Faut-il faire des efforts ou ne pas en faire pour vivre éveillé?

C'est là une éternelle question, et en fonction de la réponse on a une voie instantanée (pas d'efforts) ou graduelle (des efforts)

Mais en fait, Douglas Harding nous précise ici que la réponse est paradoxale : la vision de sa vraie nature est instantanée (pas d'efforts) et en même temps elle demande à être actualisée (effort) pour devenir naturelle.

jlr

tigerbuddhahead400

 

"S'il est vrai que cette vision instantanée de ma Nature Intemporelle est aisée, il est également vrai qu'elle n'a d'effet sur ma vie que dans la mesure où je m'applique sérieusement à l'entretenir. Je dois actualiser la découverte que je suis absolument parfait tel que je suis - tel que JE SUIS - en la redécouvrant patiemment, sans cesse et inlassablement, jusqu'à ce que toute trace d'artifice et d'effort, toute sensation d'accomplissement aient disparu. Jusqu'à ce que ce soit devenu dans la vie quotidienne ce que cela a toujours été en fait : notre état naturel.

(...) Il n'y a pas de voie sans problème ni sans peine. La qualité de notre vie spirituelle dépend des efforts que nous sommes prêts à faire pour elle. Mais celui ou celle qui a vu sa Nature Intemporelle ne devrait jamais se décourager à l'idée que cela va être un "dur travail", pendant des années peut-être. La première vision de Cela (pour autant qu'on puisse parler d'une première) est déjà la vision parfaite, même si elle est brève. Elle ne devient pas plus claire avec le temps. Jamais. C'est la seule chose que je ne puisse pas faire mal ou à moitié. Toute une vie, et même des centaines de vies de pratique ne me rapprocheront pas d'un centimètre de CE QUE JE SUIS. Elles ne pourront qu'attirer de plus en plus mon attention sur CELA. Cette vie fondée sur la vision est-elle vraiment difficile ?

Oui, et absolument Pas !

Selon ma longue expérience, la vie sans la vision se révèle infiniment plus difficile. Somme toute, que signifie vivre avec la vision intérieure sinon fonder ma vie sur la vérité de ma Nature ? Et que signifie le refus délibéré de voir ma Nature sinon fonder ma vie sur un mensonge ? Ce qui - si l'on parvient à le faire réellement et pas seulement en imagination - doit être sacrément inefficace ! Lorsque j'utilise un outil, j'ai intérêt à savoir si c'est un marteau ou une scie, à moins que je n'aie décidé de me blesser ou de saboter le travail. Eh bien, je suis mon propre outil pour vivre, alors je l'observe attentivement, et je prend soin de ne pas le quitter du regard. La vie est infiniment plus satisfaisante de cette façon, et en fin de compte infiniment moins difficile."

Douglas Harding, Le petit livre de la vie et de la mort.

 

repost