alain porte

 Et la Reine Tchoudala dit :

 

"Il n'y a ici-bas qu'une immense Conscience,

On dit qu'elle est toute la vie.

 

C'est une demeure que rien ne souille,

Où le Moi ne peut prendre forme.

 

Elle est resplendissante et pure,

Éternellement au plus haut du ciel.

C'est sous les noms de Brahman, de Paramâtmâ qu'on la chante.

 

C'est elle qui nous fait prendre conscience de notre propre lumière,

On la connaît sous le nom de Conscience originelle.

 

C'est par sa seule énergie qu'elle déploie les mondes,

Nul autre qu'elle ne s'incarne ici-bas.

 

Il n'est pour l'atma ni mort ni naissance, ni être ni non-être,

Partout semblable à un ciel qui ne serait que conscience,

Il n'est pour l'atma nulle fin.

Rien ne peut le briser, rien ne peut le brûler,

Il a pour soleil immaculé la Conscience.

Ah ! Me voilà au bout d'un si long temps toute sérénité, enfin délivrée !

Ni l'univers, ni le moi, ni rien d'autre n'existe,

Il n'est ni vie ni mort,

Tout est sérénité,

Seule demeure l'ultime réalité."

L'éveil de la conscience, extrait du Yoga Vasishtha, Xème siècle, Inde

Traduction Alain Porte, Editions Dervy.