qui contient de nombreuses citations provenant de différents soutras, tantras et écrits des grands érudits bouddhistes, notamment ceux de l’école nyingmapa du Tibet, ainsi qu’une présentation de la vie de Longchenpa.

La deuxième partie est une anthologie des traductions des écrits de Longchenpa sur le dzogchen et sur les étapes qui conduisent à la grande perfection. Ce livre présente les plus importants enseignements profonds de ce maître incomparable et c’est une chance exceptionnelle de pouvoir bénéficier en langue française de ces textes très rares et précieux.

Traduit par Serge Zaludkowski

560 pages,

 

"

Préface à l’édition révisée

 

 

 

La conscience, union de la vacuité et de la clarté, est le dharmakaya immuable.

La pureté primordiale du samsara et du nirvana est l’immense étendue de la conscience née d’elle-même illuminée.

Les sujets et objets apparaissant d’eux-mêmes sont la puissance de la vérité absolue sans fondement.

La réalisation qui se trouve au-delà de la caractéristique ou de la désignation est merveilleuse

Kunkhyen Longchen Rabjam 

 

Longchenpa, anthologie du dzogchen contient les enseignements quintessentiels du dzogchen (dzogpa chenpo) écrits par Kunkhyen Longchen Rabjam. Il est reconnu comme l’un des trois bouddhas de sagesse vivants (Manjushri) de la sphère du bouddhisme tibétain et autorité suprême sur le dzogchen.

 

Au lieu d’essayer d’interpréter les principes philosophiques et les pratiques méditatives du dzogchen selon Longchen Rabjam, j’ai conservé précautionneusement l’authenticité de sa voix unique. Bien que la qualité de la traduction d’enseignements d’une telle profondeur ne puisse être suffisamment précise, en traduisant j’ai au moins réalisé mes vœux les plus chers de servir à la fois les enseignements et les lecteurs.

 

Longchen Rabjam explique que les enseignements dzogchen représentent les vues les plus hautes et l’essence inconditionnelle du bouddhisme (tantrique) ésotérique. Le dzogchen offre des méthodes de méditation qui éveillent, rapidement, la vraie nature innée de notre propre esprit, la bouddhéité – dans cette vie même, pendant notre passage dans le bardo ou, au moins, dans la vie prochaine, en reprenant naissance dans une terre pure.

 

Afin de réaliser instantanément le but ultime du dzogchen – la bouddhéité – il nous faut passer progressivement par différentes voies et étapes de méditation et réalisation. La réalisation de la bouddhéité ne consiste pas à aller autre part ni à nous transformer en quelque chose d’autre. Cela consiste plutôt à réaliser et parfaire la nature parfaitement éveillée de notre propre esprit. Cette nature ne peut être réalisée en s’accrochant avec force à quelque chose ou en cherchant quelque chose à l’extérieur, mais seulement en éveillant la nature ouverte, la conscience intrinsèque (tib. rig pa), de notre propre esprit lui-même, tel qu’il est.

 

Si notre esprit est prêt, nous pouvons facilement, spontanément et instantanément réaliser sa vraie nature tel que c’est enseigné dans le dzogchen. Néanmoins, notre problème majeur est d’être capable d’abandonner les couches fortuites, pareilles à des nuages – concepts dualistes, souffrances émotionnelles et embrasements sensoriels – de la nature, à jamais ouverte, de notre esprit, semblable au ciel. A cause de la rigidité de nos habitudes dualistes et émotionnelles, la nature toujours rayonnante de l’esprit a été complètement recouverte, empêchant de  répandre ses radieuses qualités innées.

 

Abandonner ces couches semble être quelque chose d’on ne peut plus simple. Mais notre esprit a été habitué depuis longtemps aux concepts dualistes et émotions affligeantes. Ainsi, permettre à la nature ouverte de notre esprit de s’éveiller naturellement est devenu un exploit éprouvant. Voir et agir avec simplicité nous est difficile. C’est pourquoi Kyabjé Dudjom Rinpoché avait autrefois observé que : « La méditation dzogchen est très difficile pour de nombreux méditants précisément parce qu’elle est si facile ».

 

Des personnes mal informées présument que le dzogchen est une méditation dans laquelle nous suspendons tous les concepts et restons seulement dans la simple absence de pensées. Beaucoup supposent aussi que Longchen Rabjam enseigna exclusivement le dzogchen. Ces deux suppositions sont éloignées de la vérité. L’essence de la méditation dzogchen est d’éveiller et parfaire la nature intrinsèque de l’esprit qui est libre de dualité subjective et objective. Bien que Longchen Rabjam enseigna et écrivit principalement sur les enseignements profonds du dzogchen, il enseigna aussi une quantité importante d’autres traités philosophiques et donna des instructions de méditation sur différents enseignements bouddhistes pour satisfaire aux différents besoins des personnes. Longchenpa, anthologie du dzogchen couvre ces deux points insufflés par l’ardente inspiration de Kunkhyen Longchen Rabjam.

 

 (...)

