On ne peut percevoir la conscience puisqu'elle est ce à partir de quoi il y a perception; on ne peut non plus la conceptualiser puisqu'elle précède toute pensée, mais on peut en donner une analogie : l'espace.

Il existe de nombreux textes dans l'hindouisme, le bouddhisme, le taoïsme qui s'appuient sur cette image du ciel ou de l'espace ; je l'utilise moi-même fréquemment. (Voir aussi ce texte posté par mon ami David Dubois sur sur son blog ce matin).

Dans la Doctrine secrète de la déesse Tripura, texte indien du moyen-âge plutôt Shivaïste qu'advaitin, on retrouve cette analogie du Soi et de l'espace. Mais si le Soi-Conscience ressemble à l'espace il ne peut cependant pas lui être identifié puisque le Soi est éveillé mais non l'espace inerte.

L'espace est unique même s'il parait divisée à l'intérieur des pots, des verres, des cruches etc. De même la conscience est une mais elle parait multiple aux yeux de l'ignorant qui identifie la conscience au corps et n'en voit pas l'unicité. Nous voyons les choses dans l'espace mais ne percevons pas l'espace lui-même; de même nous sommes conscients de ce qui apparait dans le Soi-Conscience-Lumière (pensées, sentiments, sensations...)mais nous ne sommes pas conscient du Soi.

Il s'agit donc de reconnaitre le Soi, semblable à l'espace.

Comment?

"Cela s'offre à celui dont le regard est tourné vers l'intérieur et se dérobe à celui dont le regard est (seulement) tourné vers l'extérieur."

jlr

ciel-bleu

"L’espace et le Soi conscient se ressemblent, bien que la conscience, à la différence de l'espace, soit à elle-même sa propre lumière. Pour le reste, leurs caractéristiques sont identiques : plénitude, subtilité, pureté immaculée, absence de naissance et de contour propres, infinitude, rôle de support universel, absence d'attaches, présence à l'extérieur et à l'intérieur de toutes choses.

La seule différence est que l'espace ne pense pas ; autrement, il serait parfaitement légitime de l'assimiler à la pure conscience. C'est d'ailleurs l'erreur que commettent certains ignorants. Semblables en cela aux hiboux, aux yeux desquels la lumière du soleil n'est que ténèbres, ils attribuent à l'espace le caractère de conscience qui est l'apanage du Soi. Mais les sages n'opèrent cette identification que dans un seul sens. C'est seulement la conscience suprême qui, par la puissance de sa souveraine liberté, se manifeste elle-même comme divisée et démultipliée.

(...)

" De même qu'une personne voit seulement les choses dans l'espace, sans voir l'espace lui-même, et ainsi n'est pas capable de reconnaitre l'espace qui est pourtant évident par lui-même, il en va de même pour la connaissance du Soi."