Mipham

 

"Pareil au ciel, sans limites ni centre, L'Éveil à la luminosité incomposée

Possède son propre éclat intérieur, clarté lumineuse sans impureté Qui est vu à l'instant même où l'on reçoit les bénédictions de lignée du sens ultime.

 

Quand on décide fermement et sans l'ombre d'un doute

Qu'en sa nature l'esprit véritable est sans artifices,

On ne peut décrire une telle nature par la voie de l'expression verbal La réalité absolue s'élève d'elle-même, de par son essence.

 

Ce qu'on appelle « L'éclat lumineux naturel, une clarté incessante »

Survient en douceur, sans s'interrompre :

C'est spontanément là depuis le tout commencement.

Laissant de côté les caractéristiques du mouvement et du changement

Moi-même, je demeure dans l'état d'égalité, sans partialité.

Tel est le sens de la clarté sans interruption dans les trois temps.

Quand on demeure dans cet état naturel originel,

La poursuite de la nouveauté ne mène à rien.

À quoi bon alors projeter vers l'extérieur cet éclat lumineux

Lorsque l'on médite ?

En son sein, ni le « moi », ni nos propres projections, ni le moindre atome n’ont jamais existé.

 

Puisqu'il s'agit de la grande vacuité parfaitement pure depuis l'origine

Elle est claire et rien ne peut l'arrêter.

Dans l'égalité de la vacuité essentielle,

Les méditations analytiques et artificielles

Qui s'accrochent à un objectif mental, toutes sans exception,

S'évanouissent comme un dessin tracé dans l'espace."

 

Mipham Rinpoché (1846,1912), traduction de Philippe Cornu, Le sens ultime de l'esprit