 

Tulku Thondup

 

Cambridge, Massachusetts

 

Décembre 2013

 

 

 

 

Table des matières

 

PREMIERE PARTIE :

 

PRESENTATION : CONTEXTE DU DZOGPA CHENPO

 

1. Introduction

Les différences entre soutra et tantra

 La définition du tantra(rGyud)

 Les divisions du tantra

 Les différentes classes d’enseignement du tantra

 Les étapes de génération et d’accomplissement du tantra

 2. Les trois tantras externes

 Kriyāyoga (Bya rgyud)

 Caryāyoga ou upayoga (sPyod rgyud)

 Yogatantra (rNal ‘byor rgyud)

 Les différences entre tantras externes et tantras internes

 Les différences entre le trois tantras internes

 Sous divisions des trois tantras internes

 Sources des écritures tantriques majeures

 Quelques écritures tantriques majeures des trois tantras externes

 3. Les trois tantras internes

 Mahāyoga (rNal ‘byor chen po)

 Anuyoga (rJes su rnal ‘byor)

 Atiyoga (Shin tu rnal ‘byor)

 4. Les trois divisions de l’atiyoga

 Semde

 Longde

 Men-ngag-de

 Supériorité du men-gag-de sur les deux précédentes divisions

 La vue du men-gag-de

 Les divisions du men-gag-de

 La méditation du men-gag-de

 Les divisions de la méditation du men-gag-de

 Accomplissements des voies et étapes du dzogpa chenpo

 Accomplissements de la réalisation à la mort

 5. Le dzogpa chenpo et les autres yanas et traditions

 Tous les yānas et apprentissages sont des étapes vers le dzogpa chenpo

 Différence entre les enseignements des deux tours de la roue

 Le but du dzogpachenpo est la réalisation de l’essence de bouddha

 Le Dzogpa chenpo est basé sur le deuxième tour de la roue

 L’essence de bouddha telle qu’enseignée dans les yānas soutriques

 Supériorité de l’essence de bouddha telle qu’enseignée dans le dzogpa chenpo

 Différences entre l’essence de bouddha du dzogpa chenpo et du yogacārya

 Différences entre le dzogpa chenpo et le madhyamaka

 Distinction propre au dzogpa chenpo

 Nyingma et bön

 LeDzogpachenpo et Ha-shang Mahayana

 6. Extraits de la vie de maîtres du dzogpa chenpo dans le but d’illustrer les formes d’apprentissage dans le dzogpa chenpo

 Quelques maîtres anciens du dzogpachenpo

 La dévotion causa la réalisation chez Gyalwa’i Nyuku

 Les vertus se développent chez ceux qui ont des expériences du dzogpachenpo

 La réalisation accomplie instantanément par Nyoshul Lungtog

 Patrul atteint la réalisation grâce à l’énergie yogique du maître

 L’importance d’un apprentissage sérieux

 L’importance de s’appuyer sur des écritures authentiques

 Eviter de se laisser prendre par certaines expériences mystiques

 Un esprit sincère est préférable à de nombreuses prétendues hautes réalisations

 Le testament de Dodrup Chen et la transmission au moment de sa mort

 Signes extraordinaires au moment de la mort de Konme Khenpo

 Le corps d’arc-en-ciel accompli par Sodnam Namgyal

 Yukhog Chatralwa, un grand enseignant du dzogpa chenpo

 

DEUXIEME PARTIE :

 

KUNKHYEN LONGCHEN RABJAM

 

7. La vie de Kunkhyen Longchen Rabjam

 Les noms de Longchen Rabjam et leurs signifiactions

 

TROISIEME PARTIE :

 

ANTHOLOGIE DES ECRITS DE LONGCHEN RABJAM

 

8. Sommaire des sections

 9. Conseils pour la libération : une incitation à poursuivre les pratiques profanes et du dharma vertueuses dans le dzogpa chenpo

 

LA VUE (BASE)

 

10. Comment le samsara et le nirvana émanent de la base en tant qu’apparitions de la base d’après les enseignements les plus secrets du dzogpa chenpo

 11. Karma des actions samsāriques, cause de l’errance des êtres dans le samsāra illusoire

 12. Karma des vertus libératrices, les moyens de libération du samsāra

 13. Vue philosophique des existants phénoménaux

 

LA MÉDITATION (VOIE)

 

14. Méditation sur le sens de la vue

15. Vingt-sept cheminements d’apprentissage d’après le dzogpa chenpo

16. L’esprit libéré naturellement, la Grande Perfection

17. Instructions sur la méditation de l’esprit libéré naturellement, la Grande Perfection

18. Pratiques des cinq voies du mahāyāna

19. Pratiques des voies et étapes du tantra

20. Accomplissements des voies, étapes et visions du dzogpa chenpo

 

LE RÉSULTAT

 

21. Accomplissement du résultat, les corps de Bouddha et les sagesses primordiales de la bouddhéité dans les soutras et tantras du mahāyāna

22. Les corps de Bouddha et les sagesses primordiales dans le dzogpa chenpo

 

Appendice

 Bibliographie des travaux cités