porte-ouverte

 

Il est essentiel d'avoir au moins une fois pénétré dans la vacuité de l'observateur, d'avoir au moins une fois VU notre vraie nature, au-delà du corps, des émotions et des pensées.

Sans cette prise de conscience, sans ce franchissement de porte,  le chemin spirituel se déroule sur le plan horizontal de l'individualité, des choses, du temps, et de la causalité. Le premier pas est donc une percée soudaine vers ce qui se situe au-delà de l'individu, vers la BASE de ce que nous sommes et de toutes choses.

Cette BASE est pure dès l'origine; elle n'a pas besoin d'être purifiée de quoi que ce soit. Nous n'avons donc pas besoin de nous changer pour accomplir cette percée.

Franchir la porte signifie simplement que nous voyons que la porte est déjà ouverte et déjà franchie. Concrètement, nous constatons qu'au-dessus de nos épaules, nous ne trouvons pas un individu, deux yeux qui regardent, un sujet pensant mais un espace ouvert sans forme et sans limite que le monde des formes et des couleurs vient immédiatement remplir.

Ensuite la pratique consiste à toujours revenir à cette ouverture transparente comme l'espace se fond dans l'espace, moment après moment.

Ce n'est pas une pratique difficile.

C'est une joie au contraire de se retrouver dans cet espace ouvert.

 

jlr