Lecture

chez Malavika Klein

La reine Choudala

extrait du Yoga Vasishtha

8 rue Bichat

75010

Dimanche 8 février

à 19 h

Réservation obligatoire

0142404097

 

 


Alain Porte par baglistv

 

Yoga-Vasistha_1


 

"C’est par un absolu renoncement à tout

Que tout s’obtient.

En effet, le renoncement absolu est souveraineté totale.

Tu as renoncé à ton royaume,

A ton épouse, à tes richesses, à tes amis,

Tu es venu dans un ermitage, si loin de ton propre pays.

 

Seulement, dans ce renoncement à tout, il t’est resté

L’idée d’un Moi, d’un ego…

Ce n’est qu’en renonçant simplement à cette idée

Que le monde atteint à la plénitude

 

Toi, tu t ‘es noyé dans des spéculations –

Renoncer à ceci, ne pas renoncer à cela -

Et tu es comme un ciel voilé de nuages.

 

Celui qui garde en lui, ne serait-ce qu’une pensée,

D’où viendrait pour lui le renoncement ?

Un arbre soumis au tournoiement du vent,

Comment pourrait-il rester immobile ?

 

Ce qui pèse, c’est ce qui est pensé, dit-on,

Et ce qui est pensé a un autre nom : les idées.

Tant que les idées font rage,

Comment peut-on dire qu’on a renoncé à la pensée ?

Quand la pensée est en proie aux idées,

Comment parvenir au pur renoncement à toute chose ?

 

Mais toi, dans le complet renoncement à toute chose,

Tu as simplement oublié la conscience de ton ego.

C’est seulement quand cette conscience-là a déserté le cœur

Que le monde atteint à sa plénitude.

Toi, avec l’idée de renoncer à ceci, de ne pas renoncer à cela,

Tu es comme un ciel voilé de nuages.

 

Tu as regardé la verroterie de l’ascèse avec l’œil de ton intellect ;

Et c’est ainsi que ton regard illusoire sur l’ascèse

A fait surgir la souffrance.

 

Tu t’es focalisé sur le renoncement à tout, sans l’obtenir,

Tu as quitté le carcan d’un royaume pour les affres de la forêt.

Les soucis engendrés par le froid, le vent, la chaleur

Sont à double tranchant.

Quand on n’en est pas conscient, vivre dans la forêt

Est pire que la servitude."

Traduction Alain Porte