Nisargadatta Maharaj a eu pour maitre Sri Siddharameshwar Maharaj (1888–1936), dont il a été le disciple pendant deux ans et demi. C'était aussi un enseignant direct pour lequel seule la compréhension pouvait nous éveiller au soi.

Dans ce texte, il nous rappelle que le Soi est évident "aussi évident que le pouce de la main" et qu'il n'y a rien de particulier à faire pour être ce Soi. Nous sommes déjà parfaitement conscients, que chercher d'autre? Il suffit de savoir que ce qui est conscient en nous c'est le Soi ultime, non l'individu auquel nous sommes à tort et tragiquement identifiés.

jlr

200px-Siddharamphoto

 

 

"« Je suis au-delà du son, de l’espace et du temps, je suis le Soi », voilà ce qu’est la compréhension profonde ! Pourquoi entreprendre une pratique ou une méthode quelconque alors que j’ai toujours été la réalité ? Vous êtes déjà ce que vous cherchez à atteindre à travers toutes ces méthodes, et si vous le comprenez, vous devenez « sans peur ».

Toutes les écritures et le seigneur Krishna lui-même vous répètent inlassablement que vous êtes Cela qui est sans forme et sans qualité. Le Soi est toujours le Soi, alors que le corps ne peut se maintenir que si le Soi l’habite. Vous êtes au-delà de la connaissance et de l’ignorance. La conviction que nous sommes le Soi ne laissant aucune place au doute, nul besoin d’une confirmation de la raison. Le Soi est aussi évident que le pouce de votre main. Il n’y a qu’une seule vérité, le corps et le mental ne sont que des phénomènes qui existent en Cela.

A quoi bon cuisiner quand l’estomac est plein ? Puisque la vérité est évidente en soi, nul besoin de pratiquer quoi que ce soit. Celui qui pense à une méthode pour la comprendre ne fait que confirmer la présence du doute en lui ; « Que faire, Où aller ? » Il n’y a rien à faire et nulle part où aller. Celui qui suit une méthode pour atteindre la réalisation suppose a priori qu’il est le corps et que maintenant il doit devenir Dieu. Mais lorsqu’on est déjà roi, pourquoi vivre en mendiant ?

Tous les doutes doivent se consumer par la compréhension que l’on est le Soi. »

Sri Siddharameshwar Maharaj, Amrut laya, Les deux océans.